Essai Nissan Micra 1.0 71 ch

Présentée en 2016 et sortie l’année suivante, la Nissan Micra n’est pas une inconnue de The Automobilist. Elle a déjà été essayée en version 90 ch par Fabien à l’époque. Depuis, la gamme de la citadine franco-japonaise s’est agrémentée d’un nouveau petit moteur d’entrée de gamme, de 19 ch moins puissant. Nous repartons donc aujourd’hui analyser cette cinquième génération de Micra pour voir ce que donne cette nouvelle motorisation 1.0 l de 71 ch.

Essai Nissan Micra 71 ch

Une Nissan Micra toute en beauté

Unique. C’est le mot qui vient à l’esprit lorsque l’on regarde notre Nissan Micra couleur Orange Racing sur le parking où nous en prenons possession. Si cette teinte n’est pas nouvelle, sa présence sur un modèle autre que la Nissan GTR est, elle, plus étonnante, et fortement appréciable. En effet, il est plutôt rare de croiser des véhicules oranges bien visibles, en tout cas en région parisienne. Cette cinquième génération de Nissan Micra nous est ici confiée en finition Acenta. Disponible à partir de 15 790 €, elle est uniquement disponible en 5-portes comme nombre de ses concurrentes. Et bien qu’elle demeure citadine, elle a tout d’une voiture maxi compacte puisque reposant sur la plateforme de sa cousine la Renault Clio IV. Voulue plus grande que ses aïeules, elle profite d’un dessin extérieur très moderne, très « sushi énervé ».

A l’œil, la voiture est très agréable et cela change, de façon très positive, des Clio IV, Ford Fiesta et Peugeot 208 au dessin plus arrondi et consensuel. La Micra vient ici jouer sur les plates-bandes de la Citroën C3 côté look, avec un ensemble voulu coloré, différent et moderne ! Lors de notre essai, nous avons pu confirmer que sa robe acidulée Orange Racing ne passait vraiment pas inaperçue sur nos routes, au nombre des têtes qui se retournèrent pour suivre la voiture du regard. En effet, donnant un coup de pep’s au paysage automobile en ces périodes de temps gris, cette couleur au coût de 530 euros, vous permettra d’avoir une voiture unique en son genre. Nous, on adore !

Immersion à bord de la Nissan Micra

Une fois à l’intérieur de la Micra, on retrouve des choses plus traditionnelles. En rupture avec l’extérieur, l’habitacle s’avère sombre et sans grande originalité. Pour cette cinquième génération, Nissan a utilisé des matériaux de qualité globale très bonne pour ce segment. Les plastiques sont moussés, les tissus agréables au toucher. Cependant, nous émettons quelques doutes sur le plastique dur granuleux que l’on retrouve au sommet des portes avant et arrière. Il est certes probablement prévu pour résister aux intempéries lorsque l’on ouvre les portes et qu’il pleut, par exemple, mais son toucher est vraiment cheap.

Les sièges de notre citadine, longs en assise, s’avèrent confortables. Pensés pour un usage sur tout type de routes, ils procurent un réel confort pour les lombaires. Notre Micra (modèle immatriculé en novembre 2017) était également équipée du Pack Hivernal (qui n’est plus disponible à la commande depuis… décembre 2017). Ce pack comprend/comprenait les sièges chauffants et les rétroviseurs extérieurs dégivrants. De quoi offrir un réel agrément pendant la période de froid sibérien de notre essai.

Comme un sentiment d’échappatoire, le système d’enceinte Bose intégré à l’appuie-tête du siège conducteur, permet de créer une ambiance musicale intime pour celui-ci. Du Jazz au R’n’B, vous redécouvrirez les musiques avec un aspect sonore détaillé grâce aux six haut-parleurs répartis dans la voiture. La sensation, côté passager, de ce système intégré au siège conducteur est étonnante : on a l’impression que le son vient du côté conducteur, indéniablement, mais nous avons surtout l’impression de nous retrouver isolé, de « l’autre côté ».

Dotée d’un habitacle soigné, la nouvelle Nissan Micra combine technologies et espace. En effet, ce n’est pas la place qui manque à l’avant. Il y a un réel sentiment d’espace tant le pare-brise est loin.

A l’arrière, la place est là mais l’ensemble se montre plus étriqué. Une banquette 2/3-1/3 est proposée aux passagers et s’avère relativement confortable pour les trajets quotidiens. Cependant, en plus d’une ligne de toit assez basse et d’une surface vitrée réduite, l’enfermement se fait ressentir, d’autant qu’il ne reste que peu de place pour les jambes lorsqu’un « grand » s’installe devant. Pas de surprise, la Micra confirme son statut de citadine. Nous aurions apprécié des vitres arrière électriques afin de faciliter leur ouverture.

Enfin, pour terminer sur l’espace intérieur, parlons du coffre. D’une contenance de 300 L, soit 35 de plus que la Micra IV, il est dans la moyenne de ses concurrentes, qui va de 340 L pour la Renault Zoé à 270 L pour une Audi A1.

Que se cache-t-il sous cette ligne attrayante ?

Allez, il est temps de prendre le volant de notre maxi sushi énervé de… 71 ch. Oui, ce n’est pas bezef. Animée par ce nouveau bloc 3-cylindres couplé à une boîte de vitesses mécanique à 5 rapports (répondant au doux nom de MT5), notre bolide du jour n’est pas, sur le papier, un foudre de guerre. Avec une accélération de 0 à 100 km/h en 16,4 secondes, et une vitesse maximale annoncée de 158 km/h, la Micra ne fera pas de vous le roi du feu rouge. Cependant, comme ce n’est pas ce qu’on lui demande, que vaut-elle pour aller d’un point A à un point B ?

Essai Nissan Micra 71 ch

La Micra offre une conduite agréable en ville avec une très belle gestion des aspérités diverses et variées tels que les ralentisseurs ou les chaussées dégradées. Les changements de cap sont rapides et précis et la petite citadine s’en sort très bien.

Lorsque nous sortons de l’agglomération, un bon coup d’accélérateur n’est pas de trop pour faire sortir les 71 chevaux (on aurait juré que c’était des Shetlands !). Les accélérations à bas-régime nécessiteront de rétrograder un rapport tant le petit moteur manque de couple. Relativement souple pourtant, il saura déplacer la voiture très (trop ?) en douceur.

Le manque de dynamisme de l’ensemble amène à une conduite monotone et linéaire. La Micra 71 ch n’est absolument pas faite pour une conduite sportive, tant au niveau du moteur que du châssis. Sur autoroute, si la voiture peut tenir le 130 km/h, son rythme de croisière sera plutôt autour de 110, là où la consommation sera au plus bas (3,8 l/100 km vérifiés), de même que les bruits d’air et de roulement.

Ajoutons un petit mot sur le pack sécurité (option à 550 euros) qui comprend le freinage d’urgence, la lecture des panneaux, le passage aux feux de route automatique et l’alerte de franchissement de lignes. Le freinage d’urgence s’est avéré un peu trop réactif, voir pro-actif, lors de notre essai, se déclenchant dans des situations n’en manifestant pas le besoin. Cela obère réellement la confiance que l’on place en ce système.

Quelques mots sur l’infodivertissement : cette cinquième génération de Micra bénéficie d’un écran tactile permettant de gérer les différents médias. La voiture est compatible Apple Car Play et Android Auto. Elle dispose de série de toute une panoplie d’aides à la conduite : régulateur de vitesse, limiteur de vitesse, commandes vocales, aide au démarrage en côte, essuies-glace et allumage automatique des phares comme dit. Soit tout le confort moderne que l’on attend d’une citadine de 2018.

Pour finir sur notre liste de petits défauts, abordons le sujet des pare-soleil. En effet, ceux-ci sont complètement disproportionnés pour quiconque mesure plus d’1,70 m, même avec les sièges réglés au plus bas. Gigantesques, ils viendront vous obstruer la vue ! Libre à vous de conduire avec le soleil de face… ou la vue bouchée par le pare-soleil.

Essai Nissan Micra 71 ch

Conclusion

Cette Nissan Micra de cinquième génération a donc pour elle un design résolument jeune et dynamique, lui permettant de se différencier sur le marché concurrentiel des citadines. Du point de vue des performances, notre modèle de 71 ch s’imposera pour les acheteurs effectuant la majorité de leurs trajets en agglomération. Dès que l’on en sort, le manque de puissance et les bruits de fonctionnement seront désagréables. Avec 4 chevaux fiscaux, une faible consommation relevée sur notre essai (5 l/ 100 km), et son design rafraîchissant, cette Micra semble conçue pour les jeunes permis. Question prix enfin, si notre version Acenta débute à 15 790 €, notre modèle d’essai était lui à 17 620 € avec ses packs et options… Le prix des petites différences.

Essai Nissan Micra 71 ch

Texte et photos : The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles