Pour fêter les 70 ans du Type H, les Chevrons se sont associés au Coq Sportif et en ont profité pour proposer un nouveau showvan sur le Citroën Jumpy. Un dispositif qui rappelle celui réalisé l’an passé pour les 65 ans de la 2CV fourgonnette et les 20 ans du Berlingo et qui avait mobilisé l’identité de la marque Colette.

L’année 2017 célèbre donc le 70e anniversaire du Type H, le mythique « Tôlé Citroën ». Le salon de Birmingham, spécialisé dans le VU, recevra pour l’occasion le 25 avril à son ouverture une visite originale : celle d’un Type H et d’un Jumpy tous deux aux couleurs du Coq Sportif. Un partenariat qui met en avant le « côté populaire au sens noble du terme » cher au Marketing de Citroën, qui se veut proche du public. L’occasion est aussi présente de mettre en avant le Jumpy dans sa version XS, la plus courte de 4,60 m de long, et que l’étude « Ë » célébrait déjà à Genève en version Space Tourer.

Transformés en ateliers pour vélos et de flockage de maillots, c’est sans surprise qu’on trouve les deux fourgons dans un environnement de vélodrome ! Faut-il y voir une possible campagne de Citroën pendant le Tour de France ? En effet, Le Coq Sportif fournit les maillots distinctifs de la Grande Boucle, à commencer par le Maillot Jaune… A suivre. Restent que leurs couleurs sont plutôt « Mondrian » qu’unies, et c’est original là encore car cela permet de déconstruire le design très linéaire des VU, notamment du Type H.

Le Type H justement se veut « emprunt de nostalgie avec des matériaux chaleureux », notamment via le bois clair à l’intérieur, et le batipin, une des essences de bois du plan de travail. Les assises sont tendues du cuir naturel chocolat, loin du dépouillement du Tôlé d’origine.

Le Jumpy se veut plus moderne avec des ébénisteries noires et un cuir blanc. En contraste du « H » donc, ainsi qu’avec des surpiqûres bleu/blanc/rouge. Il célèbre les 70 ans avec un petit logo latéral. Les vélodromes en photos ci-dessous existent bien : la piste en bois, il s’agit du CREPS de Bourges ; la piste béton est baptisée Raymond Poulidor et se trouve à Bonnac-la-Cote. On les retrouve dans la vidéo ci-dessous.

Côté Type H, ce n’est que le début des festivités de 70 ans que les fans ne manqueront pas de fêter tout l’été. Produit de 1948 à 1981 à plus de 450 000 unités, il devient malgré tout rare, trop populaire peut-être ! Les versions en bon état son prisées, notamment d’une clientèle hollandaise, tandis que les modèles à retaper sont souvent pris d’assaut pour faire des food-trucks ou magasins ambulants. Une stratégie qu’avait justement adopté Le Coq Sportif dès 2010 pour mieux se faire connaître.

Si le Type H n’était long que de 4,28 m, son lointain descendant le Jumpy débute à 4m60 en version XS, se limite à 1,90 m de hauteur, mais en versions plus longues peut proposer jusqu’à 6,6m3 de volume utile, pour 1400 kg de charge utile et 2500 kg de masse remorquable. Moderne, il semble bien se vendre puisque l’usine Sevelnord de  Lieu Saint-Amand – Hordain, qui fonctionne jour et nuit, preuve du dynamisme du marché VU. Dynamisme aussi du modèle, qui, essayé en concept-car ici, en version Peugeot Traveller là, peut séduire avec ses portières coulissantes mains-libres, son châssis EMP2, et ses versions 4×4 Dangel. Disponible jusque avec 180 ch, on est loin des 52 petits canassons du Type H historique, issu du moteur de la Traction Avant. Prochaine étape de cette célébration des 70 ans du Type H : une session d’essais ?

Via Citroën


Commentaires

Plus d'articles