Actualitévie des marques

Lexus GS : Une dernière série limitée et puis s’en ira

Née durant l’été 2011, puis commercialisée à la fin du printemps 2012, la grande berline de Lexus arrive en fin de vie et cessera d’être produite dans quelques mois.
L’affaire ne changera rien pour nous européens puisque le modèle n’est plus présent au catalogue Lexus depuis 2018. Il a d’ailleurs été remplacé par la berline ES 300h depuis l’an passé.

Baisse des ventes + âge = fin de production

La disparition de la Lexus GS concerne essentiellement les marchés automobiles d’Amérique du nord et le Japon où elle est encore au catalogue.
Le modèle ne sera pas remplacé et signe la fin d’une lignée de berlines Lexus née en 1993 qui compte quatre générations, à savoir la GS S140 en 1993, la GS S160 en 1997, la GS S190 en 2005 et la GS L10 depuis 2011.

En 2019, la GS ne représentait que 4% de toutes les ventes de voitures particulières Lexus et seulement 0.88% de toutes les ventes de berlines de luxe de taille moyenne outre Atlantique. Le constructeur précise par ailleurs que depuis 2018, les ventes étaient en baisse de 48.8% ce qui n’a pas du inciter au renouvellement du modèle.
L’an passé, le constructeur japonais n’a vendu que 3.378 unités du modèle ce qui est bien peu tant au regard des chiffres réalisés il y a quelques années que de l’état du marché automobile américain.

C’est durant le mois d’août prochain que Lexus cessera définitivement de fabriquer la GS qui avait été lancée avec le millésime US 1994 et qui avait pour tache d’aller chercher les allemandes Audi A6, BMW Série 5 et Mercedes-Benz Classe E, Chrysler 300 et plus récemment les Cadillac CTS ou Lincoln MKZ.

Lexus cesse l’ensemble de la production c’est à dire qu’outre les versions thermiques, les versions hybride mais aussi GS F (V8 5.0 L 467 ch) ne seront plus fabriquées.

Une version Black Line Special Edition pour bien finir

Pour terminer sa carrière, la Lexus GS se décline en version Black Line Special Edition qui veut marier le meilleur du luxe et de l’esprit dynamique du modèle.
Ce modèle est produit dans le cadre d’une fabrication limitée à seulement 200 véhicules destinés au marché américain exclusivement.
Disponible en deux coloris de carrosserie, à savoir Ultra White et Caviar (noir), la berline propose quelques exclusivités comme des roues en alu (Modèle F Sport) à cinq branches en finition noire brillante chaussées de pneumatiques en 235/40 R19, une calandre elle aussi noire et un becquet de coffre dans la même teinte. 

L’habitacle joue à la fois le luxe et la sportivité et offre notamment des sièges sport, un volant garnis de cuir noir avec des surpiqûres contrastées Rouge Rioja, des panneaux de portes, un habillage de planche de bord et une console revêtue d’Alcantara noir avec des accents rouges.
Les inserts décoratifs sont en fibre de carbone noire et les surtapis sont assortis à l’ambiance de l’habitacle.
La berline profite aussi d’un set de bagages créé par Zero Halliburton qui comprend deux valises de 56 et 66 cm.
Pour le reste, la GS 350 F Sport Black Line Edition reprend tous les équipements de confort et de sécurité présents de série sur la GS 350 F Sport.

Mécaniquement, on retrouve, le V6 3.5 L VVT-i atmosphérique fort de 315 ch, 380 Nm associé avec une BVA8.
Cette version est proposée en version RWD et AWD.

Lexus n’a pas encore annoncé la tarification de cette GS 350 F Sport Black Line Special Edition mais elle devrait débuter aux environs de 54.700$ en version RWD.
Sachez enfin que le marché japonais a droit à une version équivalente qui diffère du modèle américain essentiellement par son appellation Eternal Touring et une connotation légèrement moins sportive.

Via Lexus.

Articles similaires
ActualitéAutour de l'automobileCollection, anciennes et histoirevie des marques

Classic Days 2020 : Ce fut un bon week end

ActualitéCommunicationvie des marques

Wayne Anthony Griffiths, probable futur patron de Seat

ActualitéNon classévie des marquesVUL, Vans, Fourgons

Suzuki Jimny 2020 : Il revient en version VUL... sans malus

Actualitévie des marques

Skoda Kodiaq RS : 18 mois et puis s'en va !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *