ActualitéEconomievie des marques

Renault : Ca chauffe à Maubeuge

Petit retour en 2018

Nous sommes en fin d’été. Le marché automobile est au beau et en passe de réaliser l’une des meilleures années de son histoire.
Le site Renault MCA qui fabrique le ludospace Kangoo est alors annoncé comme l’un des sites les plus compétitifs de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Chez Renault, on se dit alors fier de ce site industriel en grande partie automatisé et en voie de digitalisation. Selon la direction du groupe et ceux qui l’ont visité, cette unité de production préfigure l’usine de demain et l’avenir des centres industriels Renault.
On parle alors de la plus belle et de la plus performante usine automobile de France.
Le site maubeugeois emploie alors près de 1.600 salariés. Il n’est pas la plus grosse usine de l’Alliance (n°1 mondial du secteur automobile en 2017 qui le sera encore en 2018) mais tout est moderne, dans la tendance industrielle du moment bien loin de certaines unités encore grises pour ne pas dire sales que l’on rencontre encore en France ou en Europe.
Certes, le Renault Kangoo VP ou VU n’est pas le véhicule le plus sexy du marché ou même de la gamme de la marque au losange mais il est bien fait et les conditions de travail sont plus qu’acceptables sur le site nordiste.
En 2018, cette unité industrielle est la meilleures des 12 usines Renault implantées en France en terme de productivité et peut même, selon les analystes, rivaliser avec des usines d’Europe de l’Est, d’Espagne ou de Turquie où Renault est allé chercher un main d’oeuvre moins onéreuse à la fin du mois.
Fin 2018, l’usine Renault MCA est même choisir pour produire la nouvelle génération du Kangoo et sa version Z.E. .
La direction de Renault de l’époque assure même les salariés Renault Maubeuge d’avoir une dizaine d’années de travail devant eux c’est à dire jusqu’à l’horizon 2028/2029. Tout va bien
8 Novembre 2018, nous sommes une dizaine de jours avant la rocambolesque arrestation de Carlos Ghosn au Japon.
La patron de Renault et Emmanuel Macron visitent l’usine MCA et le chef de l’état se félicite de ce bel outil de travail à la française. Il promet alors un bel avenir à MCA et à ses salariés.
Ce satisfecit présidentiel vient appuyer une annonce faite par Carlos Ghosn quelques jours plus tôt qui promettait alors un investissement de 500 millions d’euros pour le site afin de renforcer ses capacités industrielles et de poursuivre sa modernisation en temps réel.

Vendredi 29 et Samedi 30 mai 2020

Les choses ont bien changé depuis 2018. La crise économique s’est installée en 2019, le marché automobile mondiale est entré en recession et pour couronner le tout, la pandémie du Covid-19 débuté durant l’hiver 2020 a mis le monde et son système économique à l’arrêt, comme K.O debout.
Depuis 18 mois, l’équipe dirigeante de Renault et de l’Alliance n’est plus la même et le groupe automobile français chapeauté par J-D Sénard est dirigé depuis 14 mois par la directrice financière du groupe, Clotilde Delbos.
Et à la vue de la feuille de route présentée hier, la logique comptable et financière a prévalu pour mettre en place le plan triennal de relance.

Si on savait depuis quelques jours que certaines usines du groupe étaient sur la sellette, tout le monde fut surpris d’apprendre que le site de Maubeuge allait être uni ou absorbé par celui de Douai à moyenne échéance pour produire notamment des véhicules électriques.
L’affaire parait n’avoir guère de sens, sauf peut être dans une logique comptable qui veut qu’on supprimes des usines et des salariés.
L’usine Renault de Maubeuge est le site le plus performant d’Europe et selon des analystes mais aussi des élus locaux sa fermeture n’aurait pas de sens.
L’annonce du plan fait des vagues depuis hier matin et l’usine MCA est à l’arrêt depuis vendredi 29 mai. L’intersyndicale du site a par ailleurs appelé à la grève pour faire pression sur la direction de la firme automobile mais aussi sur le gouvernement qui tient encore un moyen de pression sur Renault, la signature du fameux prêt de 5 milliards d’euros.
On tempérera toutefois ce moyen de pression en se rappelant que Bruno Le Maire, le ministre de l’économie, a dit que l’état ne s’opposerait pas à des fermetures ou à des regroupements de sites industriels au sein du groupe Renault.

Maubeuge est à l’arrêt

Hier, l’intersyndicale de l’usine, par la voix de Fabrice Rozé, délégué CFDT et secrétaire du CSE, de dire que la totalité du personnel était en grève depuis vendredi matin et d’ajouter que l’appel à la cessation du travail se ferait aussi pour l’équipe de l’après-midi.
Ce samedi matin, tout est à l’arrêt et les salariés manifestent à Maubeuge et devant l’usine Renault.
« On ne nous a rien dit du tout, nous sommes toujours dans le flou », expliquait Samuel Beauvois, délégué syndical Sud.
Hier aucun véhicule n’est sorti des chaînes de fabrication et la CFTC le confirme, depuis hier, tout le monde est en grève, y compris les ingénieurs, tout l’encadrement et les chefs d’équipe.
On aura aussi à l’esprit l’importance de l’usine MCA qui emploie actuellement 2.100 personnes sur un bassin d’emploi qui compte 15.000 personnes environ.

Ci dessous un aperçu de la manifestation de ce matin (via les tweets d’Hélène Bonnet de LCI et de la Voix du Nord)

Le dossier est à suivre dans les prochains mois surtout que le soutien local et régional est déjà visible et ce, jusque dans le clergé qui a pris position sur le sujet.

Via VDN, AP, AFP, H.Bonnet, LCi, Tweeter.

Articles similaires
Actualitévie des marques

Rolls-Royce Wraith Kryptos : La Matrice du luxe automobile

ActualitéEconomievie des marques

Ecologie & automobile : Barbara Pompili arrive, tous aux AX !

Actualitévie des marques

Ford : De nouvelles livrées pour la GT

Actualitévie des marques

Lamborghini : La Sian découvrable est en approche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *