ActualitéCollection, anciennes et histoirevie des marques

Zagato dévoile « son » IsoRivolta GTZ

La prestigieuse Carrozzeria Zagato revient cet été sur le devant de la scène automobile en dévoilant les premières images officielles de d’ IsoRivolta GTZ qui marque plus ou moins la renaissance du constructeur italien de Bresso.
Pour le temps d’un modèle et série limitée, le carrossier fait une « infidélité » à Aston Martin pour faire revivre une marque automobile italienne disparue le 31 décembre 1974.

Bref rappel

C’est sous le nom d’Isothermos que l’entreprise nait en 1939. Créée par Renzo Rivolta, la société fabrique d’abord des réfrigérateurs et des appareils de chauffage durant la Seconde Guerre Mondiale et jusqu’à la fin des années 40.
En 1949, se lance dans la fabrication de petites motos puis change change de nom en 1952 pour devenir Iso Autoveicoli Spa (c’est l’époque des Iso Isetta), puis Iso Rivolta en 1962 et enfin Iso Motors de début 1973 à décembre 1974.

La nouvelle IsoRivolta GTZ par Zagato est certes une renaissance mais surtout un hommage à l’Iso Grifo A3/C de 1963 qui fut le fruit de la collaboration de l’ingénieur Giotto Bizzarrini pour la conception technique, de la Carrozzeria Bertone pour le style et de Chevrolet pour la fourniture du V8.
A sa naissance, le coupé italien est propulsé par le V8 Chevy 327 (5.3 L) mais le V8 évoluera vers plus de cylindrée et de puissance. Un V8 Ford 5.7 L sera même proposé un temps sur l’Iso avant le retour d’un V8 GM.
L’Iso Grifo A3/C qui sert d’inspiratrice à cette nouvelle GTZ by Zagato était en fait une version destinée à la course. Cela se matérialise dans le nom par un C pour Competizione.

L’IsoRivolta GTZ, l’italo-américaine

L’IsoRivolta GTZ sera construite essentiellement en fibre de carbone et bénéficiera de pièces en aluminium notamment pour les liaisons au sol.
Le coupé italien s’inspire du modèle original. Cela se matérialise par une grande prise d’air à l’avant surmontée de deux plus petites qui s’étirent jusque sous les phares ronds.
Le profil se fait à la fois souple et élancé avec des lignes musclées et ailes bien marquées.
La partie arrière est elle aussi inspirée par celle de l’Iso Grifo A3/C dans son dessin général et par la présence des 4 petits feux ronds.
Un diffuseur apporte une touche de modernité et de sportivité. Parfaitement intégré et il ne dénature en rien le style de la partie postérieure de l’IsoRivolta GTZ 2021.
L’ensemble est réussi, simple et bien plus élégant que ce que proposent d’autres constructeurs en matière de design pour leurs sportives.
Il y a bien évidemment du Zagato dans cette auto et on pourra trouver quelques traces des Perana Z-One (2009) et Alfa Romeo TZ3 Stradale (2011), toutes deux dessinées par le réputé carrossier italien.

Sous le capot, Zagato a choisi la tradition Iso et proposera un coupé motorisé par un bloc américain venu de chez GM et même de Chevrolet.
Il s’agit du V8 6.2 L de la Corvette C7 Z06 mais dans une version revue et surtout réalésée pour offrir une cylindrée de 6.8 L et des performances en hausse.
Pour l’instant, Zagato ne donne aucune indication technique, ni de performances et encore moins de prix ou d’équipements.

L’IsoRivolta GTZ sera officiellement dévoilée au mois d’octobre prochain et c’est lors de sa présentation que nous en apprendrons plus sur le modèle.
Sachez que le carrossier milanais va produire une série de seulement 19 exemplaires de cette voiture dont neuf unités ont déjà été vendues.
Il y a donc une dizaine de voitures encore disponibles à la commande à un tarif que la Carrozzeria Zagato se fera un plaisir de vous communiquer si vous prenez contact avec elle.

A revoir dans deux mois environ.

Via CarrozzeriaZagato.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Hyundai i20 N Line : Pour patienter jusqu'à l'arrivée de la i20 N

ActualitéEconomievie des marques

PLF 2021 : Surtout ne pas oublier l'E10 !

ActualitéEconomievie des marques

Malus écolo 2021 et 2022 : Le coup de massue

ActualitéCollection, anciennes et histoirevie des marques

Classic Days 2020 : A la rencontre de Benoît, Alain, Jacques et Ari

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *