Après l’annonce faite par Nissan il y a un peu plus d’une semaine, c’est au tour de Volvo de faire savoir qu’il va délaisser le diesel dans les prochains mois et prochaines années. C’est la future berline S60 qui va lancer le mouvement qui doit conduire à  l’abandon du diesel par le constructeur automobile.

L’affaire avait été plus ou moins annoncée lors du salon de Pékin puisque la marque sino-suédoise avait profité de l’occasion pour nous faire part des modifications de son programme et de ses objectifs en matière d’électrification de sa gamme.
Tout a débuté il y a environ une année lorsque Volvo a fait savoir qu’il allait arrêter le développement de nouveaux blocs diesel à compter de 2019 et que toutes les nouveautés de la marque ne seraient plus de banales voitures thermiques mais des Mild-Hybrid, des Hybrides, des Plug-in Hybrid ou des Full Electric.
En 2018, si les objectifs annoncent une production entièrement électrifiée en 2025 avec 50% de modèles Full Electric, le point de vue sur le thermique a quelque peu changé puisque la prochaine génération de la berline S60 profitera certes de deux motorisations hybrides rechargeables mais ne fera surtout pas l’impasse sur les versions thermiques équipées du moteur L4 2.0 L Drive-E.
En revanche il n’y aura donc pas de L4 2.0 L diesel sous le capot de la nouvelle S60 qui sera présentée dans quelques semaines. Avec ce choix, Volvo prend tout de même un risque, notamment sur le marché européen où la marque de Göteborg réalise près de 80% de ses ventes avec véhicules équipés de motorisations diesel.
Si Volvo délaisse le diesel sur la S60, celui ci restera présent sur les V40 (version actuelle), XC40, XC60, V60, S70, V70 et XC90 durant encore un certain nombre d’années ce qui doit permettre à la marque une transition « douce » vers l’électricité.
Le 4 cylindres diesel devrait ainsi logiquement perdurer jusqu’en fin 2021 (année du passage obligatoire à la future norme Euro6d) sur les modèles où ils sont actuellement présents.
On sera aussi attentif à la prochaine V40, une compacte très européenne qui devra composer elle aussi sans diesel face aux TDI, HDi, dCi ou TDCI très présents sur le segment C.

On espère en tout cas que Volvo a fait les bons choix car avec la remontée sensible du niveau de CO2 dans l’atmosphère depuis 2015/2016, les annonces faites par un certains nombres de constructeurs de la venue de nouveaux moteurs diesel très peu polluants, ceci sans compter l’attachement de bons nombres de conducteurs au gazole font que la mort annoncée de ce carburant n’est peut être pas pour demain. Aussi certaines marques, dont Volvo, pourraient en faire les frais s’il y a un retournement de tendance sur le marché automobile européen même si les chiffres du moment indiquent une tendance inverse (part du diesel en Europe en début d’année 2016 : 50% / part de marché du diesel en 2018 : 38%).

Sachez enfin que la première Volvo Full Electric sera dévoilée l’an prochain et devrait arriver sur le marché avant la fin de l’année 2019.

Via Volvo.


Commentaires

Plus d'articles