Le premier quadrimestre 2018 aura connu une embellie sur les routes françaises en matière d’accidentologie. Avec quelques 279 tués en avril 2018, le nombre de morts sur les routes françaises métropolitaines a légèrement reculé de 0,7%. Pour un mois supplémentaire, les chiffres viennent confirmer l’actuelle tendance à la baisse de la mortalité routière.

Certes la baisse est faible mais c’est quand même un bon signe à l’heure où l’état tente par tous les moyens de nous faire croire et de nous imposer le bien fondé du passage à la vitesse maximale autorisée de 80 km/h dans moins de 7 semaines.
Ainsi, sur les 12 derniers mois (1er mai 2017 au 30 avril 2018), 3.410 personnes ont été tuées sur le réseau routier français contre 3.488 un an plus. Cela représente 78 vies sauvées par rapport à la période mai 2016-avril 2017 soit une diminution de la mortalité routière de 2,2%.
Sur l’ensemble des routes (métropole + outre mer) de France en avril, il y a eu réellement 294 morts, 4.846 accidents corporels et quelques 6.088 blessés.

La Sécurité Routière note par ailleurs une moindre mortalité cycliste en avril 2018 qui  compense une légère augmentation de la mortalité automobiliste alors que la mortalité motocycliste reste toujours, hélas, à un niveau élevé. Il faut dire qu’entre comportements dangereux et inadaptés de certains, absence persistante de modernisation du matériel de sécurité le long de nos routes (on pense notamment aux rambardes) et état déplorable de nombreuses chaussées, il va devenir difficile de mieux protéger ceux qui circulent sur des deux roues motorisés. A croire que les services de l’état s’en fichent une fois de plus malgré les demandes répétées et justifiées de la FFMC.

Par ailleurs, l’ONISR (Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière) nous annonce que le nombre d’accidents corporels (-5,8%), de blessés (-6,3%) et de personnes hospitalisées plus de 24 heures (-17,5%) sont également en baisse notable pour ce mois d’avril 2018.

Ci-dessous le communiqué officiel de la Sécurité Routière française

Tout va donc un peu mieux sur nos routes même si on peut trouver quelques éléments de pondération à ces chiffres comme la météo, le prix des carburants ou moins de départs en vacances de Pâques. Toujours est il que cette tendance à la baisse du nombre d’accidents et de morts sur les routes françaises ne fera en rien dévier l’inflexibilité de nos gouvernants et soyez assurés que dans 46 jours vous roulerez bien tous au pas… euh non, à 80 km/h.

Via SécuritéRoutière.


Commentaires

Plus d'articles