Hier, mardi 5 juin 2018, lors de la présentation de son rapport annuel aux actionnaires de Tesla Inc, Elon Musk a une nouvelle fois fait le show et profité de l’occasion pour présenter la seconde image du teaser qui annonce le futur SUV de la marque automobile américaine, le Model Y.
Si on en croit le sud-africain, ce SUV dit « compact », en fait un véhicule du segment D qui viendra se positionner entre la Model 3 et le grand Model X, devrait arriver… l’an prochain, c’est-à-dire en 2019. 

Force est de constater que cette annonce peut prêter à sourire quand on a à l’esprit le lancement laborieux, pour ne pas dire catastrophique de la Model 3.
Ce futur SUV « compact » c’est pour l’instant uniquement un avant assombri et flou qui est apparu parmi les photos présentées hier soir par le patron de Tesla.
Si nous savons encore très peu de chose sur ce futur SUV électrique, nous pouvons vous assurer qu’il devrait recevoir des portes de type Falcon Wing comme sur le grand Model X.

Ce prochain SUV compact (selon les normes américaines SAE différentes des normes européennes) devrait reprendre les motorisations de la Model 3 et notamment celle de la nouvelle version Dual Motor afin de disposer de 4 roues motrices.
Et si on en croit les propos de Musk, la présentation aurait lieu aux environs du 15 mars de l’an prochain. A voir.
Pour ajouter au buzz et à la confusion, Elon Musk y est allé de sa petite phrase (drôle !) et de dire : « Le Model Y n’utilisera aucun cuir, même sur le volant… s’il a un volant ! »
Ces paroles laissent croire que le futur Model Y se dispensera de volant et sera un véhicule 100% autonome, c’est-à-dire de Niveau 5. En l’état actuel de la législation, des avancées techniques et si on écoute des experts sérieux et honnêtes, les voitures sans volant ni pédales ne sont pas pour demain… sauf si Tesla peut produire dans sa Gigafactory un milliard de VE autonomes pour remplacer l’intégralité du parc automobile mondial en quelques mois !

Bref, encore de la communication de la part du « gourou » de Palo Alto alors que la firme automobile devrait d’abord s’attacher à livrer ses centaines de milliers de Model 3, perdre beaucoup moins d’argent sur cette berline électrique qu’actuellement et à se pencher sur l’Autopilot qui enchaîne les déboires comme certains enfilent des perles ou presque.
Tout ceci sans oublier les éléments rapportés par le média américain Business Insider qui disaient après avoir consulté des notes internes : « Jusqu’à 40 % des matières premières utilisées pour produire les batteries et les unités de propulsion fabriquées à la Gigafactory implantée dans le Nevada doivent être mises au rebut ou retravaillées manuellement par les employés avant d’être envoyées à l’usine Tesla de Fremont, en Californie, pour être montées dans les Model 3. »
L’affaire Model 3 n’est donc pas finie et celle qui concerne le SUV Model Y ne fait que débuter.

Via Twitter, DN, Jalopnik, BusinessInsider.


Commentaires

Plus d'articles