L’Audi Q3 n’est pas une nouveauté. Mais à l’aube d’une bataille face aux autres premiums allemands qui s’annonce rude pour lui, le constructeur d’Ingolstadt mise gros sur le restylage du plus petit des modèles « Q ».

Plus petit membre de sa fratrie, nous avons vu le SUV compact allemand débouler sur nos routes durant l’automne 2011. Leader incontesté avec 7 556 sorties d’usine en 2014, le Q3 est le SUV premium le plus apprécié de sa catégorie,. De ce fait, Audi n’a pas besoin de transformer radicalement son offre. Pourtant, le constructeur allemand ne s’endort pas pour autant sur ses lauriers et nous propose un restylage Made in Germany plus intériorisé qu’extériorisé, mais bien plus marquant qu’à son habitude discrète.

Audi Q3 Quattro 184ch -2015- The Automobilist (34)

Alors que le nouveau BMW X1 doit faire son apparition en milieu d’année, il est évident que nous entrons dans un épisode de Game of Thrones où stratégie environnementale et puissance moderne vont faire des étincelles dans les tabloïds pour les deux constructeurs de premium allemands.

Commercialisé depuis 10 jours pour être exacte chez les concessionnaires de la marque aux anneaux, le Q3 ne propose pas d’énormes transformations stylistiques apparentes. Hors les très initiés de la marque et du SUV plus particulièrement, je ne suis pas certaine que beaucoup d’entre nous puissent d’un seul coup d’œil faire le jeu des 4 erreurs avant/après du Q3. Et pourtant, je n’avais pas l’impression d’être face à un facelift mais (presque) face à une nouveauté.

Audi Q3 Quattro 184ch -2015- The Automobilist (36)

Audi Q3 : Concrètement

Un Q3 extérieur discret mais restylé…

Pour faire simple, le gabarit du Q3 reste inchangé, plus précisément long de 4.39 m (soit 24 cm de moins que le grand frère Q5), large de 1.83m, haut de 1.59m et enfin avec un empattement de 2.60 m, le Q3 ne manque pas de prestance. Loin du paquebot Q7 (voire du Q8, dans les tuyaux d’après le service presse d’Audi), le Q3 est le plus petit de la gamme mais visuellement, il me semble imposant et affirmé.

Je ne suis pas une experte en calandre Audi, et comme la plupart d’entre nous, j’ai vu ses évolutions lors des nouveautés. Les boucliers discrètement redessinés et le Singleframe effet 3D du Q3 avec ses excroissances chromées qui rejoignent les projecteurs Xénon plus (de série pour toutes les versions) apportent un côté « je vais te manger tout cru » qui ne me déplaît pas. A noter que ce facelift doit marquer à présent la scission entre la gamme Q et la A, grâce notamment à l’avant affirmé qui lui confère une identité visuelle à part.

Autre chose? Oui, la sortie d’échappement qui se magnifie d’une double sortie chromée pour offrir un brin de sportivité. Nous sommes bien d’accord, je n’ai pas en main le RS Q3 mais bien le Q3 2.0 l TDI Quattro S-tronic 184 ch version Ambition Luxe. Et puis ? Les clignotants à « affichage dynamique » qui s’éclairent sur une ligne de l’intérieur vers l’extérieur. Bien voilà tout, pour ce qui est du restylage extérieur, nous avons fait le tour. Oui, c’était court mais c’était bon, un adage qui devrait coller à la carrosserie du Q3.

Plus sérieusement, je vais revenir sur ce qui fait la gloire du Q3. Notre version était montée sur des jantes 19″ 5 branches Sport Audi (en option à 1280€), anciennement sur du 18″, et avec mon acolyte essayeur, nous avons pu confirmer la mise au placard des défauts d’antan. Les critiques à propos du confort des passagers arrières qui ressentaient les aspérités de la chaussée sont aujourd’hui révolues. Que ce soit à la place du conducteur ou du passager avant, les déformations de la route n’ont eu aucun impact tant sur les sensations de la conduite que sur le confort général, je le rappelle, cela vaut pour notre version. Audi propose des jantes de 16 à 20″ aux styles différents et nouveaux, certes, cependant, je ne suis pas certaine que poser le Q3 sur des 16 ou 18″ soit la meilleure option pour remplir des passages de roue de ce gabarit.

Et à l’intérieur…

Du pareil au même, Audi n’a pas fait un changement radical en ce qui concerne l’habitacle. A quoi bon finalement ?

La première impression lorsque je me suis installée dans le Q3 est une sensation d’aisance. Le tableau de bord asymétrique venant s’offrir à moi me semble pertinent. Moi qui n’aime pas les tableaux de bords dignes d’un Boeing 747, je suis servie ! Clair, efficace, sans fioriture inutile, de prime abord nul besoin d’ouvrir le manuel en 10 tomes pour comprendre la marche à suivre. Effectivement, nous sommes dans une allemande, l’essentiel adapté et toujours l’essentiel intelligent.

J’ai entendu pas mal de critiques à propos du volume du coffre (460L) qui semblerait juste pour certaines personnes. Prenez une Chevrolet Cruze, segment différent certes, pourtant lorsque l’on me parle de son grand, grand coffre (homothétie parfaite avec la voiture) il offre également… 460 L ! Tout dépend du contenant vraisemblablement ! A mon sens, sachant que le coffre s’adapte et propose plus du double de sa capacité lorsque l’on rabat les sièges, son volume me paraît idéal. Vous pouvez l’accommoder comme bon vous semble. Et puis, le Q3 reste un SUV Compact, ne l’oublions pas.

Autant le coffre ne m’a pas chagriné, autant le confort de l’assise m’a déplu : trop raide, trop ferme. Oui, nous avons un bon maintien, mais un peu de moelleux ne serait pas superflu. Sans aller jusqu’à celui celui d’une Citroën SM, mais quand même, un effort s’il vous plaît ! Je ne suis certes pas ressortie de la première journée d’essai courbaturée, ce serait même entièrement faux, mais il manque une pointe de confort. Je suis loin de l’idée d’être assise dans le club de mon salon sans être non plus assise dans le Space Montain. Cette avis est tout à fait subjectif, du même ordre que la hauteur et le réglage du siège, une des rares différences que j’admets entre les conducteurs et les conductrices, les morphologies liées à chaque sexe et individus étant différents, les réglages et leurs perceptions le sont aussi.

Le Q3 ou Madame Soleil compact

Audi se veut avant-gardiste. Autrement dit, il sent le vent tourner et anticipe toujours plus vite. Que ce soit pour les normes européennes Euro 6 à propos des coefficients d’émission de CO² ou plus spécifiquement à la France avec la nouvelle loi qui va interdire le kit main libre au volant.

Alors que Bertrand Cazeneuve proscrit à présent l’oreillette en conduisant, seul le kit mains libres bluetooth restera autorisé. Cette technologie permet de téléphoner tout en laissant les mains à leur places prévues par le code de la route, la voix de l’interlocuteur étant relayée par le haut-parleur de la radio. Alors, même si le sujet ici n’est pas à l’ordre du jour, être en communication via une oreillette ou un système Bluetooth ne change pas grand chose à la concentration, amoindrie, nous le savons déjà. Dans ce cas, le vrai danger serait le téléphone en mains, le code stipule bien que nous devons garder nos deux mains sur le volant puis, second danger, la baisse de la concentration provoquée par une conversation. Dans ce cas, prohibons également tout passager dans nos véhicules. Croyez-moi bien, lorsque mon fils m’annonce qu’il est puni d’une colle, ma concentration routière est largement occultée.

Bref, revenons à Audi, une semaine après cette annonce, le Q3 est indéniablement dans l’air du temps en proposant l’Audi Connect avec téléphone de voiture connecté. L’automobiliste place son portable sur le support adapté intégré dans l’accoudoir central, l’antenne du SUV agit comme un amplificateur de réseau, le conducteur peut ainsi consulter ses mails, téléphone, accéder à sa playlist… effectivement, nous sommes face à un gage de grand concentration mais l’automobiliste garde ses deux mains sur le volant !

Cette nouvelle mesure est une aubaine pour le Q3!

Audi Q3 Quattro 184ch -2015- The Automobilist (12)

Q3 : un oeil sur l’univers

Une fois n’est pas coutume, je ne m’étends que très rarement sur les toits panoramiques vitrés ouvrants, or, j’ai blessé profondément un collègue (Eric pour ne pas le citer) en disant « un toit ouvrant reste un gadget et inutile à proprement parler pour la conduite ». Dans le fond, je reste convaincue de ce que j’ai avancé, car oui, je suis sacrément bornée. Cependant, la luminosité que confère un toit vitré, de surcroît ouvrant, est réellement appréciable. Agréable même si, lors de l’essai du Q3, nous n’avons pas pu ouvrir le toit à cause du vent trop vif, nous avons pu toutefois profiter de l’ensoleillement et des paysages du Portugal. Mea Culpa Maître Eric (dixit l’i3).

En somme, il faut dire qu’Audi reste vigilant sur ses finitions, aucun détail disgracieux ne vient assombrir le tableau, assurant ainsi sa supériorité qualitative.

L’Audi Q3 ou l’obéissance à toutes épreuves

Agrémenté de l’Audi Drive Select (disponible à partir de la version Ambiente), le choix des styles de conduite (efficient, auto, confort ou dynamique) ajuste le système d’amortissement. Entre nous, j’ai essayé l’efficient, le confort et le dynamique pour finalement rester sur l’automatique tant je n’ai pas perçu une différence remarquable. D’après Audi, l’électronique régule le comportement en fonction du mode choisi, toutefois, le gabarit et les roues ne permettent pas au conducteur de ressentir les passages d’un mode de conduite à l’autre. Pourquoi pas. Sincèrement, utiliser le mode dynamique n’est franchement pas essentiel pour le Q3 sauf pour les routes de montagnes, éventuellement. Nous étions dans la vallée de Douros, proche de Porto, et croyez-moi bien, les routes sont sinueuses à souhaits et agrémentées d’un balisage peu conventionnel. Le mode confort ne se fait pas tant ressentir sur la conduite ou sur le confort mais sur le va-et-vient du Q3. Attention, soyons honnêtes, nous ne sommes pas installés dans une camionnette, le châssis tient parfaitement ses promesses et évite un tangage voire une envolée de l’arrière lorsque j’arrivais vite et que je freinais fort aux abords d’un virage très serré sans protection ! Bref, le Q3 reste très sécurisant dans tous les modes de conduite, pas de surprise donc pour ce SUV compact premium. Finalement, c’est ce qu’on lui demande, non?

Pour que vous puissiez visualiser, la vallée en image :

Innovateur en 2011 avec la boîte S-Tronic, une boîte désaccouplée du moteur qui permet une réelle économie de carburant tout en maintenant l’élan du SUV lors de la décélération, Audi maintient les équipements de qualités et de hautes technologies en les proposant en série.

Au volant du Q3

Aucune surprise, du moins aucune mauvaise surprise, le Q3 2015 est le bon héritier de sa famille « Q ». Nous avons fait de l’autoroute où j’ai pu apprécier la boîte S-Tronic et constater surtout que je n’ai pas ressenti les passages de vitesses qui se font tout en douceur. Certes, j’ai râlé après le bruit du TDI, mais accrochée aux essences, je ne supporte pas ce ronronnement poussif des diesels, entendons bien ici que ce n’est pas le Q3 spécifiquement. J’ai apprécié l’indicateur de dépassement ou d’obstacle signalé par des LED dans l’intérieur du rétroviseur. Ce SUV compact peut tout à fait devenir la routière d’une famille de 4 personnes.

En montagne, le Q3 est agile, répond rapidement aux commandes, totalement aidé voire assisté, il ne se conduit pas mais se guide. Il maintient et respecte les trajectoires, avec un freinage dynamique et réactif, et je n’ai pas ressenti trop de lourdeur même avec sa tonne et demie.

C’est tout? Oui, sincèrement, j’ai apprécié à juste titre le Q3 sur autoroute et sur route de montagne mais ce n’est pas dans cet environnement qu’il prend de la valeur à mon sens.

Le Q3 est le SUV compact parfaitement intégré à la ville. Ni trop grand comme le Q5 ou le 7, ni une citadine, son format m’a paru évident pour la cité. Maniable à souhait, je n’avais pas l’impression de diriger un mastodonte, mais au contraire, j’en ai littéralement oublié le poids et la taille. Je me suis faufilée dans les rues de Porto avec une telle aisance que sa cousine l’A1 en serait presque jalouse.

Les habitudes de conduite sont sensiblement (diplomatie exigée) différentes de miennes, cela ne m’a pas fait peur, même lorsque je me faisais klaxonner dès que je ne démarrais pas avant que le feu passe au vert…. je ne plaisante pas! Bref, le Q3 est déconcertant, mais sécurisant.

Même pas peur, quelques anecdotes…

Sa hauteur aide pour anticiper, surtout dans une ville que l’on ne connait pas du tout. Preuve en est, nous cherchions des spots différents et beaux à la fois sur le port de Porto. Alors, nous avions le choix : nous pouvions nous conformer aux suggestions des organisateurs et nous retrouver à faire les mêmes photos avec nos homologues. Mais, n’aimant surtout pas suivre le troupeau, je me suis mis en chasse d’un lieu différent et surtout, interdit, car là se trouve les plus beaux endroits. Suivant la côte, au loin, j’aperçus une sorte de place avec une chapelle et des bateaux de pêcheurs, avant cela je voulais entrer sur le quai du fret mais je n’avais pas trouvé l’entrée. Bref, mon co-pilote du jour me signale que ce n’est que la capitainerie, donc « France Oublie ». Bien voyons, avec un Q3 bien rutilant, un anglais agrémenté d’un accent bien français, une femme… le chef de la capitainerie m’a ouvert le portail.

Pour vous permettre de comprendre le contexte, imaginez une seconde les pêcheurs en train de rafistoler les filets, voir un Q3 beau comme un sou neuf rouler au pas du fait que le tarmac était mal en point (moi au volant, avec l’appréhension d’abîmer le bas de caisse d’un SUV à 46 350€), regarder sortir un « couple », forcement un homme-une femme, enfin les voir prendre en photo ce véhicule sous toutes ses coutures. De l’extérieur, ce spectacle peut paraître ridicule si l’on ne connait pas notre passion. Je vous l’accorde.

L’important du Q3 est dans son ventre

Jusqu’ici, sans fausses notes, nous pouvons nous mettre d’accord sur un facelift fin et sans vulgarité. Audi n’a pas cherché l’amélioration exclusivement sur l’apparence à proprement parler mais a souhaité une réelle évolution pour le moteur TDI. C’est donc sous le capot que se situent les nouveautés.

Déjà connu, pourtant différent, le moteur 2.0l TDI passe de 177 ch à 184ch. Tous les moteurs sont désormais des turbo à injection directe et respectent en intégralité les limites fixées  par la norme de pollution européenne Euro 6. Quelques chiffres, j’ai surligné le modèle de l’essai :

Chiffre Moteur Q3 Audi 2015

Le puissance a augmenté de 7 ch, mais ce qui va surtout intéresser le futur acheteur est l’émission de Co² qui a baissé de 21 grammes, autrement dit le bonus/malus est neutre, tandis que nous devions compter environs 1000€ de malus pour les versions précédentes.

Cette évolution est remarquable avec sa courbe de couple de 380 Nm qui s’étend de 1800 à 3250 tr/min. Ce moteur compte parmi les plus puissant du Q3, le 0 à 100km s’abat en 7.9s, sa Vmax est de 219 km/h, sa consommation mixte de 5.1 l/100 km et pour finir, l’émission de CO² 135 g/km.

En aparté, j’ai pu essayé également le TFSI 150ch qui possède la technologie Audi cylinder on demand. Elle participe à la réduction de la consommation et des émissions de CO2, en moyenne de 17%. Si les conditions sont satisfaites, le système coupe le fonctionnement de deux cylindres sur un moteur quatre cylindres. Le système se déclenche quand seulement 25 à 40 % du couple est exploité et quand la boîte est au moins sur le troisième rapport. Et lorsque il se met en route, vous n’y voyez que du feu, aucun à-coup, aucune baisse de régime, sans bruit, le passage entre 4 et 2 cylindres (et inversement) est discret et efficace.

Lors de la conférence de presse, Xavier Benoit, responsable de la communication Audi souligne que les motorisations 2.0 TDI 150 et 184 ch sont les cœurs de cible et qu’elles devraient représenter à eux seuls 90 % des ventes en France.

Le Q3 finalement…

En version 2.0 TDI 184 ch Quattro, boîte S-Tronic se montre très agréable à conduire sur autoroute, route de montagne ou ville. Le poids supplémentaire due à la transmission intégrale et S-Tronic 7 n’ont pas d’impact sur son tempérament grâce aux 7 ch supplémentaires et l’évolution de la motricité. La direction fine, sensible et réactive permet un vrai ressenti, c’est peut-être en cela que l’Audi Q3 génère un sentiment de grande sécurité.

Face à ses concurrentes comme le crossover BMW X1 à partir de 32 950 € en 18d de 143 ch, Audi a les armes pour les affronter lorsque nous savons que le prix moyen déboursé par l’acheteur est de 41 000 €.

Il nous reste plus qu’à attendre le restylage du BMW X1 pour comparer les ennemis éternels premium.

Merci à l’équipe de chez Audi pour votre accueil à l’image de la marque. Sans faille.


Commentaires

Plus d'articles