La journée du samedi avait été magnifique sous le soleil wallon du circuit Jules Tacheny à Mettet, à quelques encablures de la frontière française. Alors, forcément, les deux premières manches qualificatives furent délivrées par les protagoniste sous une tension qui préfigurait une belle montée en puissance tout au long de l’évolution des manches qualificatives.

Montée dans les tours et en puissance

La preuve ? Le départ de la dernière série de la deuxième manche avec les trois Peugeot et les deux VW officielles, Ce fut chaud, haut en couleur et si à la fin ce fut une homme d’une autre manche, Ekström, qui décrocha le pompon du meilleur temps, les cinq cadors, eux se retrouvaient 2, 4, 5 et 6eme temps derrière le Suédois qui visiblement connaît un raccourci du petit circuit belge.
A moins d’un intrus opportuniste, on voyait mal qui d’autre parmi ces six hommes allaient se retrouver dans l’après midi du dimanche à disputer la finale de cette manche. Alors quand s’annoncèrent les demi finales, on sentait bien qu’il serait quasiment impossible de rentrer dans la bande des six, à savoir les deux VW, les deux Peugeot de Loeb et Timmy Hansen et les deux Audi officielles de Bakkeru et Ekström. Dommage pour les Ford, Hyundai et autre Renault !

Dans la première demi finale, ce fut quasiment une formalité pour Kristoffersson et Solberg. Un départ exceptionnel des deux Polo les propulsa immédiatement en tête devant l’étonnant Larsson. Celui ci dut trop rapidement abdiqué sur ennui mécanique, Bakkerud, alors impatient, a hérité de l’obligation de passer deux fois par le tour joker pour faux départ.
On donnait peu cher de la peau de l’officiel Audi. Dans un drôle de « pataquès », au départ Timmy Hansen alla un instant au tapis mais l’aîné des « frangins' » réussit à revenir dans les basques de l’Audi qui conserva néanmoins sa deuxième place malgré ses deux passages dans le joker.

Loeb le plus vite en action en finale

Au départ de la finale, on avait une magnifique panachage puisque en première ligne, c’est Kristoffersson qui tenait la pole aux côtés de Loeb, derrière Solberg tenait l’intérieur face à Bakkerud tandis que Timmy Hanse partait en fond de grille aux côtés d’Ekström.
Dès le baisser du drapeau, Sébastien Loeb mettait une longueur de voiture entre lui et ses opposants. Il profita en plus d’un moment de panique pour Kristoffersson qui se retrouvait sur deux roues en empiétant de drôle de protections qui ressemblaient plus à un tremplin qu’à un accessoire de circuit.
C’est Timmy Hanssen profita du petit moment d’incertitude puisqu’il plongea à l’intérieur devant Solberg. Impeccable derrière le nonuple champion du monde des rallyes, le jeune Suédois fut assez mal spotté puisqu’il rentra un tour trop tôt dans le joker ce qui permit à Solberg de limiter la casse chez VW en s’immisçant entre les deux Peugeot. Mais que la finale avait été belle pour le pilote français qui, après deux saisons, un peu décevantes conquiert ainsi à Mettet ses véritables galons de « patron » du rallycross mondial.

 »C’est une formidable récompense. pour toute l’équipe. Nous apprenons à travailler ensemble et cette victoire montre qu’on est sur la bonne voie. Sur le sec hier, les VW partaient bien mais cette journée du dimanche, pluvieuse nous a permis de prendre l’avantage à presque chaque fois. Pour l’instant nous sommes revenu à hauteur des Volkswagen et des Audi. On verra avec la nouvelle voiture qui apparaîtra à la mi-saison. » Sébastien Loeb était enfin rassuré, il peut maintenant viser son dixième titre mondial. En WRX, cette fois ci !

Echos du paddock de Mettet

Cyril Raymond domine mais…

Il était attendu au tournant le jeune Cyril Raymond. Désormais engagé pour la fin de saison en championnat d’Europe, le Varois est très suivi par Peugeot. Il domina les manches qualificatives trois fois sur quatre. Leva un peu le pied dans la quatrième et partit en pole.
Malheureusement, le départ fut juste un peu laborieux et un peu coincé dans le paquet il dût concéder à Nitiss les deux premiers rangs. Un tour joker un peu mal géré cela suffisait pour le mettre un peu dans les soucis mais on a pu admirer la classe et le talent du jeune Français en le voyant remonter sur la troisième marche du podium après avoir frisé la correctionnelle.

Le moteur de la Clio G Force joue des tours à Jean Baptiste Dubourg

On sait le pilote girondin en belle forme aux commandes de la Clio du Team G Force, un team affilié à l’escadre Guerlain Chicherit. Il l’a démontré d’un heureuse façon à Barcelone en montant sur le podium. Malheureusement après deux belles manches, « Jibé » était inquiet « Il y a un loup dans ce moteur. » confiait-il après ses performances pourtant plus qu’honorables.
Le staff technique décida donc de changer le groupe propulseur. Sans valider, ils baissèrent le rideau après la journée du samedi soir. Pour découvrir au matin que cela ne marchait pas. Privés de warm up, puis, plus grave, de troisième manche, jamais le pilote de la Clio ne put revenir dans l’allure et échouait pour un point aux portes de la demi finale.

Les classements (Mettet 2018 & championnat du monde 2018)

WRX Mettet (mai 2018)

WRX (championnat au 13/05/2018)

Crédits photos : FIA/WRX


Commentaires

Plus d'articles