Avec le Kia Stonic, le constructeur coréen se joint à la danse du segment des B-SUV, comprenez ici les SUV urbains à 2 roues motrices, en pleine explosion en Europe. A l’image de ses concurrents, il se veut un crossover compact au look singulier et personnalisable. Pour son nouveau né, Kia mise tout sur le design, première motivation d’achat dans cette catégorie, pour ainsi se faire une place au soleil auprès des leaders du segment, le Peugeot 2008 et le Renault Captur mais également venir couper l’herbe sous le pied du dernier arrivé, le Citroën C3 Aircross. La deuxième motivation d’achat étant le prix, Kia s’est vu contraint de faire des compromis. Ils sont payants certes, car le Stonic est disponible à partir de 16 990 € en entrée de gamme, finition Motion, motorisation essence et s’étend jusqu’à 23 900 € en finition Premium, motorisation diesel. Ce qui le place en dessous des leaders de ce marché et juste en face du C3 Aircross. Mais quel est le coût réel de ce compromis sur la qualité du véhicule ? On vous explique tout cela à la suite.

Un design engagé pour le Kia Stonic

Abordons ce Stonic sous l’angle du design, sa carte maîtresse. Kia en a fait sa priorité, et ça se voit, nous avons le droit à un design aux choix très engagés, pour un résultat très singulier et très punchy.

Nul doute que le style marquera les esprits et se fera sa place dans le segment, la bête est compacte tout en affichant des codes de crossover puissant et robuste, toujours avec cette petite touche rafraichissante. La garde au sol par exemple a été amenée a 183 mm en gardant une hauteur de toit, contenue, 1520 mm. Ceci dans le but de garder un centre de gravité bas malgré la garde au sol conséquente, pour l’allure.

On trouve aussi le nouveau Tiger Nose, la calandre signature Kia, plus léchée, des portes à faux très courts à l’avant comme à l’arrière. On notera la ligne de caisse haute avec un vitrage tassé et cette arche type targa qui caractérise la voiture au niveau du pilier C, le tout surmonté de barres de toit pour lesquelles Kia proposera des accessoires.

Sur les flancs et le coffre, on trouve des codes assez courants dont KIA fait un bon usage, faits d’un échange entre lignes droites et lignes plus musculeuses, on notera qu’ici les ailes arrière larges renforcent l’aspect robuste de ce petit SUV. Et pour se rendre encore plus unique, un panel de coloris biton est disponible pour la carrosserie.

 

A l’intérieur, là encore le design est engagé et Kia cherche à se démarquer, à l’avant tout au moins. On trouve de grandes lignes horizontales qui s’étendent sur la planche de bord rythmée d’inserts offrants des contrastes de matières ou même de coloris sur la version plus chic qui font leurs effet. Les éléments de la console centrale sont très aériens, les organes de commandes sont généreusement dimensionnés, ce qui laisse aussi profiter d’une ergonomie bien aboutie. On appréciera aussi la taille conséquente du rangement central, fait de deux étages et accompagné d’une connectique USB, Jack 3.5 et prise 12V. On notera aussi la présence d’une connectique USB a l’arrière.

A l’arrière néanmoins, c’est moins joyeux, on ne retrouve pas toutes les astuces de style utilisées au rang un, et la vie amené par le jeu de coloris à l’avant n’y est pas si percutante, c’est dommage. Ça reste correct sur la finition haut de gamme, mais deviendra assez froid sur les entrées de gamme.

A l’intérieur, des interfaces concrètes

L’écran est agréable à l’utilisation, les boutons utiles sont bien présents, Kia ne s’est pas laissé embarquer dans la mode des interfaces sans boutons physiques qui sont plutôt un calvaire pour naviguer dans les différents menus.  La commande de climatisation elle aussi se révèle très pratique, les boutons sont situés à hauteur du levier de vitesse, donc à portée de main et son affichage dédié apporte une lecture très rapide de la température. On trouve donc le juste nécessaire à nos besoins, d’autant plus qu’à l’habitude de Kia, de nombreux équipements et systèmes d’assistance sont disponibles. Système Keyless, caméra et radar de recul, avertisseur de changement de file, prévention de collision à l’avant et sortie de parking, détecteur d’angle mort ou encore détecteur de fatigue.

Une qualité de construction mise au second plan

Continuons notre découverte et attardons nous maintenant sur la qualité de la construction de cette voiture. Aïe, c’est donc à partir de la que Kia a commencé à faire des compromis. Que ce soit au niveau des éléments de style ou des éléments fonctionnels, c’est un peu décevant. Les plastiques sont assez agréables au regard pour la plupart mais font vraiment cheap au toucher. La partie haute de la planche est pourvue d’un plastique texturé noir légèrement satiné, dont l’aspect date d’une autre époque. Les rangements dans les portières crient au secours lorsque l’on commence à tirer dessus. Les sièges à commande mécanique ne cessent de se caler de travers, bref ce n’est pas sur la qualité des matériaux et équipements pourtant fournis que ce Stonic vous apportera de la valeur.

Au volant, des motorisations pas à la hauteur…

Et de la valeur, vous n’en trouverez pas non plus sur les motorisations.

Motorisations essence tout du moins, car le baroudeur urbain est aussi pourvu d’un excellent 1.6 L CRDi de 110 ch / 260 Nm, qui surprend tant il est souple et volontaire, couplé à une boite 6 vitesses très agréable à prendre en main.

Kia a pourtant fait le choix de mettre en avant deux motorisations essence, ce qui parait judicieux pour ce SUV léger destiné à la ville. Et c’est pourtant une déception, commençons par le moins décevant, le 1.0 T-GDI, 3 cylindres de 120 ch / 172 Nm, le moteur en lui même est correct, bien conçu même, mais pas du tout adapté à un environnement urbain, car il ne révèle tout son potentiel que lorsqu’on le fait monter dans les tours avec une conduite dynamique. Dans ce cas de figure oui, l’expérience est fun, dans le cadre d’une conduite urbaine classique en revanche, c’est moins enthousiasmant. Il fait le job avec un minimum de disponibilité à bas régime sans toutefois briller par son efficacité.

Mais le 3 cylindres reste un bien meilleur choix que le 1.4 MPI 100 ch / 133 Nm, la grande déception de l’essai. Un moteur creux à souhait, même le faire hurler ne suffit pas à en obtenir une énergie satisfaisante. Sans oublier les à-coups récurrents à chaque départ, une corvée en ville. Ici c’est juste un choix incompréhensible pour une voiture qui avec son style, ses équipements ou encore son agrément de conduite sur lequel nous allons revenir a tellement de potentiel, c’est dommage.

Le constructeur a donc fait des compromis là aussi, alors qu’il nous présente le moteur diesel comme un choix en déclin sur le segment avec un avenir incertain. C’est pourtant le meilleur choix en terme d’agrément de conduite sur ce Stonic, et de loin. Ne soyons pas trop déçus pour autant, le 1.0 T-GDI reste utilisable pour ceux qui tomberont sous le charme du petit SUV et qui désirent malgré tout une motorisation essence.

… mais un comportement routier qui redonne le sourire !

Terminons la découverte du Kia Stonic en nous intéressant à son comportement routier. Et c’est très positif ! Kia annonce avoir fait un développement conséquent pour aboutir à une voiture saine, vive et agréable à rouler et ça se ressent. La voiture est plaisante à conduire, elle est légère, très réactive, avec des mouvements de caisse contenus, on la gère au doigt et à l’œil. C’est un véhicule très agile, ce qui pour le coup est très appréciable en ville, encore une fois, avec la motorisation diesel qui est la seule à vraiment mettre en valeur cette vivacité.

Bilan stratégique du Kia Stonic

Kia a fait des choix très clairs pour que son petit SUV se distingue sur ce segment, priorité au design ! Et c’est réussi pour ce critère. Le Stonic est un crossover singulier avec beaucoup de style, et une large possibilité de personnalisation. En revanche pour garder un prix compétitif, le constructeur coréen a clairement mis à l’écart la qualité des équipements intérieurs, et le développement ou l’intégration de motorisations essence à la hauteur du reste de la prestation. Hélas ces motorisations ne sont pas vraiment adaptées à l’environnement urbain. Heureusement le 1.6 CRDi satisfait, il remplira ce critère, et vous laissera pleinement apprécier la vivacité du véhicule, ce qui pourra paraître incohérent, mais soit. Ceci dit Kia suit manifestement une stratégie judicieuse qui consiste à mettre l’accent sur les critères de choix prépondérants de sa cible dans ce segment, maintenant au moins, votre choix sera fait en connaissance de cause !

Texte et photo : Clément Simon – The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles