Economievie des marques

Chine : Vers la disparition des aides à l’achat d’un véhicule électrique

L’affaire est entendue et désormais officielle. L’état chinois va supprimer d’ici le début de l’année 2020, c’est à dire dans moins d’un an, l’ensemble des aides financières qui étaient allouées pour l’achat d’un véhicule électrique.
Officiellement, la disparition de la prime à l’achat est mise en place pour inciter les constructeurs automobiles à se bouger et à proposer des solutions techniques intéressantes au consommateur plutôt que de compter sur une aide financière pour vendre leurs autos sur le grand marché automobile de la Chine. Officieusement la raison est ailleurs et nous la connaissons tous.
Toutefois et objectivement, la décision est plutôt juste et s’appuie sur une certaine logique économique libérale qui veut qu’un produit cohérent et en phase avec la demande n’ait pas besoin d’aide ou de subvention pour se vendre et exister sur le marché.

Vers la fin des aides à l’achat dès 2020

La réalité de l’affaire est peut être un peu différente et il semble que l’affaire coûte très (trop) cher à l’état chinois et aux gouvernements régionaux. Aussi, pour arrêter les frais, l’état a décidé de tailler dans le vif en réduisant petit à petit les aides en 2019 avant de toutes les supprimer à partir de janvier 2020.
Le coup risque d’être rude puisque ces aides pouvaient aller jusqu’à 6.600€ (50.000 yuans) pour un VE annonçant sur sa fiche d’homologation, une autonomie d’au moins 400 km NEDC en une charge.
Pour 2019, la donne n’est déjà plus la même puisque pour profiter de l’aide réduite de 50% (25.000 yuans ou 3.300€) pour les autos pouvant parcourir « officiellement » 400 km.
L’entrée de gamme est elle aussi touchée par l’évolution de la loi puisque pour profiter d’une aide financière un VE doit désormais pouvoir parcourir 250 km NEDC contre seulement 150 km l’an passé.

Un impact économique non négligeable

Premier marché mondial pour les véhicule électrique, cette annonce risque fort de bousculer la donne dans le monde des fabricants de VE qui vont devoir revoir leurs projets mais aussi leurs tarifs et même leurs volumes de production.

Avec près de 500 entreprises qui produisent des véhicules électriques, cette annonce risque fort de bouleverser la donne dans les mois et années à venir.
Si on imagine que des « petites marques » chinoises vont être durement impactées, on peut aussi se dire que des groupe comme Volkwagen AG, Geely Group, BYD et de nombreuses co-entreprises risque fort d’être contraintes à revoir leurs envies de « vertitude » ou de « bleuïtude ».
L’exemple le plus frappant est surement celui de Volkswagen, en plein « greenwashing », qui veut inonder le monde et notamment le marché automobile chinois avec ses VE dans les prochaines années. L’affaire risque d’être plus difficile et surtout les marges bien moins importantes ce qui va présenter un risque au regard des investissements annoncés.
Nous avons l’impression qu’Herbert Diess et le directoire de Volkswagen n’ont pas vu venir le coup. En effet, devoir baisser le prix d’un VE de 6.500 à 7.000€ ne sera pas chose aisée et aura inévitablement un impact sur la vie du groupe.
BYD, champion chinois du VE, accuse le coup mais fait toutefois savoir qu’il va revoir ses tarifs à la baisse afin de perdurer sur le marché et d’assurer ses positions actuelles. Etonnamment ou pas, on ne parle déjà plus chez certains constructeurs chinois d’augmentation des parts de marché mais plus pragmatiquement de consolidation de celles de 2018.

Cette décision qui va inévitablement et durablement impacter la production de véhicules électriques en Chine sonne aussi un peu le glas des velléités d’expansion à l’international de certaines firmes automobiles de l’empire du milieu.
On imagine que la R&D dans ce domaine va aussi marquer le pas pendant quelques années en attendant l’arrivée de technologies vraiment innovantes et performantes, pas encore sur le marché ou encore hors de prix actuellement.

Une décision qui ne sera pas impact !

Le premier marché mondial pour les VE et les hybrides (~1.2 millions de ventes l’an passé) attrape ici un sérieux coup de froid. Cela devrait avoir des répercussions directes ou indirectes sur les autres marchés mais aussi sur certaines décisions politiques prises souvent sans vraie réflexion mais seulement sous l’émotion ou devant l’enjeu électoral.
L’affaire écologique ne servant bien souvent que d’alibi et de marqueur politique auprès des populations.
Le jour où le dossier « avenir de la planète » sera traité au niveau global cela aura du sens mais nous en sommes hélas encore très très loin puisque les dirigeants politiques se sont seulement focalisés sur l’automobile dans leurs décisions en oubliant presque tout le reste ainsi que le pragmatisme.
D’ailleurs, certains au regard des décisions prises vont même jusqu’à dire que les annonces des dates de fin du thermique sur les marchés correspondent à la fin de carrière des actuels dirigeants qui refileront ainsi la « patate chaude » à leurs successeurs.

Il reste désormais à suivre ce qui va se passer dans d’autres pays et sur d’autres marchés. On pense notamment aux Etats Unis où le président Trump veut supprimer, avant la fin de l’année, toutes les subventions dont celles destinées à l’achat d’un VE.
Nous regarderons aussi en direction du premier marché électrique européen, celui de la Norvège, où l’état va dans les prochaines années commencer à réduire les aides et avantages destinés à un marché devenu « mature » qui doit donc pouvoir vivre sans aucune aide.
On scrutera enfin les marchés allemands, britanniques et français, mais aussi les constructeurs qui verdissent leur offre qui pourraient être impactés si les états venaient à réduire ou supprimer les aides à l’achat.

Dossier à suivre.

Via AN, CarNewsChina, Caradisiac, Autohome, Xinhua.

Articles similaires
Actualitévie des marques

BMW M5 Edition 35 Years : Une belle version pour un bel anniversaire

Actualitévie des marques

Bugatti Chiron : 3/4 de la production déjà vendue

ActualitéNouvelles mobilitésVéhicules électriques & hybrides

Skoda annonce la Citigo-e iV !

ActualitéEconomie

Nissan : Thierry Bolloré va faire son entrée au conseil d'administration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *