Essai Ford Transit 2T L3H3 Trend

Après avoir pris en main ses concurrents, nous nous attaquons aujourd’hui au Ford Transit 2T de catégorie L3H3. Sur un marché très concurrentiel, que vaut-il face aux références que sont les VW Crafter et autres Renault Master ? The Automobilist part pour 4 jours au volant, mais aussi dans l’espace de chargement, du dernier Ford Transit 2T.

Ford Transit

Ford Transit : Ford avant tout !

C’est de plus en plus l’effet recherché par tous les constructeurs : la reconnaissance, au premier coup d’œil, d’un modèle de leur gamme dans la rue. Prenez VW, Audi, Porsche, Renault, et vous reconnaîtrez, dès la vue d’un modèle de leur gamme, l’appartenance à leur marque. Dans le cas de notre Ford Transit du jour, eh bien c’est presque pareil. On retrouve à l’avant cette énorme calandre ressemblant vaguement à la calandre des Fiesta et Mondeo, elles-mêmes issues des anciennes calandres d’Aston Martin Vanquish de première génération. Alors oui, la ressemblance est lointaine, mais elle est là. L’ensemble fait Ford et sort de la même usine que ses cousines de la gamme Ford non-utilitaires, et c’est finalement tout ce qu’on lui demande.

En termes de style, notre modèle se fond dans la masse des utilitaires de sa catégorie. Ne nous mentons pas, l’architecture reste globalement la même. Une cabine haut perchée au-dessus des roues avant, un immense compartiment arrière, et une forme générale de brique. La différence notoire entre tous ces modèles vient de la face avant. Phares spécifiques, calandre marquée et imposante, boucliers massifs, capot musclé, notre Ford Transit 2T dégage ainsi toute sa personnalité de la proue, reconnaissable comme une Ford de façon systématique. La filiation à la gamme est ainsi incontestable.

Les utilitaires ne sont-ils pas de plus en plus luxueux et travaillés à l’extérieur ? Si, indéniablement. C’est le constat que l’on peut tous se faire. Notre modèle soigne ainsi sa parure via une belle peinture brun palissandre métallisée (option à 430€) et quatre jantes aluminium de 16 pouces (une option à 580€). Ce n’est pas grand-chose en soi, mais l’accès aux peintures métallisées sur les utilitaires les rend moins désagréables à regarder.

La peinture permet également de laisser les rétroviseurs, pare-chocs et bas de caisses, poignées de portes en plastiques noirs. Ceux-ci ne sautent alors pas aux yeux et donnent à l’ensemble une véritable impression de montée en gamme. Et on ne parle que d’une peinture. Les jantes aident le Transit à se rapprocher du statut de véhicule de tourisme et lui confèrent un aspect plus « voiture » qu’utilitaire.

Ford Transit

Intérieur : on est bien chez Ford

A l’intérieur, la première chose qui frappe ce sont les plastiques. Durs. En soi, c’est la norme dans nombre de véhicules utilitaires, et il y a une raison. Cela permet de nettoyer beaucoup plus facilement un intérieur voué à voir des mains pleines de cambouis, des tuyaux de plomberie, des pièces détachées d’une foule de domaines divers et variés. Bref, des trucs pas toujours très propres. Ce n’est pas du plus bel effet mais c’est probablement utile à la longue. Notre Ford transit du jour se pare de compteurs très inspirés de la Fiesta que je conduis tous les jours. On y retrouve les boutons Ford comme si l’on n’avait pas changé de véhicule, à la position de conduite près.

Le cockpit jouit de grands rangements répartis un peu partout dans l’habitacle. Des immenses vide-poches dans chaque porte, des porte-bouteilles tellement grands que l’on y met un peu tout ce qui encombre nos poches. La boite à gants est plutôt de bonne taille bien qu’on en aurait espéré une deuxième sur le haut de la planche de bord.

Seulement voilà, notre modèle est équipé du système Sync et donc d’un écran tactile, fort pratique au demeurant. On retrouve également à l’intérieur un rangement haut, au-dessus des immenses pare-soleil. Également présent dans le Transit, un immense espace de rangement, sous les sièges avant passagers. Il permettra de mettre tout un tas d’affaires, une boite à outils, ou encore une glacière.

Coté sièges, on retrouve traditionnellement trois assises, presque de même taille. Le siège conducteur se retrouve un peu loin de la porte ce qui empêche de laisser reposer le bras gauche sur le panneau de porte. C’est un poil dommage quand on fait beaucoup de route. Un accoudoir est par contre présent du côté droit, en face du sélecteur de vitesse.

Les deux autres sièges sont assez éloignés de la porte également pour le droit, et finalement un peu proches du conducteur pour celui du milieu. Rien qui ne sera trop inconfortable pour parcourir à trois plus de 500 km mais les trois sièges sont tout de même un peu fins et durs. Ils auraient mérité un peu plus de rembourrage sur l’assise et le bas du dossier.

Cabine de chargement : une vraie piste de danse

A l’arrière, on retrouve une immense piste de danse – zone de chargement. Accessible via la porte coulissante de 1,30 m ou via les portes battantes, cet espace de chargement contient 13 m³ de volume utile. Largement de quoi mettre le contenu d’un appartement (dans notre cas) ou tout un tas de matériel. Mesurant 3,53 m de long par 1,78 m de large (1,39 m entre les deux passages de roues) et plus de 2,10 m de haut, presque tout rentrera à l’intérieur du Transit L3H3.

Afin de faciliter le chargement, plusieurs crochets d’attelage sont disponibles un peu partout dans la cabine pour fixer tendeurs et autres sangles, afin d’éviter que tout bouge de trop derrière vous. Les deux portes arrière sont débrayables. En effet, il est possible de désenclencher les charnières de guidages pour accéder à l’ouverture totale de la porte, et ainsi maximiser la zone de passage pour les objets volumineux. Ces deux portes battantes se débrayent et se rembrayent via un simple crochet dans la porte qui vient pincer ou non la charnière. Le seuil de chargement du camion n’est pas trop haut et l’intégralité du plancher est plate à l’exception des passages de roues arrière.

Sur la route en Ford Transit

Équipé du moteur 4 cylindres 2.0 L diesel 130 ch et de la boite automatique 6 rapports, notre Ford Transit, malgré ses dimensions, se conduirait presque comme une auto classique. La position de conduite est assez haute, même pour la catégorie mais permet de bien appréhender la largeur du véhicule. À l’usage, la boite automatique s’avère être un indispensable tant elle gère parfaitement les démarrages et passages de rapports. Que ce soit chargé ou à vide, cela se déroule sans accroc.

Un véhicule aussi haut passe-t-il partout ? Évidemment, la réponse est non. Pourtant, le véhicule est équipé d’un GPS permettant d’éviter le passage dans les tunnels ou sous les ponts trop bas. Plutôt bienvenu ! Notre modèle était configuré en « Traction », mais les Ford Transit sont disponibles en « Propulsion » et en « Transmission intégrale ».

Ford Transit

Sur autoroute, il est fini le temps des rétrogradages de 110 à 70 dans les longues côtes. Bien calé au régulateur, notre Ford Transit évolue à quelques km/h près au même rythme. Sur long trajet, on regrettera la non présence sur notre modèle d’un lecteur de carte SD ou de clé USB (disponible en option), bien qu’une connexion Bluetooth existe. Une fois arrivé à destination, le problème des grands véhicules comme notre Transit est le stationnement. Pas ou peu de soucis avec notre Ford grâce aux 4 rétroviseurs (2 normaux et 2 grands angles) et à la caméra de recul. Le rayon de braquage est excellent. L’ensemble permet de se garer sans aucune difficulté.

Le Ford Transit 2T vaut il le coup ?

Affublé d’un style Ford très marqué, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, le Ford Transit 2T vient ici se joindre à ses concurrents sur le très concurrentiel marché des utilitaires.  Avec un prix de 36 680 euros HT, notre véhicule du jour vient se positionner sous les VW Crafter (41 000 € HT) et Renault Master (40 000 € HT) à équipement équivalent. L’équipement présent et la facilité d’utilisation en feront un outil de travail indispensable, d’autant que la consommation ne s’est pas montrée excessive, sous les 10 l de gazole pour 100 km.

Avec pas moins de 13 configurations différentes disponibles sur le Ford Transit (variation de la hauteur, de la longueur, et de l’aménagement), il y en aura forcément pour tous les goûts. Un véritable outil à tout faire en somme. Le choix final sera évidemment le votre et se jouera selon vos critères, mais il ne faudrait pas oublier le couteau suisse de Ford, plutôt bien préparé à vous aider, lors de la recherche de votre future utilitaire !

Ford Transit


Commentaires

Plus d'articles