ActualitéSport automobilevie des marques

Sebastian Vettel quitte Ferrari, la F1 fait son cirque

Il est comme ça Sebastian. Capable de transcender une équipe, capable aussi de devenir le plus rude négociateur lorsque l’on touche à ses pensions.
Alors que son ami Hamilton s’engage de plus en plus vers des réflexions humanistes et écologiques, Seb’ lui, pragmatique et impitoyable, sent qu’il est grand temps de capitaliser définitivement titres et statut.

On sait que les écuries de F1 vont vouloir considérablement réduire la voilure, tout le monde s’attend à des baisses considérables d’audience, de droits télé et de nombre d’épreuves.

Dans ce monde qui ne fait aucune place aux sentiments, les joies de la gestion anglo-saxonne, la moindre chute de rendement sportif se traduit par des zéros en moins aux rétributions de acteurs sportifs ou techniques.
Avec, en plus, une réglementation sanitaire drastique pour la mini saison 2020 qui vient. A savoir qu’en cas de suspicion Covid 19 dans un team, l’ensemble des techniciens devra être remplacé le temps de la quatorzaine réglementaire. C’est sans doute logique et c’est en tout cas un sacré problème logistique pour les boss des écuries en lice.
Alors forcément tout ça chamboule un peu la donne. Au moment de reparler de l’avenir, Vettel, un peu secoué par le bouillant Leclerc, s’est montré intraitable. Ferrari n’a pas cédé et les deux parties décident donc de se séparer à la fin de cette rude année.

Les supputations vont bon train et chacun peut y aller de sa discussion du café du commerce.
Des brillants plumitifs vont l’envoyer dans toutes les écuries un peu friquées. Nous n’entrerons pas dans ce jeu puisque bien malin aujourd’hui est celui qui est capable de dire de quoi sera fait le paysage auto en 2021.
Les budgets sont incertains, pompés il est vrai par cette Formula E bien trop assujettie aux petits princes du marketing. Et puis lorsque les bilans seront tombés les patrons des grands groupes automobiles mettront en place les mesures d’austérité nécessaires aux rendements des actions, les coupes seront rudes et impitoyables.
Par expérience, nous savons que ce sont dans les plus importantes situations que les choses peuvent être le plus cruelles.
Alors, l’avenir de Vettel…

Articles similaires
ActualitéEconomievie des marques

Jeep Compass 2020 : "Made in Melfi"

Communicationvie des marques

Aston Martin : Andy Palmer pourrait être bientôt remplacé par Tobias Moers

ActualitéVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Kia envisagerait une concurrente à la Citroën Ami

ActualitéEconomieSport automobilevie des marques

McLaren : Un avenir un peu difficile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *