ActualitéEconomievie des marques

Greenpeace lance la chasse aux SUV, surtout les gros !

Avec l’ouverture du salon de Francfort 2019 et les nombreux problèmes climatiques, l’affaire était prévisible.
L’association écologiste dénonce dans un rapport l’impact négatif des SUV sur la planète.

Greenpeace dit clairement dans son document :« Nous demandons à cette industrie de changer radicalement, ou d’être responsable devant l’Histoire pour son inaction qui nous prive d’un avenir plus vert, plus propre, avec davantage de chances de survie ».

Haro sur les Sport Utility Vehicle et autres voitures du même genre

Dans ce message presque menaçant et quasi anxiogène, l’association verte estime que les SUV sont des tueurs de climat. L’organisation précise par ailleurs que l’ensemble des voitures vendues dans le monde par les grands constructeurs en 2018 émettront autant CO2 que tous les habitants de l’Union européenne et d’ajouter, en enfonçant une porte ouverte, que plus la voiture a un gros moteur, plus elle consomme, et de fait plus elle émet de gaz à effet de serre mis en cause dans le réchauffement du climat sur Terre.
L’ONG somme donc les constructeurs automobiles mais aussi les acheteurs de changer leur mode de vie automobile. Greenpeace souhaite donc fortement que l’offre des constructeurs évoluent et aille vers un remplacement des SUV par des véhicules plus petits et moins énergivores mais l’association veut aussi que les acheteurs comprennent les enjeux climatiques et se détournent de ces véhicules.

On veut bien entendre le discours écologique mais Greenpeace commet quelques erreurs dans son propos, notamment
en qualifiant les SUV de petits 4X4 de ville…
Parle t-on de gros ou de petits véhicules ? Parle t-on de SUV ou de 4×4 ? Tous les SUV roulent-ils uniquement en milieu urbain et péri-urbain ?
Petit, gros, 4×4, SUV, ville, zone rurale… Greenpeace semble une fois encore faire un peu l’amalgame pour vendre son rapport et son rejet quasi permanent des moyens de mobilité personnels.

Heavy is not right

Le rapport et les premiers commentateurs du rapport pointent du doigt le fait que la part de marché des SUV soit passé d’à peine 8% à plus de 32% (moyenne basse) en une décennie en Europe.
Toujours dans la charge mais toujours en reprenant des éléments connus par tous, Greenpeace explique que les SUV sont plus lourds et qu’ils pèsent en moyenne entre 250 et 500 kg de plus qu’une berline équivalente. Pour le coup, l’ONG a raison et cette annonce est une réalité.
L’association s’en prend d’ailleurs à tous les types de SUV. Ainsi qu’ils soient essence, diesel, hybride ou l’électrique, ces Sport Utility Vehicle consomment beaucoup trop, directement ou indirectement, d’énergie et pollue donc bien plus que les autres véhicules présents sur le marché, notamment que les monospaces.
Pour le coup, Greenpeace met en avant la catégorie de véhicules qui a été le plus violemment touchée par la montée en puissance des SUV sur le marché automobile.

Gros constructeur = gros pollueur

Greenpace rappelle aussi qu’en 2018, ce sont quelques 86 millions de véhicules qui ont été vendus le monde ce qui est beaucoup trop au yeux de l’association.
Ainsi on estime que l’industrie automobile est responsable d’environ 4.8 gigatonnes d’émissions carbonées dans notre atmosphère ce qui représente 9% du total des émissions de gaz à effet de serre.
Les plus gros constructeurs sont d’ailleurs dans le viseur de l’ONG qui assure que les plus gros groupes industriels sont bien les plus gros pollueurs.
Malgré un Diesel gate qui est derrière, malgré 4 années de Greenwahsing, malgré la plateforme MEB, et malgré le lancement de l’ID.3 hier, Volkswagen arrive en tête des marques qui ont le plus haut niveau d’émissions
Le groupe allemand précède l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, Toyota, General Motors et le groupe su coréen Hyundai-Kia.
Si on en croit les données évaluées dans le rapport, à eux cinq ces groupes industriels représenteraient 55% des émissions carbone de la filière, le solde de 45% se répartissant entre tous les autres groupes ou marques automobiles.
Si la quasi totalité de la planète automobile est concernée par ce rapport, on est toutefois surpris par le peu de place accordé à la Chine, à son grand marché (~27/28% du marche mondial) et à ses constructeurs encore gros utilisateurs de moteurs non autorisés depuis longtemps, notamment en Europe.

Enfin, pour accompagner ce rapport, n’oublions pas que les députés français vont se pencher cette semaine sur la publicité faite aux SUV et à sa possible interdiction ou restriction.

Qu’on aime ou non ce genre de véhicule, une chose est sure, le SUV a bousculé en bien ou en mal les comportements ou l’état du marché automobile.
Si Greenpeace sort ce rapport la veille de l’ouverture de l’IAA 2019, c’est essentiellement pour qu’il profite d’une bonne com’ et d’une vraie visibilité dans les médias car ce n’est pas la première fois depuis quelques années que l’ONG s’attaque à ce genre de voiture et ceci sans corriger ses erreurs ou avis sur la question.

Au fait, quand sort le rapport de Greenpeace sur le gros problème de la pollution des chaufferies urbaines ou celui des grandes industries toutes regroupées en zone péri-urbaine ?

Pour lire le rapport de Greenpeace en français et en version résumée (12 pages), c’est en cliquant sur ce lien.

Via Greenpeace, France Info, Le Figaro.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Malus écolo : Bruno n'aime plus les grosses autos

ActualitéAutour de l'automobileEconomievie des marques

Malus écolo 2020 : La version WLTP arrivera plus tôt

Actualitévie des marques

Devalliet Mugello 120F : Le light is right à la française

Actualitévie des marques

Nuova Ferrari Roma 2020

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *