La Renault Twingo a 25 ans, partie 7/10 : Plus de 10 ans en Twingo Jade

Ce sont les 25 ans de la Renault Twingo, l’occasion pour The Automobilist de revenir sur ce modèle qui a marqué son époque. Et après une semaine à vous expliquer l’histoire de cette voiture, passons à ces choses qui ne s’expliquent pas. Pourquoi on aime une voiture par exemple ? On vous a souvent demandé quelle était votre voiture préférée ? A moi en tout cas, on me l’a souvent posée, cette question. Un jour, je me la suis vraiment posé, la question. Et la réponse est venue assez vite : c’est la Renault Twingo. Petite, pratique, et un look inimitable, la voiture utilitaire au sens noble du terme.

Malgré ma jeune vie d’adulte, je n’avais pas de voiture. Pas besoin, car j’avais le métro. Mais j’ai souvent conduit celle de ma sœur, une Twingo Pack de la collection 3. Alors quand j’ai franchi le cap, c’était devenu évident, ce serait une Renault Twingo. Et même une Renault Twingo Jade, pour être précis ! Après plus de 10 ans passés à son volant, il est temps de dresser un bilan !

Renault Twingo Jade, le luxe coloré

L’achat d’une voiture n’est pas toujours simple, surtout quand on est entre la vie active et celle d’étudiant. Alors comme tous les 2 ans, je vais au Mondial de l’Automobile. Et en cette année 2004, Renault gâte mes pupilles avec la couleur Violet Empereur, une couleur que j’affectionne. Et c’est aussi l’époque où l’on pouvait essayer des voitures au Salon. Je tente une Renault Twingo Kenzo 16v Quickshift. Pas convaincu par la boîte. Mais la voiture me plaît, et la direction légère me semble tellement plus agréable que la Twingo de ma sœur. Surtout par rapport à la collection 3, dont la direction est un peu lourde. Cependant, je ne saute pas le pas.

2 ans plus tard, après quelques mois de vie active, je me prépare à passer en mode automobiliste. Mais l’achat n’est toujours pas simple : prendre la Twingo, en fin de vie ? Ou attendre la seconde génération qui se promet plus polyvalente ? Mais qui ne semble plus si Twingo ? Après tout, je la connais, la Twingo, elle est fiable et pratique pour un Parisien d’adoption…

Jade, une Initiale Paris plus gaie

Je suivais beaucoup l’actualité automobile, notamment par un site néerlandais, pays où la Twingo « Paris » avait été présentée en Vert Abysse avec des motifs floraux. Elle me faisait les yeux doux (vous me direz, pour une grenouille !). Alors quand la version française est arrivée, sous doux nom de Jade, je me suis dit que c’était un signe ! Ce serait elle et aucune autre ! J’ai longtemps hésité pour la couleur en revanche, au nombre de trois : Vert Abysse, Vert Saule ou Bleu Nautilus. Le capitaine Nemo l’a emporté et c’est cette dernière qui aura ma préférence. Un bleu pas trop courant, et qui lui va bien.

Dans la gamme, la Jade offre ce que la version Initiale n’offrait pas : de la couleur ! Après avoir négocié le prix à 11.100 € tout compris (prix catalogue avec option : 12.640 € hors frais et carte grise), quelques semaines d’attente et je la réceptionnais le 7 juin 2007. Oui, c’était il y a pratiquement 11 ans !

Go go Twingo!

Mon premier vrai trajet sera fait dès le lendemain. 300 km d’autoroute, que je ferai souvent au final. Et pour une citadine de plus de 14 ans de conception, elle se débrouille pas mal. Une caisse légère (830 kg) et un court 75 chevaux, ça fait bon ménage. La direction paraît légère et un peu imprécise autour du point milieu. Oubliée la dureté de la Renault Twingo Pack ! Et moi qui aime conduire avec la musique, je n’hésite pas à monter un peu le son pour couvrir les bruits. L’insonorisation est très agréable en ville, mais sur autoroute c’est vite la cacophonie.

Je suis ravi de ce premier trajet, avec ma première voiture. Alors forcément, je suis ravi de la montrer à ma famille. Surtout son toit ouvrant qui inonde l’habitacle ! Alors j’appuie sur le bouton pour ouvrir le toit… et rien ne se passe ! Quoi, il ne s’ouvre déjà plus au bout de 2 jours !? En effet, après passage au garage, la câble a lâché ! Fiable la Twingo ? Oui, en réalité, car ce sera le seul problème rencontré en près de 11 ans.

Urbaine et polyvalente

Son domaine de prédilection, c’est la ville. Le moteur est souple et la boîte de vitesses est bien étagée. Il est même facile de reprendre en 3ème depuis 20 km/h sans qu’elle ne montre de signes de faiblesse. Une vraie citadine, donc. Côté consommation, le réservoir de 40 litres permet d’avoir un rayon d’action assez important. Et la consommation moyenne sera régulièrement autour de 6,2 l/100 km. Et majoritairement sur autoroute, pourtant pas son terrain préféré. A noter que sa consommation est très sensible au carburant. Le chiffre donné est celui de la consommation en Sans-plomb 98. En 95, comptez plutôt 7 l/100 km pour le même type de trajet.

80 000 km à inventer la vie qui va avec

Avec une Twingo, on peut tout faire. Partir sur la Côte d’Azur, fait. Partir en montagne, fait. Se faufiler en ville, fait, évidement ! C’est une voiture polyvalente en tout lieu. Alors oui, il y a mieux. Mais pas aussi pratique ! Qui peut se venter, surtout aujourd’hui, de mettre un meuble de près de 2 m dans une citadine. Certes, c’est juste. Mais en sortant d’Ikea, où j’avais prévu de faire passer le carton par le toit ouvrant, j’ai finalement réussi à faire caser la planche entre le hayon et la tableau de bord. Et bien sûr, le passager est passé dernière le conducteur pour faire le trajet !

Et puis que dire de cette banquette arrière coulissante : quel plaisir de voyager à 4 et de se dire que les passagers ont de la place pour vivre. La banquette aurait pu être plus confortable, bien sûr, mais une telle hauteur et un tel espace aux jambes est presque devenu impensable aujourd’hui. C’est une citadine grand luxe. Et grâce à ses grandes portes, l’accès à l’arrière est plutôt facile. Au contraire, quand on a besoin du coffre, la banquette s’avance et permet de se faire plaisir lors des journées shopping.

Et maintenant, ça fait quoi de rouler en Renault Twingo Jade ?

Aujourd’hui, ma Renault Twingo Jade n’est plus ma voiture principale. Je l’ai cependant gardée et pense la garder encore longtemps. Elle reste au chaud en province, et je roule avec de temps en temps. Lors de mon passage au contrôle technique, j’ai eu mon lot de compliments sur la conservation de ma Twingo, car malheureusement beaucoup d’exemplaires aujourd’hui encore en circulation ont souffert. J’avais cependant oublié de vérifier une chose, le Klaxon! Il ne fonctionnait plus, et ça, c’est une contre-visite obligatoire !

La Renault Twingo Jade est toujours agréable et simple à conduire. Alors quand on a décidé de rendre hommage aux 25 ans de la Twingo, je suis venu à Paris avec. Avec elle, avec le sourire donc. Alors forcément, ses prestations ne sont plus vraiment d’actualité. Le coiffe de la planche de bord a tendance à vibrer. Le freinage montre vite ses limites. Et la direction manque de constance. Mais arrivée sur le périphérique, elle retrouve de sa superbe grâce au bon ensemble moteur-boîte encore tout à fait d’actualité.

En tout cas, il y a une constante depuis que je roule avec : rouler à 130 km/h sur l’autoroute. Doubler une grosse berline, de préférence allemande, et ça doit être insupportable à leur yeux, nombreux accélèrent pour ne pas se faire doubler par une Renault Twingo…

Vous reprendriez bien un peu de Twingo?

Vous l’aurez compris, j’apprécie vraiment ma Renault Twingo Jade et c’est pas près de s’arrêter. Est-ce que ça reste ma voiture préféré ? Oui, très certainement. Mais j’apprécie aussi la Renault Twingo 3 ou sa cousine Smart Forfour, même si ça, c’est une autre histoire !

Depuis près d’une semaine, nous vous parlons Twingo. Mais ce n’est pas une nouveauté chez The Automobilist : la Twingo, nous vous en avions déjà parlé moult fois par le passé ! François avait eu la chance de rencontrer les Renault Twingo de Renault Classic à Epoqu’Auto, avec 4 modèles dans leurs couleurs de lancement : Jaune Indien, Rouge Corail, Bleu Outremer & Vert Coriandre (modèle de pré-série). Il y avait aussi une Renault Twingo Lecoq et une Renault Twingo Coupe.

Ces dernières années, nous avons aussi essayé les Twingo 3, en version TCe 90 et puis en version GT 110 ch. Mais ce n’est pas tout ! Vous vous souvenez sûrement de l’essai d’Adrien, avec une Renault Twingo 1.2 16v également issue de la collection n°6. Alors maintenant vient la question : qu’allons-nous encore pourvoir dire à propos de la Twingo ? Un indice : vous le saurez… très bientôt !

Crédits photographiques : Guillaume AGEZ pour The Automobilist

Les 25 ans de la Renault Twingo sur The Automobilist

Partie 1 : 24 mars 1993, la campagne de pub du lancement
Partie 2 : Du projet W60 à X-06, les secrets de conception de la Twingo I
Partie 3 : les 7 collections de la Twingo
Partie 4 : 3 Twingo mémorables
Partie 5 : les séries limitées préférées de l’équipe
Partie 6 : la Twingo se tape l’affiche!
Partie 7 : 80.000 km en Twingo Jade
Partie 8 : Les aventures de la Twingo en Amérique du Sud
Partie 9 : Le difficile remplacement la Twingo I
Partie 10 : Rencontre avec Yves Dubreil, directeur du projet X-06


Commentaires

Plus d'articles