Depuis l’an passé, Elon Musk voit des Gigafactories partout dans le monde.
Rappelez-vous qu’en juin 2017, les dirigeants de Tesla et surtout Elon Musk, lors de l’assemblée générale des actionnaires de l’entreprise, avaient évoqué plusieurs projets en matière d’extension des sites de production actuels et de la construction de nouvelles unités industrielles afin de poursuivre la conquête de l’ensemble du marché automobile mondial.

Si à long terme, Elon Musk envisage de disposer d’au moins 10 à 20 usines implantées un peu partout dans le monde, à court et moyen terme, le sud africain espère disposer de trois Gigafactories supplémentaires.

Si elle n’est pas une Gigafactory, on doit garder à l’esprit l’importance de l’usine de Freemont dans la production de Tesla depuis son arrivée sur le marché. Cette usine est à considérer comme le berceau de l’aventure Tesla et devrait rester, à ce titre, un lieu important pour l’entreprise.

Mais si la première Gigafactory implantée dans le Nevada est une réalité elle est loin d’être terminé. La deuxième, une ex usine Solar City, doit être en cours de transformation dans le Wyoming et produit toujours des panneaux solaires mais il n’en est pas de même pour les usines n°3 et n°4 qui sont encore à l’état de projet.

La troisième Gigafactory devrait être construite en Chine via la création d’une filiale de Tesla car Elon Musk ne veut absolument pas passer par une co-entreprise à la chinoise. Il y a fort à parier qu’il compte sur l’évolution annoncée de la législation sur les entreprises automobiles pour lancer son projet chinois et la construction d’une usine. Cette unité industrielle produira des autos dont le format sera en phase avec la demande locale et les Model 3 et Model Y devraient y avoir une place de choix.

Le quatrième projet nous concerne puisque Tesla veut construire une usine sur le vieux continent. Cette Gigafactory européenne est encore un beau projet et Tesla ne semble pas avoir fait de choix de pays d’implantation ou de modèles fabriqués dans cette future entité industrielle.
Certains évoquent les Pays-Bas mais l’affaire n’est pas évidente et ce n’est pas parce que le constructeur américain y possède une unité d’assemblage final des véhicules à destination du marché européen que le lieu et le pays se prêtent à l’installation d’une Gigafactory.
On se rappellera qu’Elon Musk était venu en France en 2016 pour visiter des lieux d’implantation en Alsace et du coté de Châteauroux mais ce n’était qu’une amicale visite qui avait laissé la place à beaucoup de spéculations. L’état français et la ministre de l’écologie d’alors se voyaient déjà avec une méga usine Tesla livrant des autos électriques par centaines de milliers chaque année. Au final, juste un projet pour l’Europe et pas particulièrement pour la France !

Reste avec le décollage des livraisons de Model 3, Elon semble avoir retrouvé du mordant. Toutefois, il ne faudra pas perdre de vue que Tesla perd encore énormément d’argent chaque trimestre et que l’entreprise est encore très loin de pouvoir se permettre d’inonder le monde de Gigafactories.

Via Tesla, Muskon Twitter, Electrek.

 


Commentaires

Plus d'articles