Surprise ? Ou fin d’un long suspense ? En tout cas, les rumeurs lancées il y a maintenant plus de deux ans dans le cadre du repositionnement d’Alfa Romeo par Sergio Marchionne aboutissent avec le retour du Biscione dans la catégorie reine, la F1. L’an prochain, il faudra s’y faire avec une nouvelle écurie : l’Alfa Romeo Sauber F1 Team. 

Et pour illustrer cela, voici une monoplace d’il y aura 80 ans l’an prochain, la Tipo 308 conçue 1938, déjà rouge bien entendu dans une écurie dirigée par un certain Enzo Ferrari… En 2018, le couple Ferrari/Alfa Romeo, sous la bénédiction (et la volonté) de FCA, se retrouve à nouveau sur les circuits de F1. Le sponsor titre de l’équipe suisse Sauber devient en effet Alfa Romeo, ce pour un partenariat de plusieurs années en technologie, stratégie et marketing, tandis que sous le capot arrière le Power Unit demeure d’origine Ferrari.

Le partage d’expérience devrait cependant être bénéfique pour Alfa Romeo, de même que la communication associée, notamment pour les modèles Quadrifoglio déjà auréolés de leurs records du tour respectifs sur le Nürburgring (pour la Giulia et le Stelvio).

Une longue histoire entre Alfa Romeo et la Formule 1

Si le partenariat entre Alfa et Sauber sera une première, la présence en F1 est un retour aux sources pour la marque de Milan. Présent lors du tout premier championnat de F1 en 1950, le Biscione est présent dès 1925 avec la GT Tipo 2. Après-guerre, Alfa Romeo est au départ des GP jusqu’en 1988, mais les débuts sont aussi flamboyants que l’attente est longue ensuite pour retrouver le chemin des podiums. Deux titres en 50 et 51 avec Giuseppe Farina puis Juan-Manuel Fangio, suivi d’une longue époque où Alfa Romeo est motoriste, notamment de 1961 à 1979. De retour en son nom à la fin des années 70, la marque ne fera jamais mieux que 6e du Championnat en 1983. Et Alfa de quitter la F1 en 1985, pour 33 ans d’une absence aujourd’hui terminée.

Cependant, rien ne dit que la victoire est acquise en 2018. C’est même plutôt l’inverse : le Power Unit Ferrari n’ayant jusqu’à présent pas tellement réussi à Sauber. La campagne 2017 de la Sauber C36 est même particulièrement morne, avec 5 petits points marqués seulement, et la cuillère de bois du classement, derrière McLaren. Alors certes, ses pilotes n’ont ni la fougue ni le talent non plus d’un Alonso, mais le moins qu’on puisse dire est qu’Alfa Romeo arrive à point nommé pour redonner du souffle à l’écurie suisse !

Via Alfa Romeo


Commentaires

Plus d'articles