La Renault Mégane IV R.S., encore ? Non, la Renault Mégane IV R.S. enfin ! Une longue attente se termine au Salon de Francfort 2017 avec la présentation officielle de la plus turbulente de toutes les Renault ! Son style acéré déménage, et son moteur 1.8 L TCe de 300 ch est directement dérivé de celui de l’Alpine A110, comme on s’y attendait !

La Mégane R.S. star française du Salon de Francfort

Avec sa lame F1 à l’avant, ses élargisseurs d’ailes (avec évent à l’avant), son becquet de hayon, son diffuseur et son éclairage RS Vision de Renault Sport avec feux diurnes en damiers, elle semble prête à bondir !
La Mégane R.S. profite de voies élargies de 60 mm à l’avant et 45 mm à l’arrière ce qui permet de mieux asseoir la voiture sur l’asphalte.
Comme attendu, la Mégane R.S. 2018 dit au revoir à la carrosserie 3 portes façon coupé et n’existera qu’avec la classique carrosserie. Si cela manque un peu de fun esthétique, la praticité et un accès facilité aux places arrière seront au programme de la sportive de la marque au losange. Renault suit en fait une tendance lourde qui voit la disparition des voitures 3 portes sur les segments B et C du marché.
Les spécialistes des Renault sportives auront remarqué que les photos officielles montrent une voiture qui ne porte pas le traditionnel Jaune Sirius. En effet, la Mégane adopte une nouvelle livrée orangée plutôt sympa qui prend le nom d’Orange Tonic qui sera présent au nuancier du modèle lors de sa mise sur le marché.
Toujours au chapitre de l’apparence de la sportive, les clients devraient avoir le choix entre des coques de rétroviseurs noires brillantes ou chromées.
C’est que la concurrence est forte et installée : Seat Leon Cupra R, Peugeot 308 GTi, Volkswagen Golf GTi Clubsport, mais en retrait numérique néanmoins face aux Civic Type R et Focus RS.

Parlons mécanique !

En effet, les 280 ch et 390 Nm ou 300 ch (Trophy) et 390 Nm tirés du L4 de 1798 cm3 qui anime la Mégane ont beau être un record pour une Renault et une française de grande série, le niveau de jeu des compactes sportives s’est extrêmement élevé ces 10 dernières années.
Pour parfaire sa panoplie, la Mégane R.S. 2018 s’offrira soit avec une BVM6 , soit avec la boite de vitesse à double embrayage EDC6 avec palettes de commande au volant. La nouvelle compacte sportive est équipé du système MULTI-SENSE de Renault qui offre aux conducteurs le choix entre cinq modes de conduite qui sont les suivants :

Confort / Normal / Sport / Course / Paramétrable (déconnexion des aides électroniques à la conduite)

Sachez que la boite EDC fait prendre 30 kg à la compacte, fait perdre le frein à main classique au profit d’un système électrique mais permet de disposer d’une technologie dite multi-rétrogradage rapide et un système Launch Control pour les fans de run. Si l’idée parait sympathique, elle n’est pas vraiment dans l’esprit de la Mégane R.S. que l’on préférera voir vivre loin des longues lignes droites.

Avec un chassis de compèt’

La compacte sera proposée avec deux châssis, Sport et Cup.  Dans les deux cas, on trouve des  amortisseurs qui sont dotés de butées hydrauliques de compression qui suppriment l’effet de rebond. Renault précise que le chassis Sport offre plus de confort de roulement et le chassis Cup plus de rigidité et de nervosité. Le train avant conserve le principe à pivot indépendant et adopte une nouvelle géométrie qui gagne en rigidité et en précision avec un « toucher de route » très fin qui permettra de placer les pneus à l’endroit voulu sans craindre l’approximation.
Ceux qui opteront pour le chassis Cup disposeront d’un nouveau différentiel Torsen à glissement limité avec un transfert dissymétrique à l’accélération et à la décélération pour une meilleure motricité et une plus grande vitesse de passage en virage. Les amateurs apprécieront.
Brembo s’est penché sur le freinage de la Mégane R.S. 2018 pour lui offrir des disques ventilés et renforcés pincés à l’avant par des étriers (peints en noir) à 4 pistons. Un nouveau liquide haute température fait aussi son apparition sur cette nouvelle R.S. pour plus d’efficacité et de durabilité notamment en usage intensif sur circuit.
Selon les versions et les options, la R.S. 2018 sera posée sur des roues en 18 ou 19 pouces dont les dessins et les coloris varieront pour plaire aux goûts des clients.

Mensurations et trains roulants :

Mais comme dit la publicité, sans maîtrise la puissance n’est rien ! Et si la Mégane R.S. fait l’impasse sur les 4-roues motrices contrairement aux Golf GTi et Focus RS, elle est cependant la seule du segment à avoir 4 roues directrices avec le système 4 Control. Le châssis est ainsi réactif comme rarement, ainsi qu’il l’est déjà avec la Mégane GT équipée du système idoine. Ainsi en dessous de 60 km/h, les roues arrière tournent (jusqu’à 2.7°) dans le sens opposé de celui des roues avant. Au-dessus de la dite vitesse, elles braquent dans la même direction (1.0°).
Esthétiquement, cette Mégane IV R.S. évolue assez « largement » pour bien se différencier de la compacte d’origine. Cela se matérialise notamment par un kit aérodynamique spécifiques, des grosses ailes avec des voies élargies, une large lame type F1 dans le bouclier et un échappement central à l’arrière qui cache en fait deux sorties rondes accolées.

De belles performances

Renault n’annonce pas de Vmax mais sans prendre de risque, on peut se dire que les 250 km/h seront allègrement oubliés. Il faudra à la version 280 ch bien moins de 6.0 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.
Le constructeur fait savoir que la Mégane R.S. revendique une consommation de 6.9 L/100 km et des émissions de CO2 de 155 g/km ce qui correspond à un gain de 11% par rapport à la précédente génération et vaut à la voiture un malus écolo de 2.010€ au tarif fiscal 2017.
Pour les amateurs de lap time et notamment de temps sur le grand Nürburgring, il se murmure que la Mégane aurait déjà établi un record sur la Nordschleife mais Renault gardera le secret jusqu’au moment de la mise sur le marché du modèle à moins que l’ibère Leon Cupra R aille d’ici claquer un temps sur tracé allemand.

Un habitacle à la façon Renault Sport

L’habitacle de RS n’est pas sans nous rappeler celui de la GT mais on découvre de nouveau siège sport avec appuie têtes intégrés habillés d’Alcantara gris anthracite associé avec des surpiqures constrastées rouges. Les contre portes peuvent se garnir de tissu ou d’Alcantara gris et on retrouve ici et la des touches de rouge vif et quelques pièces ou inserts en aluminium (pédalier, pommeau de levier de vitesse). Normalement des sièges Recaro devraient être proposés en option sur la version équipée du chassis Cup.
Le système d’infotainment R-Link 2 avec écran de 8.7 pouces est lui aussi de la partie. Il embarque la nouvelle version du R.S. Monitor. Par ailleurs, la télémétrie embarquée revient avec de nouveaux graphismes et elle peut désormais être connectée à une caméra. Voilà une option qui plaira à ceux qui aiment filmer leurs exploits sur piste. Via la connectivité du R-Link 2, les conducteurs sportifs ou les pilotes pourront se retrouver sur un site internet baptisé RS Replay destiné à rassembler les passionnés de Renault Sport et de ses voitures.

La Renault Mégane R.S. 2018 en vidéos de promotion

Les commandes pour la version 280 ch seront ouvertes dans le courant du mois de décembre 2017 pour des livraisons au printemps 2018. Pour la Mégane R.S. Trophy 300 ch, il faudra encore patienter puisqu’elle annoncée pour le dernier trimestre 2018. Aucune tarification officielle n’est donnée pour l’instant.

Ainsi pourvue, Renault compte bien défendre le statut de la Mégane R.S. de traction compacte la plus rapide du Nürburgring, titre acquis avec la Mégane R.S. Trophy-R mais sur lequel lorgne abondamment Seat ! Que la guerre commence avec l’ibère.
La bataille sera aussi de haute volée avec sa concurrente française directe, la Peugeot 308 GTi, qui tient actuellement le haut du pavé de la catégorie en terme d’agrément général de conduite mais qui semble toutefois encore hésiter à poser ses 4 roues sur le Ring’. Le lionne de Sochaux aurait elle peur de la reine de Guyancourt ?

Via Renaullt, Renault Sport, Youcar, Youtube.
Photos : The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles