Au début du mois de juin, alors que l’été semblait s’installer, un orage s’est abattu en Île-de-France. Un orage sans pluie, mais fort en éclairs jetés dans la vue. Cet orage, mécanique, c’est celui des moteurs lâchés par l’Autodrome Héritage Festival (AHF) 2018 dans le ciel de Linas-Montlhéry. Au cœur du vénérable anneau de vitesse, monoplaces et bombinettes étaient de la partie. On revit l’événement en images !

En tribunes pour admirer le roulage 

Autos comme motos, nombre de belles mécaniques ont pu s’élancer sur le banking de l’anneau de vitesse les 2 et 3 juin pour l’AHF 2018.

Le spectacle était déjà intéressant en fin de matinée après les passages des monoplaces quand soudain, un bolide bleu a rugi : la Matra MS630. Son V8 Ford 4,7l a résonné dans les tribunes avant de s’élancer avec à son volant, Christine Beckers.

Le spectacle dans les parcs

Côté P3 et P1, les deux parcs d’exposition de Montlhéry, les thématiques étaient nombreuses. La plus riche est l’hommage rendu aux 50 ans de la Formule France avec nombre de monoplaces sur le P3 de toutes les époques.

Non loin d’elles, d’autres françaises belles et rapides sont aussi exposées : des R8 et R12 Gordini à l’occasion d’une commémoration de la Coupe Gordini sur le circuit 3.405.

Côté P1, le plateau Héritage était fourni de toutes les époques d’après-guerre dont de nombreuses anglaises du Club MG mais aussi signées Lotus, Jaguar ou encore une Austin Princess.

80 ans après le record, Joséphine a osé !

Nous vous l’avions fait vivre sur Facebook ainsi que dans notre article, une équipe composée d’Igor Biétry, Jean-Claude Amilhat, Jean-Jacques Lesage et Thierry Dubois a voulu fêter à sa manière un record d’endurance établi en 1938 par la Renault Juvaquatre. La petite Renault avait roulé les 29, 30 et 31 mars pendant 50 heures à une moyenne de 107,820 km/h ! Cette année, l’aventure a duré 36 heures et s’est jouée des caprices de la mécanique. Lors du Festival, Joséphine était bien exposée sous les lauriers de sa gloire au public, capot ouvert pour bien admirer sa mécanique finalement toujours aussi… endurante !

Des étoiles dans les yeux

Pour les clubs aussi la fête était au rendez-vous avec plusieurs tours de circuit. L’occasion de revoir les belles des années 60 au départ.

En vrac, les autres voitures ayant retenu notre attention, dont des françaises à l’image des Alpine A110 du réseau Jean Rédélé, d’une Visa Chrono, d’un duo 403/504 cabriolet Pininfarina, d’une Matra 530 et tant d’autres…

Organisé par Paris Auto Events et l’UTAC Ceram, cet AHF 2018 a tenu toutes ses promesses. L’autodrome va continuer tout ce printemps à recevoir les événements automobiles avec le Wagen Fest le 16 juin prochain.

Crédit photos : Fabien Legrand et François M. – The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles