Les accords Opel/PSA se mettent en place et permettent surtout à Opel de proposer rapidement une gamme de SUV et de crossovers en phase avec la demande du marché européen car, ne l’oublions pas, Opel est essentiellement un constructeur présent sur le vieux continent et non dans le reste du monde comme on tente parfois de nous le faire admettre. 
Aussi après le lancement du Mokka X (né sous l’ère GM), du Crossland X (lui aussi cousin du futur Citroën C3 Aircross), c’est au tour du Grandland X de se dévoiler à sa 6 mois de sa présentation officielle au public qui aura lieu lors du salon de Francfort à la rentrée prochaine. 

Si l’on fait abstraction du Mokka X, un modèle qui pèse sur ce segment de marché, les petits nouveaux viennent se placer directement en face des modèles français du groupe PSA et c’est presque normal puisqu’ils ont été développés sur les mêmes plateformes et qu’ils seront fabriqués dans les mêmes usines. Le duo Crossland X/C3 Aircross en Espagne et le couple Grandland X/3008 en France dans l’usine de Sochaux.
Avec 4.477 m de long, 1.844 m de large et 1.636 m de haut et un empattement d’une longueur de 2.675 m, le Grandland X est donc très proche d’un Peugeot 3008 dont il dérive étroitement pour ses dessous. Le volume du coffre du Grandland X est quasi similaire à celui du Peugeot puisqu’il annonce 514 dm3 contre 520 dm3 au français. Tous les deux sont dans la norme mais ne font pas mieux que la concurrence.

Il le sera aussi par ses mécaniques puisqu’on devrait retrouver sous le capot de l’Opel Grandland X des moteurs 1.2 L THP, 1.6 L THP, 1.6 L HDI et bien sur 2.0 L HDI nés chez PSA. Avec ses dernières nouveautés, hors Insignia, Opel semble tirer un trait sur les vrais moteurs Ecotec même si on a espoir d’en retrouver certains sous le capot de futurs petits modèles.
Puisque nous parlons des dessous de ce nouveau SUV du segment C, sachez que comme le 3008, le Grandland X pourra s’équiper du système Grip Control ( Pack All Road) ou la motricité renforcée selon PSA que nous connaissons déjà sur les 2008 et 3008.

Esthétiquement ce nouveau SUV Opel Grandland X apparait comme plutôt réussi même s’il se fait plus sage ou plus apte à plaire à tous que le 3008 qui donne dans un style plus tranché, plus brutal qui n’a pas empêché le succès que l’on connait. Le Grandland X est dans la droite ligne stylistique du Crossland X mais il semble plus abouti, plus mature et surtout moins « mou » dans ses lignes.
On constate que le décrochement arrière vu sur les Adam, Astra Sports Tourer et Crossland X a disparu pour céder la place à une chute de pavillon plus classique et plus légère inspirée de celles des Astra et Ampera-E. Enfin « l’aileron de requin » du montant D est clairement dans la lignée de celui de l’Insignia Sports Tourer… et de la Kia Optima SW ou de la DS 3. Si l’idée en soit n’est pas super innovante, elle a le mérite de dynamiser le profil des autos ce qui n’est pas un mal pour un SUV.
On appréciera la calandre très présente, plutôt qu’imposante (comme chez Audi par exemple) avec le logo Opel enchassé entre deux ailes chromées qui font quasiment la jonction avec les leds diurnes des phares et qui élargissent ou asseoient visuellent le Grandland X quand on le regarde de face.
La partie arrière est plus massive, sobre et n’est pas sans nous rappeler celle de modèles concurrents que nous rencontrons au quotidien. Seuls les deux guirlandes de leds rouges singularisent le postérieur du SUV qui ne marquera ni les esprits ni l’histoire du design automobile.
Opel parle de la rencontre de l’art et de la précision allemande dans ce nouveau véhicule. On veut bien entendre ce beau discours marketing mais c’est peut être aller un peu loin et vite en besogne car d’autres SUV déjà présents sur le marché pourraient en dire autant. Le Grandland X est dans l’air du temps et la mouvance du style du moment et c’est déjà bien.
On accueillera par contre avec plaisir et intéret les importantes protections en plastique noir brut qui font le tour de ce nouveau véhicule. Elles sont la garantie de ne pas trop abimer la peinture (monoton ou bicolore) et d’éviter quelques coups indélicats. On espère aussi d’autres offres en matière de jantes alu car si celles du modèle présenté ne sont pas désagréables, elles n’invitent pas à l’extase visuelle et paraissent même petites dans un SUV de près de 4.50 m de long.
Mark Adams, vice-président du design d’Opel, de préciser : « Le nouveau Grandland X est un SUV moderne avec une présence exceptionnelle dont les lignes affirmées aboutissent à un véhicule compact, sportif et musclé. Nous avons une nouvelle fois exploité la philosophie de design Opel, pour créer un SUV qui marie sportivité et élégance, et en faire un incontournable de son segment. »
On veut bien le croire mais seule la performance commerciale de l’année 2018 validera ou non le propos. On peut toutefois penser que des clients rebutés par le style « un peu brutal » du Peugeot 3008, des anciens propriétaires d’Antara, d’Orlando ou de Captiva se retrouveront dans ce SUV allemand qui cherche à marier le classissisme Opel et la modernité nécessaire en ce moment pour réussir… ou afficher sa réussite !

La déception, si ça en est une vient peut être de l’habitacle qui prolonge une tradition de Rüsselsheim, c’est du noir et d’une certaine tristesse de l’espace à voyager. Le mobilier est certes sobre mais trop sombre, trop classique et surtout trop proche de celui d’un Crossland X ou d’une Astra. C’est propre, lisse (un peu trop) mais terriblement noir et froid. Dans le genre et sur le même segment, on préférera les styles plus marqués mais pas sans charmes du trio français 3008/C5 Aircross/DS 7 Crossback.
Si PSA veut faire d’Opel une marque luxueuse, il va falloir faire un effort dans le dessin et encore plus les coloris choisis qui se devront d’être cossus, douillets et chaleureux. Cela ne devrait toutefois pas poser de problème au constructeur qui si faire notamment au travers des programmes de personnalisation des Adam et Insignia 2017.

On imagine aussi que le constructeur allemand proposera à terme une finition sportive genre OPC Line comme le font bon nombre de concurrents de la firme au blitz (Ford, VW, Skoda, Mazda, Peugeot). Cette définition esthétique, pas forcément liée à un moteur de 350 ch ni même de 250 ch est généralement prisée par les acheteurs et donc à ne pas négliger. A l’heure où on parle d’une possible Insignia OPC à moteur V6 de 500 ch, envisager un Grandland X OPC Line serait une riche idée lucrative pour la marque et le groupe PSA et valorisante pour les clients.

Pour découvrir les premières images du Grandland X en mouvement, c’est par ici :

Nous suivrons d’ici à la rentrée les annonces officielles et ce que proposera Opel autour de ce nouveau SUV qui possède des arguments sérieux pour réellement exister sur le marché, à commencer par son chassis et ses liaisons au sol.

A revoir.

Via Opel, Youtube;


Commentaires

Plus d'articles