Ce fut l’une des sensations de la passation de pouvoirs du dimanche 14 mai 2017 : le DS 7 Crossback Présidentiel d’Emmanuel Macron. Pour sa descente des Champs-Elysées, le nouveau Président de la République embarquait à bord du dernier SUV de DS. On ne peut pas dire que cela fut une surprise pour les lecteurs de The Automobilist : nous avions supposé dès le vendredi précédent que le Président Macron défilerait en DS 7 Crossback ! Et même si on ne l’a plus revu depuis, DS s’en sert d’outil de communication dans son showroom DS World Paris. Notre photographe Fabien Legrand est allé lui rendre une petite visite.

Un modèle unique

Exposé depuis le 5 mai au showroom DS World Paris, lendemain de l’investiture, ce DS 7 Crossback est une pré-série spécialement préparé pour la descente des Champs-Elysées. Plus prosaïquement, il est motorisé par un bloc Diesel BlueHDi 2,0 180 ch. Un moteur qui n’aura pas fait étalage de son potentiel, déjà vu sur la DS 4 Crossback, car il n’aura presque pas roulé.  Pour supporter une descente des Champs à un train de Président, la transmission est la boîte automatique EAT8.

Sous une teinte Bleu Encre, ce carrosse présidentiel revêt des détails en or véritable. C’est l’Atelier Maury, qui s’occupe de la restauration des dorures de l’Elysée, qui a participé au projet. Les cabochons de jantes 20 pouces ainsi que les coques de rétroviseurs avec trame DS sont ainsi parés d’or. Le sont également les inserts de portière, d’ordinaire marqués par la finition du DS 7, qui sont ici marqués » RF » pour République Française.

Touche spécifique également dans l’habitacle

L’intérieur a également été subtilement retravaillé pour l’occasion. Les initiales dorées RF se retrouvent sur le bas du tableau de bord. Les baguettes cintrant le haut de la planche de bord sont également recouvertes de métal jaune. Le cuir nappa noir est du meilleur effet. La voiture se singularise aussi par son toit ouvrant avec capote électrique, et ses barres de maintien pour saluer la foule. Pour les couleurs de la Nation, il faut regarder côté monogramme, avec le logo DS 7 sur le hayon.

Le drapeau tricolore est affiché côté droit dans le sens de la marche, et ce uniquement en cas de défilé officiel. C’est la raison pour laquelle il a été ôté pour l’exposition au DS World Paris.

Possible carrosse présidentiel ?

A l’image de la DS 5, le DS 7 deviendra peut-être la voiture de M. Macron. Cependant, dès le 14 au soir il était rendu à son propriétaire, DS Automobiles. Ce qui permet, au passage, de répondre à ceux qui verraient dans ce modèle un gâchis d’argent public. Car oui, c’est DS qui a dépensé, et la Présidence qui en a profité !

Côté DS toujours, si le modèle était préparé depuis plusieurs mois, rien n’est encore acté quant à sa future utilisation. Le président Macron s’est ainsi rendu au défilé du 14 juillet en… Peugeot 5008 blindé. Un modèle PSA toujours, en attendant la commercialisation du DS 7 en 2018 ?

Un « coup de com' » déjà réussi en 2012

Alors qu’il n’était encore que candidat, François Hollande avait visité l’usine PSA de Sochaux. Il y avait déclaré, en substance que « Citroën, c’est la marque des voitures du Chef de l’Etat ». Une phrase qui n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd chez les Chevrons. Alors en plein lancement de leur dernier fleuron, la DS5, ils préparèrent une version spécifique « investiture ». La capote était issue de la DS 3 Cabrio, et des fanions avaient été ajoutés à un modèle Sport Chic Hybrid4 de série.

Inutilisable durant le mandat, faute de blindage, la DS5 investiture a rejoint le Conservatoire… Cependant, le Président Hollande y est -globalement- resté fidèle, recevant même la version restylée à calandre DS. Il ne la troqua qu’en fin de mandat contre un Espace bleu VW… désormais utilisé par le Premier Ministre, Édouard Philippe. Quant à François Hollande, c’est en DS 5 -à nouveau- qu’il quitta l’Élysée.

Crédit photos : Fabien Legrand – The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles