Face aux monospaces, la critique est connue : voiture de la famille, camionnette civilisée, bétaillère ou même « cathomobile »… Oui, mais ça, c’était avant. Voire, bien avant. Depuis 2008 est proposé le Ford S-Max, d’un S qui veut dire « sport ». Et la formule a si bien marché que depuis 2015 le S-Max a été renouvelé, toujours dans l’optique d’offrir, certes de la place pour 7 passagers, mais surtout de l’agrément de conduite à son conducteur ascendant pilote. Autant le dire tout de suite : ce sportif de la famille n’a rien perdu de sa vélocité, surtout dans cette version Diesel 2.0 TDCi de 180 chevaux équipé de la boîte automatique Powershift et de la transmission intégrale i-AWD. Embarquons, même en tribu, pour le vérifier en mots et en images.

1- Monospace et sport : croisons-les !
2- Capacité : 7 à la maison
3- La conduite avec le sourire
4- Combien pour ce Ford S-Max ?

Monospace et sport : un mariage heureux

Les monospaces, ou Multi Purpose Vehicle de leur acronyme anglais MPV, n’ont jamais eu de vocation pour la sportivité. Multi-usages, les monovolumes n’en restaient pas moins dédiés à une vie sage et rangée : le quotidien d’une tribu à transporter, les courses du week-end, et de temps en temps les vacances en famille. Des Etats-Unis (où le Chyrsler Town & Country lança l’idée en 1983) à la France (où le Renault Espace s’empara du concept de Matra en 1984), les compagnons des familles se développent et créent un nouveau segment de marché à la fin du XXe siècle, correspondant à la société des loisirs, à des familles (plus ou moins) nombreuses, en répondant à un maximum de besoins (modularité, rangements à bord, espace à vivre).

A l’aube de ce nouveau paradigme automobile, Ford n’était guère à la mode. Le premier monocorps de Ford est l’Aerostar, lancé outre-Atlantique en 1986 puis timidement proposé en Europe, avec un faible succès, malgré de pratiques portes coulissantes. Lui succèdent deux modèles : le Windstar chez l’Oncle Sam, et le Galaxy conçu spécifiquement pour les européens avec le groupe Volkswagen. Cousin des Sharan et Alhambra, ainsi que d’un hypothétique Porsche Varera, le Galaxy s’installe dans le paysage puis s’émancipe du partenariat Wolfsbourgeois après 10 ans de carrière, de 1996 à 2006. Le Galaxy II, plus cubique, demeure le capitaine de route de la gamme Ford en Europe, mais est désormais un produit 100 % maison, d’abord en Belgique à Genk, puis aujourd’hui en Espagne à Valence.

C’est à ce moment qu’intervient le concept-car SAV. Service Après-Vente ? Non ! Sport Activity Vehicle ! Il préfigure dès 2005 ce que sera 18 mois plus tard le S-Max : un monospace sportif, aux lignes dynamiques, tout en conservant des aspects pratiques. Pour ceux qui veulent un « vrai » monospace, le plus conservateur Galaxy est conservé. A son lancement, le S-Max est élu Voiture de l’année. De bons auspices qui se traduisent dans les ventes européennes avec un plus haut à 70 000 unités en 2007, avant de se stabiliser autour des 30 000 exemplaires au milieu des années 2010.

Tu vas finir par nous le présenter, ce Ford S-Max ?

Tout de suite, très chers ! Pour la deuxième génération, le design du S-Max reprend la recette et l’améliore sans révolution : la forme du vitrage est similaire, l’esprit sportif avec un châssis collé au sol reste le même. En revanche, les traits (calandre, optiques) s’adaptent à la mode récente des Ford, d’où une calandre hexagonale très Aston Martin… ! Les projecteurs effilés sont une des rares pièces partagées avec le grand-frère Galaxy.

L’ensemble des lignes est équilibré et bien proportionné, même si -contraintes aérodynamiques obligent- l’avant donne un peu l’impression de tomber. Les imposants feux arrière sont inscrits dans la poursuite des lignes du profil, dont une naît à partir de la fausse prise d’air latérale.

Pas de doute : les lignes signées Claudio Messale ont du chien, et n’ont rien à envier à un plus « crossoverisant » Renault Espace par exemple. Ses dimensions sont d’ailleurs légèrement plus compactes que celles du français avec une longueur totale de 4,80 m (6 cm plus court). Il se rattrape avec une largeur de 1,92 m (4 cm de plus) et une hauteur de 1,65 (2 cm plus bas). Le tout pour une masse de 1809 kg… Car notre modèle embarque la transmission iAWD à 4 roues motrices ! En 2RM, le S-Max 180 se limite à 1734 kg.

Maintenant que les présentations sont faites, il est temps de passer à l’intérieur en page suivante !

2- Capacité : 7 à la maison
3- La conduite avec le sourire
4- Combien pour ce Ford S-Max ?

1- Monospace et sport : croisons-les !


1 2 3 4
DERNIÈRE ACTUALITÉ
DERNIÈRE ACTUALITÉ
C’est dit, le communiqué de presse est tombé jeudi. Vous pouvez le consulter ici. Je vous cite le titre : « Pic de pollution...