Nous en parlions dès le printemps dernier et il y a un mois l’affaire était confirmée, Bolloré faisait savoir qu’il voulait en finir avec les systèmes d’auto-partage locaux.
Cette activité gérées par la filiale Bluecarsharing ne sont pas rentables et le groupe industriel finistérien a décidé d’arrêter les frais dans les villes où il est présent.
Après Autolib’, Blueindy et avant les autres villes, c’est au tour de Bluely, le service d’auto-partage lyonnais de mettre la clef sous la porte dans quelques semaines.

A peine 7 ans et puis s’en va

Inauguré le 10 octobre 2013 avec 51 stations à Lyon et à Villeurbanne, Bluely comptait quelques 250 voitures électriques Bolloré Bluecar en libre-service, 500 bornes de recharge réparties sur la métropole lyonnaise et dans une dizaine de communes du Grand Lyon ainsi qu’une station à l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry.
A la fin de l’année 2019, le service comptait environ 10.000 abonnés et en 7 années d’activité, les voitures siglées Bluely auront parcouru plus de 6.800.000 km dans Lyon et son agglomération.

La faute au Covid-19

Bluely cessera définitivement toute activité le 31 août prochain à minuit.
Sans surprise Bluecarsharing et sa filiale lyonnaise collent cet arrêt d’activité sur le « méchant virus Covid-19 » et expliquent par communiqué aux utilisateurs du service :
 » Malgré tous nos efforts depuis désormais plus de 6 ans, le manque de rentabilité du service, situation accentuée ces derniers temps par la crise sanitaire et économique liée au Covid-19, nous amène à prendre cette difficile décision.
Nous vous remercions de votre soutien ayant contribué à rendre la ville plus propre et plus pratique. »

Hasard du calendrier, Bolloré annonce la fin de Bluely alors qu’un important un pic de pollution à l’ozone est observé dans la capitale rhodanienne et ses environs et que le nouveau maire de Lyon fait clairement savoir qu’il veut expulser du centre de la ville (pas seulement la Presqu’ile) toutes les voitures sales et le plus de voitures en général pour rendre Lyon aux piétons, cyclistes, trottinettistes et autres adeptes du Grand Bi ou du monocycle !

Ci dessous le communiqué officiel :

On gardera aussi à l’esprit qu’en 2012, le groupe Bolloré a usé de stratagème judiciaro-politique pour s’implanter à Lyon afin de déloger manu militari le service Car2Go qui était alors en place dans la capitale des Gaules pour avoir le monopole sur le marché de l’auto-partage lyonnais.

Le prochain sur la liste s’appelle Bluecub’ à Bordeaux ??

Via Bolloré/Bluecarsharing/Bluely.

Articles similaires
ActualitéSport automobilevie des marques

24 Heures du Mans 2020 : Private event

Actualitévie des marques

Nissan : L'usine de Barcelone "gagne" un sursis d'une année

Actualitévie des marques

Ford Puma ST : Débarquement prévu fin septembre

Actualitévie des marques

Mercedes-Benz : L'AMG GT existe en version "Night Edition"

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *