Dans une rentrée riche en nouveautés majeures, notamment du côté des marques françaises, Citroën compte bien tirer un peu la couverture à elle. Et quoi de mieux, pour y parvenir, que de renouveler son best-seller ? Sauf que la marque au double chevron ne fait pas, une fois de plus, les choses comme tout le monde. Alors que la plupart de ses concurrents auraient procédé à des évolutions stylistiques mesurées, afin de conserver le capital sympathie et une bonne part des clients du modèle précédent, on découvre une Citroën C3 entièrement inédite. Partons à son volant pour voir si cette révolution de style implique aussi une des évolutions profondes côté conduite.

Sommaire :
Partie 1 : Toujours des rondeurs, mais…
Partie 2 : Qualité (a)perçue
Partie 3 : Manque de saveur
Partie 4 : Les économies partagées de la Citroën C3

Toujours des rondeurs, mais…

Citroën a beau nier avoir cherché l’inspiration dans son passé, les deux premières générations de C3 ne manquaient pas, surtout de profil, de rappeler une illustre ancêtre : la 2CV. C’est principalement la courbe formée par le pare-brise, le pavillon et le hayon qui donnaient cette impression de déja-vu. Un trait caractéristique dont se détourne le troisième opus. Au contraire, le profil laisse apparaître des éléments (capot, pare-brise, pavillon et hayon) qui semblent avoir été dessiné à la règle. Le changement est assez brutal, mais il ne prive pas pour autant la C3 d’un air espiègle.

En fait, lorsque l’on observe la nouvelle Citroën C3 avec ses imposants phares avant presque rectangulaires surmontés d’une barrette de led faisant office de feux de jour, ses passages de roues marquées d’une protection en plastique et ses boucliers dont la partie inférieure reste noire, on pense immanquablement à la C4 Cactus. C’est encore plus flagrant sur les versions haut de gamme, comme celle photographiée ici, flanquée de jantes alliage, d’une peinture bi-ton donnant l’impression que le pavillon flotte et des fameux Airbump. Ne manque plus que des barres de toit longitudinales, non prévues selon Citroën, pour que la C3 quitte définitivement le monde des citadines pour celui des petits SUV façon Peugeot 2008 ou Renault Captur. Citroën a trouvé ici un moyen de jouer sur les deux tableaux, sans financer le développement de deux autos. Quand on n’a pas d’argent, il faut des idées…

Il faut toutefois reconnaître que l’imagination des designers n’a visiblement pas été bridée par ces considérations économiques. C’est malin lorsque l’on sait que l’esthétique reste l’un des principaux critères de choix d’une auto. En plus, donc, de donner à cette nouvelle Citroën C3 des airs de SUV, l’équipe design a soigné de nombreux détails. Comme on l’a vu précédemment, il y a les protections de passage de roues et les Airbump. Mais on peut également noter le dessin des vitrages latéraux qui rappellent furieusement la.. Peugeot 208 (même si ces deux cousines techniques ne partagent aucun élément esthétique) ou les encadrements d’anti-brouillards avant. Sans oublier les feux arrière qui donnent une illusion de 3D. Bien sûr, la plupart de ces éléments ne sont disponibles que sur les finitions les plus coûteuses et/ou en option. Et pour ceux qui voudraient encore faire gonfler la note, de nombreux éléments de personnalisation sont ou seront disponibles.

Bien-sûr, chacun appréciera, ou pas, les partis pris stylistiques des chevrons. Rendons à Citroën ce qui lui appartient : la marque donnait l’impression depuis un bon moment d’être le parent pauvre du groupe PSA, elle reprend cette fois ses deux crédos préférés : l’audace et le mérite d’oser. Visuellement, la Citroën C3 a les atouts pour aller piquer quelques clients aux Peugeot 2008 et Renault Captur, tout en séduisant la clientèle traditionnelle des citadines qui trouvent les Peugeot 208, Renault Clio, VW Polo et autres beaucoup trop classiques. De quoi drainer une nouvelle, et plus nombreuse, clientèle vers les concessions de la marque. Mais si la séduction visuelle est un atout majeur, pour transformer ces acheteurs potentiels en clients, il va falloir que la C3 affiche aussi des qualités plus rationnelles. C’est ce dont nous allons nous assurer en montant à bord.

Partie 2 : Qualité (a)perçue


Commentaires

1 2 3 4
Plus d'articles