Actualitévie des marques

Toyota GR 86 : Le successeur du GT86 se présente

Le coupé Toyota GT86 a vécu (2012 – 2020), vive le nouveau coupé Toyota GR 86.
A l’image de ce qui se passait avec le coupé GT86 développé et produit en collaboration avec Subaru qui le vendait sous le nom de BRZ, le constructeur japonais a remis le couvert avec Sub’ pour la nouvelle génération de leur coupé.

Le nouveau coupé Toyota hérite des principes techniques et mécaniques du modèle lancé en 2012 et qui s’est tout de même vendu à plus de 200.000 unités dans le monde en 8 ans de carrière.
Le GR 86 est le troisième modèle de la série des voitures de sport « GR » développé par Toyota Gazoo Racing, après les GR Supra et GR Yaris .
Dévoilé cinq mois après le coupé Subaru BRZ, le coupé GR 86 partage beaucoup avec la « Soub’  » et en diffère par les logos, des éléments de design, quelques équipements et un moteur plus puissant de 4 ch et un poids inférieur.

Toyota GR 86 versus Subaru BRZ

Agréable et sportive évolution du style

Au chapitre du design, Toyota et Subaru ont repris l’esprit esthétique de la précédente version ainsi que ses 4 places.
Le style général est dans la même veine mais en plus « musculeux avec une face avant plus vorace notamment du fait de la présence d’une plus grande calandre « Functional Matrix », d’un pare choc plus imposant et de phares agrandis et soulignés par un virgule de leds diurnes.
De face, on pourra trouver à ce coupé Toyota, un petit air de Jaguar F-Type avant restylage.
La partie arrière plus est elle auss plus travaillée avec notamment des feux plus marqués (un peu à la façon Yaris) et une malle de coffre proéminente avec un becquet intégré comme sur la GR Supra.
Le vitrage latéral semble être identique à celui du GT86 mais le profil se fait plus musclé grâce à de nouveaux artifices, comme des évents sur les ailes avant, des roues noires plus grandes en 18 pouces et un bas de caisse qui semble faire ressortir les ailes du nouveau coupé.
La partie arrière basse accueille un diffuseur plus imposant et deux sorties d’échappement plus grandes qui donnent une allure plus sportive au nouveau GR 86.

Une structure modernisée et un poids contenu

Le GR 86 annonce des dimensions quasi similaires à celles du GT86.
Ainsi la longueur est fixée à 4.265 m (4.24 m pour le GT86), la largeur de 1.78 m est identique et la hauteur évolue de 2 cm pour passer de 1.29 m à 1.31 m avec l’antenne (-1 cm sans l’antenne soit 1.28 m).
L’empattement est similaire tout comme le poids qui reste contenu puisque le GR 86 MY2021 annonce une masse de 1.270 kg.
Avec une puissance de 235 ch, le GR 86 revendique un rapport poids/puissance de 5.4 kg/ch ce qui devrait procurer un peu de sportivité au coupé japonais.
Ceci a été possible grâce à l’utilisation de matériaux plus légers, notamment de l’aluminium pour le toit et les ailes. Toyota assure que le dynamisme et l’agrément du nouveau coupé sont assurés notamment par le maintien du moteur Boxer et par la plateforme modulaire TNGA (Toyota New Global Architecture) dont la rigidité a été accrue de 50% en torsion par rapport à celle de l’ancienne version.
De nouvelles jantes alu en 18 pouces chaussées de pneumatiques Michelin Pilot Sport en 215/40 R18 et de nouveaux réglages des suspensions accompagnent les évolutions du GR 86.

Le coupé GR 86, comme le BRZ chez Subaru, profite d’une plateforme revisitée mais il reste une propulsion.
A l’avant les liaisons au sol sont assurées par des bras de suspension de type McPherson et à l’arrière on retrouve un système à double triangulation qui permet d’assurer un bonne motricité et une assise optimale pour une voiture à vocation sportive ou, au minimum, dynamique.
Le freinage est classiquement assuré par des disques ventilés à l’avant et à l’arrière mais, à première vue, pas de gros étriers ou de disques percés sur le GR 86.
La contenance du réservoir reste inchangée et toujours fixée à 50 litres.

Place au moteur Boxer 2.4 L D-4S… atmosphérique

Le coupé Toyota est propulsé par le même moteur Boxer (ou à plat) atmosphérique que celui du coupé Subaru BRZ.
Ce moteur de type D-4S profite d’un système d’injection double (directe et indirecte) pour un meilleur rendement et plus d’agrément.
On retrouve donc le bloc H4 qui cube 2.4 L (2387 cm3 exactement) dans une version qui offre une puissance de 235 ch (ou 173 kW) à 7000 trs/min et un couple de 250 Nm à 3700 trs/min.
La zone rouge est fixée à 7400 trs/min.
Ce nouveau bloc 2.4 L est par ailleurs plus léger que son prédécesseur qui ne cubait que 2.0 L.
Le constructeur précise que la réactivité globale du moteur a été améliorée notamment pour donner plus de « peps » lors des montées en régime ou des passages des vitesses.
La puissance est toujours envoyée aux roues arrière, par l’intermédiaire d’une BVM6 de série ou d’une BVA6 optionnelle.
Toyota ne s’attarde pas pour l’instant sur les performances de ce coupé et se limite à indiquer que l’exercice du 0 à 100 km/h est expédier en à peine 6.3 secondes c’est à dire 1.1 seconde de moins que le GT86 avec BVM6. La marque automobile nous fixe rendez-vous dans quelques semaines pour des données plus détaillées

A bord, la « tradition », ça a du bon !

Quand on ouvre la portière du coupé et si on connait le GT86, on se trouve dans un univers presque familier puisque Toyota, comme Subaru, s’est contenté de reprendre le même esprit à bord en le modernisant.
Le constructeur explique avoir optimisé l’intérieur du coupé pour maximiser la concentration (et le plaisir) du conducteur, notamment en installant le système d’infotainment de manière à réduire la distraction et maximiser l’attention vers la route.
L’écran de 7 pouces du combiné de bord propose un dessin plus moderne qui, notamment, affiche au moment du démarrage, une séquence d’animation inspirée des mouvements de piston du moteur Boxer qui propulse le coupé. Une fois le moteur lancé, on retrouve les affichages nécessaires à la conduite et non un écran digne d’une image de jeu vidéo bien souvent illisible.
Pour le reste, Toyota a fait une totale abstraction de l’abondance de grands écrans HD et de commandes tactiles ou vocales. Dans une sagesse toute japonaise, le constructeur a fait le choix de la fonctionnalité et de l’utilisation de commandes intuitives.
En regardant, la planche de bord, on découvre de vrais boutons, des cadrans presque classiques et des commutateurs simples qui permettent au conducteur de gérer simplement les commandes nécessaires dans la vie à bord d’une automobile.
Un volant sport à la jante épaisse revêtue de cuir et un pédalier, avec repose pied, en alu sont aussi de la partie.
Enfin, on appréciera les sièges Sport redessinés habillés de suédine ou d’Alcantara qui paraissent plus confortables. Les deux places arrière ne semblent pas avoir évolué et resteront dédiées au dépannage pour deux passagers qui auront un talent de contorsioniste.

Toyota précise que le nouveau coupé GR 86 arrivera sur le marché japonais durant l’automne prochain et confirme qu’il sera aussi disponible (probablement début 2022) sur le marché européen. Reste à savoir s’il viendra en France où le fameux malus écolo pourrait lui être fatal au regard de son prix de vente.

A revoir dans quelques mois, au moment de sa mise en vente au Japon puis en Europe.

Via Toyota.

Articles similaires
ActualitéVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Audi A6 e-tron Concept : L'avenir des berlines Sportback passera par l'électricité

Actualitévie des marques

Renault Mégane : Existe désormais avec un moteur 1.0 L TCe

ActualitéCommunicationvie des marques

Ford : Bientôt des "Bronco Stores" aux Etats Unis

Actualitévie des marques

Ford Ranger Stormtrak & Wolftrak : Deux nouvelles versions pour 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *