ActualitéSalonsVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Toyota bZ4X Concept : Cap sur l’électricité

Roi de l’hybridation depuis plus de deux décennies, Toyota profite du salon de l’automobile de Shanghai pour dévoiler son premier véhicule électrique, le bZ4X Concept, un SUV qui parait plus proche de la série que du concept car et qui devrait être le premier véhicule 100% électrique de série du géant japonais.

 BZ pour « Beyond Zero »

Au delà de l’étrangeté du nom, avec l’appellation bZ4X Toyota tente de nous parle neutralité carbone et même plus puisque le constructeur dit vouloir aller au-delà de zéro. Encore une fois, un beau discours marketing qui ne veut rien dire et qui ne sert que le greenwashing que les marques se sentent encore obliger de mettre en avant pour valoriser leurs véhicules électriques.
Si BZ ou Beyond Zero sous entend Zéro Gramme de CO2 émis par le SUV quand il circule, le 4 correspond à un véhicule de taille moyenne et le X veut nous rappeler que cette nouveauté vient du monde fabuleux des SUV.

Ce nouveau SUV électrique va venir se positionner en concurrent direct d’un autre SUV EV, le tout récent Volkswagen ID.4. On imagine que ce sera dans le gabarit mais aussi dans les performances et les prix.
Ce Toyota BZ4X Concept est le premier véhicule du groupe automobile japonais à utiliser la nouvelle plateforme modulaire e-TNGA (dérivée de TNGA ou Toyota New Global Architecture) dédiée aux VE et que nous devrions retrouver au sein d’une nouvelle famille de véhicules sur batterie.
Cette gamme devrait compter 7 modèles différents d’ici à 2025 qui prendront les noms charmants de BZ1, BZ2, BZ2X, BZ3, BZ4, BZ4X et BZ5. Les appellations qui disposent d’un X seront des SUV, les autres des berlines ou des monospaces.
Mise au point en collaboration avec Subaru, cette plateforme sera aussi proposée sur un SUV électrique signé Sub’ en 2022 et qui pourrait prendre le nom d’Evoltis.

Un design très Toyota

Le BZ4X Concept ne peut renier ses origines Toyota et sa parenté avec les SUV de la marque comme le Yaris Cross, le CH-R et le RAV4.
L’allure se fait singulière avec de nombreux plis de carrosserie, des ailes marquées mais aussi des élements de design que ne renierait pas Lexus notamment au niveau de la calandre ou de la partie arrière. Bien qu’un peu rigide dans le dessin, on pourra trouver du charme à ce nouveau SUV électrique.
On note aussi les porte-à-faux réduits aux deux extrémités du véhicule qui repose sur un empattement étiré qui promet une belle habitabilité puisque Toyota assure que l’espace aux jambes des places arrière est quasi identique à celui d’une grande Lexus LS qui mesure environ 60 cm de plus en longueur que le SUV.

Dans l’habitacle et notamment du coté de la planche de bord, fini le classicisme place à un cockpit façon avion de chasse ou petit vaisseau spatial et un module de conduite qui est matérialisé par un volant « Yoke » en demi-lune (comme chez Tesla) mais on ne sait pas s’il sera homologué sur les marchés même s’il est associé à une technologie inédite et innovante.
Toyota explique que cette nouvelle approche de la direction combine un étrier de direction à un système de direction par câble qui permet au conducteur d’avoir un meilleur contrôle, tout en éliminant les interférences dues aux surfaces rugueuses de la route, au nids de poules et au freinage, donnant ainsi une réponse plus précise en fonction de la vitesse du véhicule et de l’angle de braquage.
Ce système Steer-by-wire permet également de se passer du traditionnel volant circulaire donc de pouvoir le remplacer par un nouveau système de contrôle adaptatif de l’adhérence. Grâce à cette technologie, le conducteur n’a plus besoin de déplacer ses mains autour du volant lorsqu’il prend un virage, ce qui ajoute au plaisir de conduire de la voiture. 
On veut bien croire du bien fondé de la technologie mais pas sur qu’il satisfasse les conducteurs qui aiment savoir où ils posent les roues de leur voiture ou de leur SUV et qui apprécient encore cette sensation de maitrise de l’auto mais aussi de la sécurité des passagers.
Rien ne dit que que ce principe sera homologué en Europe ou aux USA où les directions sans liaisons mécaniques ont toujours posé des problèmes pour l’homologation ainsi que dans l’esprit des clients.
Toyota affirme toutefois que cette direction pourrait être autorisée en Chine dès l’an prochain, ce qui reste à confirmer.

Toyota semble d’ailleurs avoir prévu les deux options de direction puisqu’il existe deux photos, une avec le volant Yoke et une avec un volant classiquement rond.

Aucune spécification, ni donnée technique

Toyota ne fait aucune annonce au sujet des éléments techniques et spécifications du modèle.
La firme automobile japonaise se contente de nous dire que la base de ce SUV est la plateforme e-TNGA et que grâce à ses deux moteurs électriques installés entre les essieux Avant et Arrière, le SUV bZ4X Concept dispose de 4 roues motrices.
Pour ce qui est de l’autonomie, du couple moteur, des capacités des batteries, des performances, des consommations et temps de recharges ou de la dotation en équipements de série, il faudra encore patienter quelques mois avant d’en apprendre plus au moment de la présentation de la version de série.

Le BZ4X Concept en vidéo de promo

A revoir dans quelques mois au moment du passage du stade de concept car à la production en série.

Via Toyota, YouTube.

Articles similaires
ActualitéCommunicationEcologie et Nouvelles mobilitésEconomie

Loi Climat & Résilience : Le Sénat vote la baisse de la TVA sur les billets de train

ActualitéCommunicationEconomievie des marques

Stellantis : 300.000 Fiat 500 sur les routes de France

ActualitéCommunicationvie des marques

En route vers l'automobile propre : Le Sénat adopte de nouvelles mesures

ActualitéAutour de l'automobileCommunicationvie des marques

Renault : Une chanteuse veut faire débaptiser le nouveau SUV Arkana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *