Actualitévie des marques

BMW : Harald Krüger sur le départ

La chute est rude pour le patron de BMW !
Nommé au poste de président du directoire de la firme automobile munichoise en mai 2015 en remplacement de Norbert Reithofer, l’actuel PDG de l’entreprise ne sera pas reconduit dans ses fonctions en 2020.
Pour la première fois de son histoire, le directoire de BMW a décidé de ne pas renouveler le mandat de son patron, Harald Krüger, agé seulement de 53 ans, c’est à dire encore loin de la limite d’âge fixée par la Bayerische Motoren Werke à 60 ans.

Les véhicules électriques seraient la principale raison ?

Sous pression depuis de longs mois pour rattraper le retard pris par le groupe bavarois dans le domaine de la voiture électrique, Harald Krüger a fait savoir qu’il quittera son poste au plus tard fin avril 2020.

Selon le communiqué officiel, M. Krüger a informé le conseil de surveillance qu’il ne compte pas renouveler son contrat qui court jusqu’à fin avril de l’année prochaine.
Par ailleurs, l’instance décisionnaire du groupe BMW se réunira le 18 juillet prochain pour s’occuper de la succession du PDG sortant.

L’affaire des véhicules électriques semble servir de prétexte puisqu’on a tous à l’esprit sa promesse faite en juin dernier d’accélérer la mise sur le marché des voitures électriques, annonçant 25 modèles électrifiés d’ici 2023, soit deux ans plus tôt qu’annoncé.
Pourtant, BMW progresse dans le monde merveilleux des VE. Ainsi, au cours des cinq premiers mois de l’année 2019 (1er janvier-31 mai), BMW a vendu 48.000 voitures électrifiées, c’est à dire 2% de plus que sur la même période en 2018 mais ces modèles représentent beaucoup moins que les 5% espérés au regard des plus d’un million d’unités vendues au total par le groupe sur la même période.

Et si la réalité était simplement financière ?

Krüger semble faire, aussi et surtout, les frais de résultats annuels en deçà des attentes qui annoncent pour 2019 un recul du bénéfice imposable, mais aussi une baisse des marges en raison de la hausse des investissements et des coûts divers liés aux mises aux normes ou à l’électrification à marche forcée imposée par le directoire munichois.
On ajoutera aussi que l’enquête européenne anticartel a déjà divisé par quatre le bénéfice net au premier trimestre à cause d’une provision financière de 1.4 milliard d’euros qui a du être passée pour payer les frais et amendes.
Harald Krüger paye aussi le fait d’avoir perdu en 2016 le premier rang mondial de constructeur de véhicules haut de gamme au profit de Daimler AG (Mercedes-Benz).

Un dossier à suivre dans deux semaines lors de la réunion du directoire de BMW Group.

Via BMW, AP, AFP.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Opel : La nouvelle Astra arrive sur le marché

Actualitévie des marques

Audi R8 V10 Performance RWD : Avec plus de chevaux pour finir en beauté

ActualitéAutour de l'automobileLe coin lectureVéhicules électriques & hybrides

Une bonne lecture : "L'arnaque de la voiture propre" par Nicolas Meunier

ActualitéCommunicationEconomievie des marques

Volkswagen AG : Le mandat d'Herbert Diess prolongé jusqu'en 2025

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *