ActualitéCommunicationEcologie et Nouvelles mobilitésEconomievie des marques

Belgique : Bruxelles dévoile son planning pour la fin des thermiques

La surenchère entre agglomérations, régions, pays de l’Union Européenne concernant la date de fin de l’autorisation des véhicules à moteur à combustion se poursuit.
Nous avons, depuis quelques mois, la très nette impression qu’entre pression écologique déraisonnée et brain-storming de « ouf » chez les spécialistes de la communication, l’heure est à celui qui annoncera la fin des thermiques le plus tôt possible et si possible, de manière brutale et impérieuse. Cela doit surement être fait pour frapper les esprits de ces satanés automobilistes qui ont besoin d’un véhicule pour travailler et simplement vivre.
Cette semaine, c’est la capitale belge et de sa région périphérique qui font des annonces et qui présentent leur planning de sortie du thermique.

Des interdictions socialement justes

Les dix neuf communes qui composent l’agglomération Bruxelles-Capitale* viennent de dévoiler leur plan local de « mise à mort » du thermique. A en croire la force du discours officiel, à Bruxelles comme dans quelques grandes agglomérations de l’UE, on comprend bien que ce projet politique doit à lui seul résoudre tous les problèmes d’écologie en Europe mais aussi dans le monde, surtout si on en croit les propos de députés européens écologistes ou apparentés et de leur chef de file, Pascal Canfin.
Le président de la région Rudi Vervoort précise par communiqué qu’avec cette annonce, l’une des trois régions de la Belgique avance et franchit une nouvelle étape dans l’organisation de la zone de basses émissions bruxelloise (LEZ).
Il assure qu’avec ce plan, Bruxelles-Capitale confirme clairement sa la volonté de faire le choix pour une transition écologique et climatique socialement juste.
S’il le dit, on veut bien le croire mais de gros doutes subsistent surtout si rien n’est fait dans d’autres domaines, notamment celui des transports urbains.

Pour faire passer la pilule amère, le plan se veut progressif et étalé sur plusieurs années comme précisé ci-dessous :
-2028 : Les scooters à moteur thermique sont interdits dans la région
-2030 : les véhicules à moteur diesel sont interdits dans la région
-2035 : tous les véhicules à moteur thermique (essence, diesel, hybride, PHEV) sont interdits dans la région

Les exceptions à la règle envisagée concernent les autobus bus et les camions pour lesquels les solutions avec des motorisations d’avenir ou alternatives ne seront pas encore proposées. Toutefois, le président de la région explique que dans 14 ans, ces véhicules lourds devront alors se plier à de futures normes antipollution beaucoup plus sévères et contraignantes qu’actuellement.
Rudi Vervoort poursuit et tente de rendre son projet acceptable en annonçant des mesures d’accompagnement pour les professionnels afin de les inciter faire l’acquisition de fourgons et de taxis électriques.
Ainsi, la fameuse prime LEZ (Low Emission Zone) destinée aux entreprises de la région bruxelloise va devenir plus accessible avec comme objectif plus ou moins annoncé de rendre le prix VUL électrique équivalent à celui d’un modèle similaire à motorisation thermique.
Par ailleurs, la région assure qu’elle va se donner les moyens de multiplier par près de 100 le nombre de bornes de recharge et fait savoir qu’elles devraient passer de quelques centaines aujourd’hui à plus de 22.000 en 2035. A voir.

Haro sur les véhicules étrangers

Dans un élan démagogico-écologique, les autorités de la région Bruxelles-Capitale annoncent haut et fort qu’elles vont mettre en place dès l’an prochain des nouvelles équipes mobiles qui auront la tâche de contrôler les véhicules immatriculés en dehors de la Belgique afin de s’assurer de leur respect des critères fixés et règles qui régisse la par la Zone des basses émissions mise en place par la région.
Pour justifier cette mesure restrictive mais aussi discriminatoire à l’intérieur de l’espace Schengen, le président Vervoort assure que cette décision est essentiellement liée à l’impact de la pollution automobile sur la santé humaine.

ndla* : La région de Bruxelles-Capitale comprend les villes suivantes :
Anderlecht, Auderghem, Berchem-Sainte Agathe, Bruxelles, Etterbeek, Evere, Forest, Ganshoren, Ixelles, 
Jette, Koekelberg, Molenbeek-Saint-Jean, Saint-Gilles, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek, Uccle, 
Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre

Via AP, AFP, LaLibre,SudInfo.be.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Opel : La nouvelle Astra arrive sur le marché

Actualitévie des marques

Audi R8 V10 Performance RWD : Avec plus de chevaux pour finir en beauté

ActualitéEssai/Prise en mainVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Toyota Yaris Cross : Enfin un SUV à dimension humaine

ActualitéEssai/Prise en mainvie des marques

Nouvelle DS 4, la voie du premium à la française

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *