ActualitéEconomievie des marques

Stellantis va devenir une réalité

Le projet d’union des groupes PSA et FCA est en marche depuis l’automne 2019.
A cette époque, tout va presque bien et le marché automobile malgré quelques petites alertes se porte encore bien.
En octobre de cette même année le groupe automobile français et le groupe italo-américain annonçaient leur décision de fusionner pour créer un « champion » du secteur automobile, un grand groupe qui doit permettre d’exister dans le TOP 5 des constructeurs mondiaux.
Depuis 16 mois, les deux groupes ont avancé leurs pions, accords et projets pour pouvoir venir jouer dans le classement des plus grands constructeurs mondiaux, derrière le Groupe Volkswagen, Toyota Motor Corporation et l’Alliance Renault Nissan Mitsubishi.

Futur n°4 mondial avec 14 marques

Ce jour, les actionnaires des deux groupes vont se réunir virtuellement pour valider définitivement l’union entre les deux groupes.
Pour rappel, Stellantis va compter quelques 14 marques dans son portefeuille, plus de 400.000 salariés et devrait annoncer aux environs de 8.7 à 9.0 millions de véhicules vendus chaque année si tout se passe bien.
Avec 14 marques, Stellantis disposera dans son offre de plus de marques que le groupe Volkswagen qui n’en a que 12.
Le nouveau groupe industriel présentera sur les marchés les marques Peugeot, Citroën, DS Automobiles, Opel, Vauxhall, Fiat Alfa Romeo, Lancia, Maserati, Abarth, Jeep, Chrysler, Dodge et Ram Trucks.
On pourra ajouter Free2Move pour PSA et Fiat Professionnal pour FCA qui sont deux noms et des produits attachés à des firmes automobiles.

Pour ce qui est du chiffre d’affaire, Stellantis pourrait devenir n°3 mondial derrière le groupe allemand et la groupe japonais si on se réfère au chiffre d’affaire de 2019 qui s’établissait à quelques 167 milliards d’euros si on cumulait les résultats de PSA et de FCA. Le nouveau grand de l’automobile espère un chiffre d’affaire de l’ordre de 200 milliards.

La « galaxie » Stellantis

Fusion-Répartition

Pour ce qui est de la bourse et additionnant les capitalisations des deux groupes PSA et FCA, Stellantis devrait être valorisé à environ 42-43 milliards d’euros. Un beau chiffre mais qui est bien loin de celui du champion actuel (probablement surcoté) qu’est Tesla.
Pour ce qui est de l’actionnariat, sachez que les parts du nouveau groupe seront détenus par Exor, la holding financière de la famille Agnelli, puis la famille Peugeot, l’Etat français et le constructeur automobile chinois Dongfeng qui est toujours partenaire de PSA et quelques autres actionnaires.
Dans le détail, après la fusion FCA/PSA à 50/50, les principaux actionnaires sont :

  • 14.4% Exor, la holding de la famille Agnelli
  • 7.20% Famille Peugeot
  • 6.20% Etat Français (via Bpifrance)
  • 4.50% Dongfeng Motor Group
  • 2.40% Tiger Global
  • 1.60% UBS Securities
  • 0.96% Vanguard Group

Cette fusion entre les deux entreprises du secteur automobile a, dans un premier temps, le projet de fortement diminuer les coûts.
Les deux parties annoncent que la création de Stellantis va permettre des économies d’échelle évaluées aux environs de 5 milliards d’euros par an. Ces importants gains financier doivent notamment aider les deux firmes à faire face à forte la baisse de la demande sur le marché automobile mondial à cause des crises sanitaires et économiques qui ébranlent nos sociétés depuis 12-15 mois.
Cette fusion va aussi permettre de mutualiser certains investissements dans des grands domaines techniques comme les plateformes, les véhicules électriques ou même les véhicules à conduite autonome.
Le principal point d’interrogation concerne les éventuelles fermetures d’usines, notamment en Italie et la possible disparition d’une ou plusieurs marques comme cela est évoqué par plusieurs analystes.

Carlos Tavares aux commandes, John Elkann au contrôle

Les actionnaires du Groupe PSA viennent d’approuver, avec 99.85% des voix, la fusion et la création de Stellantis et dans la foulée, c’est à dire cet après midi, ceux du groupe FCA devraient en faire de même.
Le conseil d’administration sera composé de cinq membres issus de chacun des groupes fondateurs.
C’est John Elkann qui va en prendre la présidence pour les prochaines années.
Sachez enfin, que pour des raisons que l’on qualifiera d’ordre fiscal et à l’image de ce qui existe avec l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, Stellantis aura son siège social à Amsterdam aux Pays Bas.

Les trois forts de Stellantis (Tavares, Elkann, Manley)

Dans quelques semaines, Carlos Tavares prendra la direction du nouveau groupe automobile pour cinq ans. Mike Manley va pour sa part abandonner son poste d’administrateur délégué de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) puisque qu’il dirigera les opérations de Stellantis en Amérique dès que le dossier de fusion sera définitivement bouclé et validé par les instances compétentes.

A suivre dans les prochaines semaines.

Via PSA, AP, Reuters, AFP.

Articles similaires
ActualitéAutour de l'automobileCommunicationEcologie et Nouvelles mobilitésMobilités urbaines et d'avenir

Paris : Après les ZFE, la ZTL

Actualitévie des marques

MG6 XPower Limited Edition : Cette voiture là, elle est terrible !

Actualitévie des marques

Alpine : Voici l'A110 Légende GT version 2021

ActualitéCommunicationvie des marques

Volvo : T. Jon Mayer devient le directeur du design extérieur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *