Actualitévie des marques

Les eurodéputés votent pour des véhicules « sécurisés » dès 2022

Ils auront attendu la dernière séance plénière de la mandature 2013-2019 pour voter quasiment comme un seul homme une loi destinée à rendre obligatoire sur les voitures neuves des nouveaux systèmes de contrôle et d’assistance à la conduite. Tout cela, bien évidemment, au nom de la sécurité.
En effet, le texte a été adopté par 578 voix pour, 30 voix contre et 25 abstentions. Il doit doit toutefois encore être soumis à l’approbation du conseil des ministres de l’Union Européenne dans quelques semaines mais sa validation ne fait quasiment aucun doute si on en croit les observateurs politiques et des sources proches du dossier.

Un quasi limiteur de vitesse et de la surveillance électronique pour tous

Les députés européens ont donc validé ce jour les propositions de lois européennes instaurant l’installation de dispositifs électroniques avancés qui devront équiper tous les nouveaux véhicules à partir de 2022 et 2024 pour ceux qui sont déjà en production.
Ces lois européennes concernent l’adaptation intelligente de la vitesse, la facilitation de l’installation d’un éthylomètre antidémarrage, l’installation d’un avertisseur de somnolence et de perte d’attention du conducteur, la reconnaissance « avancée de distraction » du conducteur, le signal de freinage d’urgence, le radar de recul et l’enregistreur de données d’événements ou  »boîte noire ».
Par ailleurs, les voitures particulières et les VUL devront se doter en série d’un système de freinage d’urgence ainsi que d’un système de maintien de la trajectoire (ESP ? Système de maintien dans la voie de circulation ?).

Ces mesures, appuyées par une enquête de la fameuse Commission Européenne, doivent aider à tendre vers seulement quelques centaines de morts sur les routes d’Europe dans les prochaines années et elles ne renchériront pas le prix de vente des véhicules neufs si on en croit ceux qui soutiennent ce projet.

Par ailleurs, les nouvelles dispositions vont accroître les exigences en matière de sécurité passive pour les crash-tests (avant et latéral) mais aussi pour les pare-brise notamment pour tenter de limiter les blessures sur les piétons, les cyclistes et les personnes qui utilisent les nouveaux moyens de transport individuels.
On pense notamment aux trottinettes, aux monocycles et à quelques autres véhicules plus ou moins adaptés à circulation sur les routes et rues.
On apprend aussi que les modalités d’homologation des pneumatiques seront revues notamment dans le cas de la résistance à l’usure.

Quelques tentatives d’explication

Les eurodéputés craignant pour leur avenir et une possible sanction aux prochaines élections ont envoyé la rapporteure du projet à la rencontre des médias pour qu’elle s’explique et précise certains points.
Róza Thun, élue dans le groupe PPE, précise que le système d’adaptation intelligente de la vitesse fournira au conducteur des informations basées sur les cartes et les panneaux de signalisation lorsque la vitesse autorisée sera dépassée [ndla : est-ce à dire que toutes les autos seront équipées d’un système de lecture des panneaux car on doute que les satellites seront au courant, en temps réel, des mises à jour des dizaines ou centaines de millions de panneaux indicateurs qui sont plantés le long des routes européennes ?]
La député explique aussi que la loi ne met pas en place un vrai limitateur de vitesse, mais plutôt un système intelligent qui avertira le conducteur lorsqu’il est en excès de vitesse. Ce nouveau principe électronique doit garantir davantage de sécurité pour tous les usagers de la route, mais il doit aussi éviter aux conducteurs d’être verbalisé pour excès de vitesse. Un discours bien connu de tous et qui relève plus de la langue de bois que d’autre chose, notamment d’une vraie volonté d’offrir à tous un bon niveau de sécurité sur la route.
La rapporteure du projet de loi est soutenue par des députés du groupe PS qui complètent l’explication et assurent que ce nouveau système de contrôle de la vitesse doit aider à ne pas dépasser la limitation de vitesse puisqu’il faudra augmenter la pression sur la pédale quand la vitesse maximale autorisée sera atteinte.
Le conducteur pourra toutefois surmonter cette résistance en appuyant plus fortement sur l’accélérateur. Ce limiteur permettra aux conducteurs distraits de se rendre compte qu’ils ne respectent pas la limite de vitesse autorisée sur le tronçon de route sur lequel ils circulent.

Il y en aura pour tout le monde !

La loi européenne prévoit aussi des mesures pour les autobus, autocars et poids lourds qui vont devoir être repensés dans leurs structures pour plus de visibilité pour les chauffeurs et ils devront adopter des systèmes de contrôle des angles morts ou vers l’arrière efficaces et fonctionnels en permanence.

Ces évolutions pourraient entraîner à échéance de quelques années une évolution des points de contrôle technique qui devrait se faire plus électronique afin de vérifier le bon fonctionnement de tous ces systèmes d’assistances… euh non, de contrôle sur les voitures.

Une chose est sure ce jour, Dame Perrich’ a ouvert une bouteille de pétillant sans alcool pour fêter le vote d’adoption de cette loi par le Parlement européen.

Via AP, Parlement Européen.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Nuova Ferrari Roma 2020

Actualitévie des marques

McLaren Elva : The ultimate roadster

ActualitéSport automobilevie des marques

PSA Motorsport : Peugeot reviendra en championnat FIA WEC en 2022

ActualitéAutour de l'automobileCommunicationEconomie

Les Pays Bas passent à 100 km/h sur les autoroutes

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *