Commercialisé depuis septembre 2017 en Chine, voici que la marque aux chevrons va proposer d’ici la fin de l’année 2018 son nouveau fer de lance en Europe : le nouveau SUV Citroën C5 Aircross. Identique sur le plan stylistique au modèle chinois, cette version européenne adopte, cependant, quelques spécificités pour ce marché. Lors d’une présentation au Domaine de Saint-Cloud, nous avons pu prendre en mains l’un des premiers prototypes. Alors ces premières impressions, que donnent-elles ?

Dans la lignée de la gamme Citroën

Esthétiquement parlant, ce nouveau C5 Aircross se montre presque en tous points identique au modèle chinois. Comme sur tout le renouvellement de la gamme, qui débuta depuis la nouvelle C4 Picasso II qui avait inauguré le regard à double étage, on retrouve cette fameuse identité visuelle au niveau des phares avant en double étage. Caractéristique que l’on retrouve sur toute la gamme maintenant, et qui donne une certaine cohérence de style à Citroën. A la fois fluide et statutaire, ce visuel donne une impression d’élégance sans pour autant verser dans l’excès d’agressivité à l’ensemble.

Vu de profil, même si les Airbumps en plein milieu des portières ont disparu, ceux-ci ont été réintégrés en bas-de-portes donnant un style harmonieux à ce C5 Aircross. Ce sont de simples baguettes en polypropylène comme sur la C4 Cactus restylée pour être précis, avec un cerclage coloré original à ce niveau de gamme, appelé « ponctuel » par la marque. A l’image des C4 SpaceTourer (nouveau nom donné au C4 Picasso), le vitrage est cerclé de chrome, ce qui vient renforcer le dynamisme du profil. On notera que cet élément avait été vu dès le C-Aircross Concept sous la forme d’un « décapsuleur ».

Pour l’arrière, on retrouve un classicisme plus conventionnel. Ceci étant voulu pour donner une impression de volume intérieur, selon Citroën. En tout cas, l’ensemble reste bien proportionné. Afin de renforcer le dynamisme du coffre arrière, les feux arrière adoptent un design assez travaillé avec 4 modules de lumières. Modules que l’on retrouve sur la Citroën C5 vendue sur le marché chinois.

Un habitacle plus cossu et moderne

Ce qui frappe le plus avec ce nouveau C5 Aircross, c’est surtout l’intérieur. Depuis quelques temps, force est de constater que la Groupe PSA bouscule ses propres stéréotypes. Travaillée suivant des lignes horizontales, cette nouvelle planche de bord se montre à la fois épurée et élégante. On a l’impression que la partie haute est suspendue à la console centrale.

Côté tableau de bord, on note une certaine similitude avec le Peugeot 3008, développé également sur la même plate-forme EMP2. C’est normal, ils partagent tous les 2 60% de leurs composants en intérieur et extérieur ! On retrouve ainsi le même écran central totalement numérique de 12,3 pouces derrière le volant. De la même façon, ce nouveau C5 Aircross arbore un écran central tactile de 8 pouces avec toutes les données d’info-divertissement. A noter aussi l’apparition de la recharge sans fil pour Smartphones ou de la fonction Mirror Screen.

Aux places arrière, le modèle européen a droit à 3 sièges indépendants et coulissants sur 150 mm, en replacement de la banquette fixe présente sur la version chinoise. Ceci permet notamment de favoriser une modularité si chère à la marque Citroën, et aussi de ménager un volume de chargement utile évolutif. Ainsi, le C5 Aircross peut-il passer de 580 litres à 720 litres avec les sièges arrière totalement avancés. En version sièges rabattus, le coffre offre un volume de chargement de 1 630 litres.

A noter également, les couleurs et matières utilisées dans ce nouveau C5 Aircross. Seules les versions cuir noir/tissu gris foncé façon jean et cuir nappa brun/cuir noir étaient disponibles dans ces prototypes où l’on a pu remarquer les coutures en quadrillage à la façon des CX de l’époque, et qui renvoient inconditionnellement à l’univers du matelas. De plus, la ligne d’horizon en haut des différents sièges est bien intégrée et donne un contraste de belle facture à l’ensemble. Ajoutez à cela une lanière sur la planche de bord et des poignées de maintien dans les portes (évoquant le décor des Airbumps) et on a une assez bonne cohérence d’ensemble, à première vue.

Une prise en main plutôt typée confort

Même s’il nous a été difficile de faire un essai dynamique complet, nous avons surtout pu apprécier le confort de conduite de ce nouveau C5 Aircross. En effet, bien que le test dynamique ne nous ait autorisé que 20 minutes d’essai, le parc de Saint-Cloud regorge de ralentisseurs (parfois coriaces) permettant d’apprécier deux innovations majeures de ce nouveau SUV : les suspensions à butées hydrauliques progressives et les sièges Advanced Comfort.

Commençons d’abord par les suspensions. Cher aux clients de la marque aux chevrons, le filtrage de la route a toujours été le maître-mot de Citroën. Afin de répondre au mieux à cela, le nouveau C5 Aircross profite de nouvelles suspensions. Déjà utilisées sur la Citroën C3 WRC, elles se différencient des suspensions classiques par l’adoption de butées hydrauliques au niveau de la détente et de la compression.

Suivant le profil de la route, ces butées interagissent pour soit filtrer la route sur les sollicitations légères, soit apporter un certain niveau d’amortissement lorsque les sollicitations deviennent plus intensives. Ainsi, grâce à ce système pour lequel 20 brevets ont été déposés, on se trouve sur un tapis volant en mode confort, ou alors avec un véhicule dynamique sans phénomène de rebond lorsque le C5 Aircross est sollicité. Les oscillations verticales sont très bien maîtrisées tandis que les mouvements de caisse semblaient contenus. Si le niveau peut se comparer à feu l’Hydractive, il faut néanmoins faire le deuil de la garde au sol variable et de l’assiette constante, ces nouvelles suspensions étant passives.

Outre ce système de suspensions, le C5 Aircross adopte de nouveaux sièges Advanced Comfort. Dans le but d’offrir une expérience de conduite et de confort optimale, ces sièges offrent maintien digne d’un canapé. Par l’intermédiaire des différentes densités de mousses, ils apportent une certaine posture de maintien qui se marie très bien avec les suspensions. Mais un essai plus complet permettra de se rendre compte du niveau de confort apporté à ce nouveau C5 Aircross. En tout cas, le confort dit « d’approche » des sièges est réussi du fait de la bonne première impression qu’ils laissent, grâce aux 20 mm de mousses supérieures venant envelopper le corps.

Certains des dos d’ânes du parc de Saint-Cloud, redoutables dès 30 km/h, ont ainsi pu être pris avec sérénité jusqu’à près de 50 km/h.

Dernier détail sur le confort d’utilisation, le niveau d’insonorisation. Même si l’essai s’est révélé court, nous avons pu remarquer que le niveau sonore a été bien travaillé notamment par l’adoption de vitres à double épaisseur ainsi qu’un travail sur l’insonorisation moteur. A voir bien entendu sur un essai complet mais les quelques mètres qui nous ont été offerts nous ont plutôt bluffé.

Un C5 Aircross dans l’air du temps

Reste pour l’instant nous n’avons eu entre nos mains que des prototypes, dont un facétieusement stické comme le sont de véritables modèles sous confidentialité. A bord, on remarque les plastiques non-grainé, et les ajustements parfois aléatoires de mobilier, tandis qu’à l’extérieur la mise des véhicules n’est parfois pas définitive, à l’image des calandres de versions chinoises. PSA a encore six mois pour parfaire le lancement de son nouveau modèle, c’est donc en décembre que nous le retrouverons pour de plus amples informations. Le public le découvrira en statique dès le Mondial de l’Automobile.

Texte : Christian CONDÉ
Crédits photos : François M. – The Automobilist

Citroën C5 Aircross, C’est 5 articles complets sur The Automobilist !


Commentaires

Plus d'articles