ActualitéAutour de l'automobileVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Riverbreeze, le canot automoteur du patron du design de McLaren

Il est plutôt rare que nous abordions les sujets liés à la navigation et au monde maritime. Toutefois pour le plaisir, le monde automobile et celui de beaux bateaux se rejoignent ici pour nous permettre de découvrir (ou redécouvrir) une très belle unité, le fameux canot automoteur de Frank Stephenson, le patron du design de McLaren Automotive, qui a été mis l’eau à l’automne 2015.

Quelques mots à propos de Frank Stephenson

Riverbreeze, brise de rivière, est un très fin et très élégant canot dessiné, non pas un chantier naval, mais par Frank Stephenson qui montre ici son talent et un savoir faire qui lui permet de bien dessiner autre chose qu’une automobile.
Le directeur de design de McLaren, généralement discret, est un designer américain de talent qui a su au fil des années marier ses cultures et différentes influences pour créer de belles autos que nous apprécions tous.
Pour mémoire, F.Stephenson est notamment le créateur des Fiat Punto (Tipo 199), Bravo (Tipo 198), 500 (version 2007) mais aussi des Maserati MC12, Quattroporte (M139) ainsi que des Alfa Romeo 8C Competizione et MiTo et de quelques Ferrari comme la F430 Spider, la 612 Scaglietti et la FXX.
Chez McLaren, on lui doit les MP4-12C, P1, X-1, 650S, 570S, 650S GT3, 720S et la supervision des derniers modèles de la firme de Woking.
Plus loin dans le temps, il fut le créateur de la Ford Escort RS Cosworth, du BMW X5 (E53) ou de la première Mini (R50/53) de l’ère BMW.
Autant dire que ce designer formé à l’Art Center College of Design de Pasadena en Californie dispose d’une belle carte de visite et d’un solide savoir faire qui lui permet de dessiner, entre autre, ce très beau et très élégant bateau fluvial.
Stephenson dit de son bateau aux lignes épurées :
« Il est dans la veine d’un Riva, mais en plus étiré et peut être plus émotionnel du fait de sa finesse. Ce canot est un travail passionnel et je voulais juste faire quelque chose de spécial, d’unique. »

Un canot dans la lignée des productions des meilleurs chantiers italiens

L’élégant bateau fluvial à coque en bois n’est pas le fruit du travail du bureau de style d’un prestigieux chantier italien. Il a été entièrement dessiné et conçu par Frank Stephenson qui a toutefois pris conseil auprès d’ingénieurs et de designers navals ainsi que de Frank Gehry, architecte naval a qui l’ont doit le grand monocoque Foggy.

Riverbreeze est un canot automoteur fluvial dédié à la promenade. Il mesure 31 pieds ou 9.45 m de long.
Ce bateau est construit intégralement en bois. Il profite d’une e combinaison élégante de bois de rose et d’acajou d’Afrique et du Brésil, recouverts de 15 couches de laque au moment de l’assemblage puis de plusieurs autres au moment de la finition.
La canot est donc protégé par plus de 30 couches de vernis marin.
A chaque hivernage, la coque devra être recouverte de 5 couches supplémentaires (après ponçage des précédentes) pour rester aussi lumineuse et ne pas s’abîmer à cause du temps et de l’eau.

Franck Stephenson explique son choix de naviguer sur un bateau entièrement en bois et de dire :
« Aujourd’hui, tout le monde a un bateau avec une coque en plastique blanc. Certes le bateau peut-être grand mais il n’y a pas de romance. Les bateaux en bois s’améliorent avec l’âge, ils sentent bon, ils vivent et chacun d’eux a son propre caractère. »

Oubliez le V12 ou le V8 et faites place au silence

Bien qu’habitué aux grondements, aux vocalises des moteurs des puissantes et sportives qu’il a créé, F. Stephenson voulait pour son bateau une atmosphère beaucoup plus calme et apaisée.
Exit donc les L4, L6, V6, V8 et V12 en version marine et place à une petite motorisation électrique suffisante pour naviguer sur la Tamise et ses affluents.
Le canot Riverbreeze est propulsé par un moteur électrique installé dans une nacelle à l’arrière.
Intégré dans une embase en forme de torpille il développe la toute petite puissance de 4.2 kW (5.70 ch) ce qui permet la balade fluviale tranquille.
Le moteur est alimenté par huit batteries marines Varta en 12 volts. Le temps de recharge est d’environ 8 heures. Si on en croit les quelques données disponibles cela représente jusqu’à 14.7 kWh de stockage et environ une dizaine d’heure de canotage en rivière.

Pourquoi ce choix de la motorisation électrique ?

Frank Stephenson l’explique en quelques lignes et il dit :
« Pour un designer, tout dépend d’un certain équilibre. Je vais me lever à 6 heures du matin et me battre avec une Ducati à haute teneur en décibels ou une sportive puissante. Donc, quand je monte sur le bateau, tout ce que je veux entendre, c’est le chant des oiseaux et le bruit de l’eau.
Et avec ce genre de bateau il n’y a pas de lois contre l’alcool au volant sur les rivières, c’est définitivement l’endroit pour fumer une pipe, boire un whisky et se détendre seul ou avec quelques amis. »

Via F.Stephenson.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Ford : La Mustang Mach 1 arrive en Europe pour le millésime 2021

Actualitévie des marques

Audi TT RS 40 years of Quattro Limited Edition

ActualitéCommunicationVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Hyundai : Le Kona Electric au rappel

Actualitévie des marques

Volkswagen Taos : Quand on croit qu'il n'y a plus de nouveau SUV chez VW, il y en a encore...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *