Comment voulez vous qu’un objet et ici plus particulièrement une automobile ait un prix réel quand le constructeur qui produit le modèle annonce le même jour le prix de lancement du modèle et une grosse remise sur la nouveauté. C’est pourtant ce qui se passe au sein de Groupe PSA et de sa filiale allemande Opel.
La marque à l’éclair dévoile ce jour la tarification de la nouvelle Opel Insignia Country Tourer et par la même occasion, la remise commerciale de base qui accompagne le modèle. N’aurait-il pas mieux valu annoncer dès le départ un prix plus serré et ne pas faire une belle réduction immédiatement. Une chose est donc certaine, la nouvelle Insignia Country Tourer 2017 a un prix catalogue et un prix commercial d’entrée de jeu.

Comme le futur grand SUV d’Opel, le Monza semble être passé à la trappe, l’Opel Insignia Country Tourer devrait jouer dans les prochains mois et prochaine années le rôle de grand break « crossoverisé » ou « essuvéïsé ».
Pour cela Opel a repris les mêmes recettes que celles nées au début 90 sur la Subaru Outback, à savoir un accastillage fait d’une suspension réhaussée, d’élargisseurs d’ailes, de bas de caisse et des bas de boucliers AV et Ar en plastique brut, de grandes roues (ici en 18 pouces chaussées en 235/50 R18 qui paraissent toutefois un peu petites au regard du gabarit de l’Insignia Country Tourer), des rails de toit et la suspension FlexRide. Pour transformer son grand break en véhicule Tout Chemin, Opel y ajoute la transmission intégrale avec système de type Torque Vectoring. Enfin le HUD ou le système audio Bose sont eux aussi en option.

Contrairement au marché allemand où le modèle existe avec plusieurs motorisations, PSA et Opel ont fait le choix pour le marché français d’une seule et unique motorisation diesel, le L4 2.0 L CDTI fort de 170 ch et 400 Nm (moteur essayé par nos soins sous le capot du cabriolet Cascada).
Le break légèrement « off road » d’Opel est ainsi proposé de série en version FWD avec la BVM6 mais le client pourra opter pour une Insignia Country Tourer traction avec BVA8 ou une version AWD avec BVM6.

La version française est plutôt bien pourvue en matière d’équipements avec une dotation assez généreuse avec notamment les éléments suivants :

La tarification des trois « versions » françaises :

Enfin si vous prenez le temps d’aller configurer une version sur le site officiel du constructeur vous constaterez, non sans une certaine surprise qu’Opel propose aux acheteurs, « sous conditions », une remise de 14.0% ou de 5.500€ sur la version de base sans option. La preuve ci dessous :

Etonnant, au point de se demander si Opel croit réellement en cette nouvelle version ! Au sein de Groupe PSA, ce n’est pas Peugeot qui aurait fait ça pour aider au lancement de la 508 RXH…

Via Opel.


Commentaires

Plus d'articles