Actualitévie des marques

McLaren Elva : The ultimate roadster

Quelques mois après avoir présenté la GT, McLaren dévoile cette semaine la nouvelle Elva ou sa vision du roadster ultime qui marie le meilleur de la technologie actuelle et un hommage à son passé.

Intégrée à la gamme Ultimate Series (Speedtail, Senna, Senna GTR), cette nouvelle McLaren Elva porte un nom qui fait référence à l’histoire de la marque et même plus exactement au début des années 1960 quand Bruce McLaren imaginait puis fabriquait les Elva M1A, M1B et M1C, des barquettes destinées à la course automobile.
Cette nouvelle Elva 2020 est donc un hommage à ces ancêtres qui ont porté le même nom et le même esprit sportif, il y a plus de 55 ans.
Ci-dessous, les Elva M1A, M1A/B, M1B et M1C qui ont inspiré la nouvelle Elva 2020.

Le roadster ultime (chez McLaren)

La nouvelle McLaren Elva sans toit, ni pare-brise ou vitres est d’abord, si on en croit le constructeur de Woking, un hommage à son glorieux passé et à une lignée de sportives qui a su imposer le nom de McLaren dans le monde de la course automobile.
Cette nouveauté anglaise est un donc une marque de considération mécanique réussi qui associe les codes de la barquette et les codes du design actuel du constructeur britannique.
Museau fin et plongeant, regard dynamique et acéré, ailes Av et Ar marquées, arrière tronqué et « racing » sont de la partie.
Dans l’absolu, seules la taille de l’Elva 2020, la disparition de l’arceau de sécurité en métal (remplacé par deux bossages) et les grandes roues sont des éléments très actuels.
McLaren a par ailleurs emprunté une livrée en deux couleurs et a installé des prises d’air sur les ailes arrière à la M1 des années 60.

Essentiellement construite en fibre de carbone et de pièces en aluminium, l’Elva 2020 est annoncée comme la McLaren la plus légère jamais produite (à vérifier toutefois car les McLaren Elva des années 60 pesaient entre 830 et 870 kg)

Avec un V8 qui décoiffe

L’Elva 2020 est propulsée par un moteur V8 installé en position centrale-arrière.
Il s’agit du récent V8 de 3.994 cm3 Biturbo que l’on retrouve sur les derniers modèles de la marque comme les Senna et Senna GTR notamment.
Dans le cas présent il développe la puissance de 815 ch et annonce un couple moteur de 800 Nm. La puissance est envoyée aux seules roues arrière grâce à une boîte à double embrayage (DCT) à 7 rapports empruntée à la McLaren Senna.
McLaren reste encore un peu imprécis au sujet des performances de ce « sèche cheveux hautes performance de luxe » mais le constructeur annonce toutefois un temps de moins de 3.0 secondes pour passer de 0 à 100 km/h et seulement 6.7 seconde pour aller de 0 à 200 km/h.

Même si l’aérodynamique a occupé une bonne partie du développement de l’Elva, il ne faudra surtout pas oublier de porter un casque au moment de prendre la route.

Un cockpit minimaliste très McLaren

Le cockpit ouvert se fait lui aussi très dépouillé notamment pour des raisons de poids.On y trouve cependant deux beaux sièges baquets et deux écrans. L’un sert de « dalle numérique » pour le combiné porte instrument et l’autre, en 8 pouces, installé au dessus de la console centrale minimaliste sert pour le système d’infotainment et la connectivité vers les smartphones.

Comme pour bon nombre de McLaren, la production de l’Elva se fera dans le cadre d’une série limitée. 
Il n’y en aura que 399 exemplaires et chaque exemplaire sera facturé au prix de base de 1.709.250€.
A ce prix, le constructeur précise que la TVA est incluse mais pas le malus écolo français, ni la taxe sur les 36 CV fiscaux et plus, tout comme les options de personnalisation qui seront à négocier avec le département MSO (McLaren Special Operations).

Via McLaren.

Articles similaires
ActualitéMobilités urbaines et d'avenirVéhicules électriques & hybridesvie des marques

Citroën met le cap sur l'électrification de sa gamme

ActualitéEconomievie des marques

ACEA : Manley (FCA) succède à Tavares (PSA)

ActualitéSport automobilevie des marques

Porsche : 4 voitures officielles engagées aux 24 Heures du Mans 2020

ActualitéEconomieSport automobilevie des marques

Groupe Volkswagen : La folie électrique touche aussi le sport automobile

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *