ActualitéCommunicationvie des marques

Hyundai iMax N « Drift Bus » : Pour glisser en (grande) famille…

Pour nous changer de la morosité ambiante qui règne actuellement sur le monde automobile, voici une création signée Hyundai qui fera sourire même si elle ne sert pas à grand chose (sauf au fun) et ne sera jamais mise sur le marché, le iMax N ou H-1 « Drift Bus » ou comment faire du « Time Attack » avec un fourgon.

Un projet né d’un photoshop

Le projet serait peut être né un 1er avril 2019 lorsque Hyundai N Germany a posté sur son compte Instagram un photomontage illustrant ce que pourrait être un fourgon Hyundai iMax en configuration N.
Toutefois à la même époque, il semble qu’à l’autre « bout » de la planète, Hyundai Australia ait eu la même idée.
Toujours est-il que des ingénieurs, des développeurs et des techniciens de Hyundai N Performance installés en Australie étaient déjà sur le coup au début du printemps dernier.
Ils développaient bien un projet pour participer au World Time Attack Challenge  avec pour objectif de faire courir le fourgon familial 8/9 places dans les catégories Clubsprint Class, Flying 500 et Drifting Cup.

Un beau look Hyundai N

Le H-1/iMax n’allait pas conserver son allure massive, paisible et presque mollassonne pour faire de la compèt’, il lui fallait plus, il lui fallait un look inspiré par celui de la compacte sportive i30 N.

Au programme de ce van familial, la totale ou presque avec un nouveau bouclier-spoiler, une lame de spoiler réglable avec liseré rouge, des jupes latérales spécifiques, un diffuseur et un aileron de toit. Bien évidemment le chassis est surbaissé de plusieurs centimètres pour rapprocher le centre de gravité le plus près possible du sol. Les ailes bombées du H-1/iMax abritent désormais des jantes alu en 19 pouces, celles de la i30 N.
Si les phares restent identiques à ceux de série (mais en plus puissant), les feux arrière adoptent des leds en remplacement de ceux avec ampoules d’origine.

L’habitacle adopte des sièges sport de type Baquet à douze réglages à l’avant associés à des harnais et un volant sport avec palettes de commande de la BVA.
Pour le reste, le van reste de série avec sa clim’, son système d’infotainment, ses deux banquettes arrière avec 3 places chacune et ses deux toit ouvrants.
Pour le voyage, le coffre de 842 dm3 (en configuration 8 places) apparaît comme suffisant pour emporter les affaires et bagages des enfants.

Des dessous retravaillés

Hyundai N Performance a fait le grand ménage sous la grosse caisse du fourgon et a revu l’essentiel de ce qui pouvait être retoqué.
Exit le tranquille L4 2.5 L Turbo diesel dont la conception quasi « antédiluvienne » offre plus de solidité et de ronflements que d’agrément ou de performances [ndla : ceux qui ont conduit un Hyundai Satellite savent de quoi il retourne…], les ingénieurs de Hyundai Australia ont installé à sa place un nouveau bloc essence.
Il s’agit d’une nouvelle motorisation V6 3.5 L Biturbo qui développe la bagatelle de 408 ch et 555 Nm ce qui devrait aider à faire bouger dans tous les sens le fourgon plutôt prévu pour passer tranquillement les grandes courbes à 100-110 km/h que les épingles en travers, le nez dans l’herbe et le popotin près de la glissière.
Bien évidemment, l’ensemble de la ligne d’échappement est nouveau. La ligne est adaptée au V6 suralimenté pour qu’il respire bien et chante plus haut et plus fort qu’un 2.5 L diesel très utilitaire qui, d’ailleurs, grogne plus sous l’effort qu’il ne chante.
Elle dispose d’un système à clapet et de deux sorties rondes qui enserrent le diffuseur.
Le moteur est associé avec une nouvelle BVA8 commandée au volant. La puissance est envoyée au rustique train arrière via un différentiel à glissement limité destiné à favoriser la motricité du train arrière (pas extraordinaire de série…).
On sait peut de chose au sujet des performances de ce van familial de compèt’ mais Hyundai fait discrètement savoir qu’il faut moins de 5.0 secondes pour que l’iMax N passe de 0 à 100 km/h.
La suspension surbaissée a elle aussi été revue pour une meilleure maitrise des mouvements de caisse et éviter notamment l’imprécision des trains roulants de série. La suspension profite par ailleurs d’une gestion électronique en temps réel avec plusieurs modes pré-programmés.
Les ingénieurs ont par ailleurs travaillé la répartition des masses afin que celle-ci soit équilibrée et toute proche du 50/50.
Enfin le système de freinage a été revu et surdimensionné. De nouveaux grands disques ventilés pincés par des gros étriers rouges multipistons ont désormais la charge de freiner ce fourgon qui ne pèse pas moins de… 1.300 kg.

Le iMax/H-1 N en action

Dans la lignée des Renault Espace F1 [ndla : vous remarquerez que la calandre du iMax N a un petit quelque chose de Renault], des Volkswagen Transporter à moteur Audi ou Porsche, des Ford Transit à moteur de Focus RS ou ST, cet iMax N restera bien évidemment un One off .
Il se destine essentiellement à la promotion de la division N Performance de Hyundai et à de belles glissades (en famille ???) lors de ses apparitions en championnat de drift.

Via Hyundai, Hyundai Australia, Youtube.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Nuova Ferrari Roma 2020

Actualitévie des marques

McLaren Elva : The ultimate roadster

ActualitéSport automobilevie des marques

PSA Motorsport : Peugeot reviendra en championnat FIA WEC en 2022

ActualitéAutour de l'automobileCommunicationEconomie

Les Pays Bas passent à 100 km/h sur les autoroutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *