C’était il y a quelques semaines l’un des grands événements automobiles de l’année : le Tour Auto. Présent lors de la deuxième étape de la course, je vous propose un autre regard sur le Tour Auto 2017. De Saint-Malo à Haute-Goulaine, l’épreuve de régularité passait par la Bretagne et ses superbes littoraux.

Un Tour Auto pour marier mécaniques et paysages

Sur ces routes bretonnes, trois spéciales étaient devant les concurrents. Par Lamballe, Plouay et Pont-Château, les concurrents ont eu rendez-vous avec tous les temps. Des cieux inquiétants au pied de l’Atlantique, aux champs de colza en fleurs, la beauté des mécaniques se marient à leurs sonorités.

L’équipage Smith-Cottingham, embarqué dans sa Ford GT40, conservera la tête du classement à l’issue de cette étape. Une première place qui présage cependant déjà de leur victoire finale, acquise au soir du 29 avril.

Face aux bocages bretons et vendéens, les concurrents virevoltent dans les virages. Et ils font fi d’une adhérence rendue complexe par l’humidité. Mais, ça chasse de l’arrière pour les Alpine A110, les Ford Mustang, les Shelby Cobra, ou encore la Ferrari 275 GTB !

Dans la course, ce sont justement les Ferrari 250 et 275 qui dominent le classement de la Régularité. Aston Martin (des DB2) et Alfa Romeo (une Giulietta) brillent davantage à l’indice de performance.

Partis ensuite vers Limoges en passant par le Val de Vienne, les concurrents du Tour Auto ont terminé leur périple à Biarritz. Du nord au sud de la façade atlantique de la France, la féérie automobile de Peter Auto aura enchanté les yeux, les oreilles. Cependant déjà, l’on ne pense qu’à une seule chose : le Tour Auto 2018 !

Crédit photo : Thomas Capiaux – The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles