ActualitéEconomievie des marques

Prime à la conversion : Vers plus de restrictions en 2020 ou avant…

La prime à la conversion fait un carton et doit probablement participer au maintien du marché mais du fait de son succès croissant, elle coûte cher à l’état qui travaille actuellement à en revoir les modalités pour l’an prochain.

Originellement, la prime à la conversion devait profiter à quelques 500.000 personnes sur l’ensemble de la durée du quinquennat, mais d’après les analyses faites par les services du ministère de l’Économie ce son au moins 2 millions de bénéficiaires qui vont se manifester d’ici à la fin du quinquennat, c’est à dire en 2022.

Ce qui est meilleur pour l’environnement ne l’est pas pour l’état

Cette prime qui permet aux Français de se débarrasser d’un vieux véhicule pour acheter une voiture moins polluante, neuve ou d’occasion connait un beau, notamment dans les environnements proches des grandes métropoles.
Toutefois cela a un coût financier, et si on en croit le ministère des finances et de l’économie, c’est à dire Bercy, cela coûte très cher, trop cher à l’état français puisqu’on évoque une somme d’au moins un milliard d’euros.
A l’heure des coupes budgétaires, d’une dette qui atteint les 99.6% du PIB, des rappels à l’ordre bruxellois et des suppressions de postes dans la fonction publique, cette dépense conséquente liée à « l’infâme automobile », source de tous les maux de notre société, est mal venue et il fallait quelques chose.

Voilà

Chef, j’ai une bonne idée : Faisons des coupes !

Augmentée et proposée différemment au moment du plus fort de la poussée du mouvement des « gilets jaunes », la prime à la conversion en version 2019 2.0 permet, selon ses revenus, son kilométrage moyen et de projet d’achat, de bénéficier d’une prime dont le montant varie entre 1.000 et 5.000€. On gardera à l’esprit que la prime à la conversion concerne aussi bien les véhicules neufs que ceux d’occasion.
Au final il semble, selon Bercy, que les gens ont compris le système et qu’ils en tirent toute la quintessence ce qui fait un gros budget pour l’état mais aussi pour les services dirigés par Bruno Le Maire et Gérald Darmanin.

L’état va donc agir dans les prochains mois de façon à resserrer le dispositif au plus vite c’est à dire peut être avant la fin de l’année et en tout cas dès 2020.
Le ministre qui a abordé le sujet d’expliquer : « Est il normal qu’un automobiliste qui a les moyens de s’acheter une Jaguar bénéficie de cette aide au même titre qu’un ménage modeste qui va s’acheter une Renault Zoe ? » ou « il faut réduire le nombre de véhicules éligibles car Bercy s’est aperçu que des modèles polluants (et diesel) pouvaient être financés par la prime ».

Autant dire que ça fume déjà sous les crânes des haut fonctionnaires du ministère qui planchent sur des critères plus sévères pour attribuer la prime à la conversion dans les prochains mois.
On évoque ainsi la fin des grosses cylindrées (>1.6 L ou 1.8 L) et/ou la sortie de quasiment tous les diesels du système d’aide [ndla : à l’heure de la nette remontée du niveau des émissions de CO2 dans l’atmosphère du fait de la baisse des ventes du diesel, une telle décision aurait bien sur du sens…], ceci sans parler des critères fiscaux des acheteurs qui pourraient être modifiés.

Une chose est toutefois certaine, en 2020, moins de modèles et moins de personnes seront concernées par la prime à la conversion.
Même s’il est encore un peu tôt pour en connaitre les contours , n’oublions pas que dans 3 mois nous découvrirons, dans le cadre du PLF 2020 (Projet de Loi de Finances), le nouveau malus écolo qui pourrait frapper plus fort que le 2019 sur le budget des automobilistes.


Conjoncture économique générale très morose + Malus écolo revu à la hausse + modification des conditions de la prime à la conversion = Belle déprime sur le marché automobile français dans un ans
Mais au fait où sont nos « puissants » groupes automobiles hexagonaux dans ces affaires et actions qui pourraient avoir un impact non négligeables dans leur activité industrielle ?
Surement aux abonnés absents comme ils le sont depuis de nombreuses années… Dommage.

Via AP, France Info.

Articles similaires
ActualitéAutour de l'automobilevie des marques

Genesis : Filippo Perini nommé directeur du bureau de style

ActualitéAutour de l'automobileEconomie

Sécurité Routière : Un mauvais mois d'août à cause...

ActualitéEconomievie des marques

Greenpeace lance la chasse aux SUV, surtout les gros !

ActualitéVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Nouvelle Volkswagen ID.3 2020 : Première découverte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *