Véhicules électriques & hybridesvie des marques

Opel Grandland X Hybrid4 : Classique et attractif

Opel, la future marque électrique et électrisante du groupe PSA entre dans le « grand bain » de l’électrification de sa gamme. Avant l’arrivée très attendue de la prochaine génération de la citadine Corsa (F) et de sa version électrique, Opel dévoile ce jour le Grandland X Hybrid4 ou la version allemande de l’hybridation découverte il y a quelques jours chez DS Automobiles avec le DS 7 Crossback E-Tense.

Grandland X et DS 7 Crossback, même combat ?

Si le nouvel Opel GrandLand X Hybrid4 emprunte au DS 7 Crossback E-Tense ses dessous, il se positionne différemment sur le marché puisqu’il ne cherche pas à venir jouer sur le marché du premium comme le SUV français.
Le Grandland X Hybrid4 se présente comme l’offre technologique d’un constructeur généraliste et c’est plutôt une bonne chose si l’on veut voir se développer ce genre de groupe propulseur dans les prochaines années.
En face, le DS 7 Crossback E-Tense se veut plus raffiné dans sa finition et plus ostentatoire dans sa présentation extérieure. Avec le 3008 Hybrid4 et peut être le prochain C5-Aircross hybride, le groupe PSA va d’une part, pouvoir couvrir l’ensemble du marché de ce segment et d’autre part, rentabiliser au plus vite ses investissements.

Une allure discrètement élégante

Le nouveau GrandLand X Hybrid4 reprend les ingrédients qui font le succès du SUV Opel, à savoir une allure agréable, dynamique, moderne mais qui a su rester discrète.
Cette version hybride se distingue des autres versions de la gamme par son capot moteur peint dans le même noir que le toit, ses jantes alu à 10 branches diamantées-noires en 19 pouces chaussées de pneumatiques en 205/55 R19 et quelques badges Hybrid4 apposés sur le bas des portes avant.
Ceux qui apprécient le GrandLand X « standard » ne trouveront rien à redire à cette nouvelle version. L’habitacle est lui aussi dans le même esprit que celui des autres versions. Il se fait très sobre, presqu’austère avec un mobilier noir quasiment identique, au moins au niveau de la planche de bord , à celui des autres modèles.
L’ensemble est sobre, simple, apparemment ergonomique et n’appelle pas à la critique. On espère seulement que la ou les selleries proposées seront plus « cossues » que celles des autres modèles.
Alors qu’on aurait pu attendre un combiné de bord fait d’un écran TFT multicolore et paramétrable, on constate qu’Opel a fait l’économie (et ce n’est pas un reproche) d’un tel équipement électronique. Le Grandland X Hybrid4 propose un tableau de bord simplement équipé de compteurs et jauges analogiques ce qui devrait satisfaire les conducteurs qui préfèrent un affichage simple et lisible.

Des dessous dans l’air du temps

Reprenant la même chaîne cinématique de le DS 7 Crossback E-Tense, l’Opel Grandland X Hybrid4 est propulsé par le L4 1.6 L Puretech du groupe PSA dans sa version forte de 200 ch. La puissance combinée du SUV est fixée à 300 ch et le couple moteur à 450 Nm.
Ce moteur thermique est accompagné de deux moteurs électriques d’une puissance totale de 80 kW (109 ch). Le premier de ses moteurs électrique est implanté à l’avant et associé à la BVA EAT8. Le second qui entraîne exclusivement le train arrière. Le système de gestion électronique permet au SUV de circuler en mode 2 ou 4 roues motrices quand le conducteur le décide ou quand les conditions de roulage imposent l’aide des quatre roues motrices.
Le conducteur du SUV a à sa disposition 4 modes de conduite spécifiques qui sont :

1- AWD (quatre roues motrices)
2- Sport (conduite dynamique avec renfort de la puissance des moteurs électriques)
3- Hybride (mode gérant automatiquement et sans intervention l’association entre le groupe thermique et les deux moteurs électriques)
4- Electrique : Mode « Full Electric »

Comme pour le DS 7 Crossback E-Tense, le GrandLand X Hybrid4 dispose de batteries Lithium-ion, installées sous le siège arrière, d’une capacité de 13.2 kWh ce qui autorise une autonomie en mode électrique de l’ordre 50 km selon le cycle d’homologation WLTP.
Opel propose deux chargeurs avec ce nouveau SUV hybride.
Un premier, livré série se destine aux prises électriques domestique et propose une puissance de 3.3 kW. Le second, proposé en option délivre une puissance de 6.6 kW.
Enfin une Wallbox délivrant 7.4 kW sera proposée en option. Elle doit permettre de récupérer l’intégralité de l’autonomie (50 km) en 1h50 de rechargement.
Le Grandland X Hybrid 4 dispose d’un système de récupération d’énergie dit maximale. Pour en bénéficier, le conducteur doit choisir le mode appelé Regeneration on Demand. Cette nouvelle fonctionnalité OPD (One Pedal Driving) ne nécessite plus d’appuyer plus ou moins fortement sur la pédale de frein pour réduire la vitesse jusqu’à l’arrêt total. Désormais, il suffit simplement de jouer de l’accélérateur pour ralentir le véhicule, et profiter de la récupération de l’énergie jusqu’au moment de l’arrêt complet du véhicule.

Le constructeur de Rüsselsheim annonce donc une autonomie de 50 km en mode tout électrique (WLTP), une consommation mixte fixée à 2.2 L/100 km et des émissions de CO2 de 49 g/km.
Ces chiffres sont légèrement différents et peut être plus réalistes que ceux annoncés DS Automobiles qui revendique une autonomie de 58 km, une consommation mixte de 1.4 L/100 km et des émissions de CO2 qui s’établissent à 31 g/km pour le DS 7 Crossback.
Est ce à dire que les systèmes de gestion et les réglages sont différents entre les deux modèles ? C’est de l’ordre du possible, PSA ayant peut être fait le choix de favoriser son SUV de « luxe à la française ».

L’Opel Grandland X Hybrid4 en vidéo

Encore un peu de patience

Opel n’a pas annoncé de tarification pour ce nouveau modèle. Pour en savoir plus, il faudra encore attendre quelques semaines et l’ouverture des commandes.
Si on en croit le constructeur allemand, les premières livraisons devrait avoir lieu en fin d’année 2019 ou au début de 2020.

A revoir.

Via Opel, Youtube, TWN.

Articles similaires
ActualitéEconomieSport automobilevie des marques

Groupe Volkswagen : La folie électrique touche aussi le sport automobile

ActualitéLe coin lecturevie des marques

L'Année automobile 2019/2020 : A ne pas manquer

ActualitéEconomievie des marques

Aston Martin n'a pas besoin d'un nouvel investisseur (pour le moment...)

Actualitévie des marques

Renault : de Meo favori, Koller en outsider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *