Citroën E-Méhari Courrèges

61 exemplaires et pas un de plus ! C’est la production de cette Citroën E-Méhari Courrèges, la première série limitée de la voiture dont le lancement remonte, en version cabriolet, à 2016. En 2018, l’E-Méhari est relancée par l’arrivée d’une nouvelle carrosserie, coupé cette fois, ainsi que d’une nouvelle planche de bord. Cette série « styled by Courrèges », présentée fin 2017, l’inaugure, alors allons la découvrir de plus près !

L’E-Mehari en noir et blanc

Courrèges aime les couleurs tranchées. Avec la Matra-Simca Bagheera (dont vous pouvez lire l’histoire à ce lien), c’était le blanc. Avec le showcar E-Méhari de lancement en 2016 aussi, c’était le blanc. Mais cette fois, en -petite- série, c’est le noir qui domine à l’extérieur. Une teinte inédite, nommée Vinyl Black, pour la petite E-Mehari qui n’était jusqu’à présent majoritairement proposée qu’en teintes acidulées (orange, vert, bleu et blanc-gris).

L’E-Méhari s’offre un Hard Top…

Avec ses montants B signés du logo Courrèges, on remarque les évolutions réalisées sur la structure de l’E-Méhari. La version « Styled By Courrèges » est en effet la première à étrenner la nouvelle gamme « Hard Top ». Par rapport à l’actuelle « Soft Top », qui demeure au catalogue, elle se dote de véritables vitres latérales, et d’un véritable toit démontable plutôt que d’une capote. De quoi selon Citroën rendre l’E-Méhari « 4 saisons » et offrir une meilleure isolation phonique et thermique.

…et conserve ses origines

Le reste de la carrosserie, reprise et redessinée à partir de la base d’une Bolloré BlueSummer, conserve à la fois ses origines (avec au pied du pare-brise l’antivol à diode bleue, comme une Bluecar) mariées à l’esprit Citroën (optiques de C4 Cactus, double regard, logo noir entouré de chrome etc.). Le résultat se complète de pièces PSA : voyez les rappels de clignotants cristal, identiques aux Rifter/Berlingo, ils sont présents depuis la Peugeot 206 dans le Groupe.

Les jantes alliage 15 » appelées « Give Me Five » sont pour l’occasion diamantées. Le coffre à double ouverture demeure (toujours refermer la partie haute en premier !) et, dans son double fond résident les batteries. La prise électrique latérale est toujours dissimulée derrière un clapet, comme une voiture thermique, tandis que la signature « styled by Courrèges » est apposée côté droit sur le volet de coffre inférieur.

Nouvel intérieur… blanc !

En contraste avec l’extérieur, l’habitacle de l’E-Méhari Styled by Courrèges est habillé de blanc. Ses sièges sont en sellerie TEP, avec un effet équivalent au cuir synthétique, et profitent d’Airbags latéraux. On retrouve ce même TEP sur le bandeau de planche de bord : intégralement revue, elle se rapproche de l’esprit Citroën avec le rappel façon bagagerie côté passager, les aérateurs façon C4 Cactus. Idem sur les portières dont la nouvelle contre-portes reprend la poignée d’une C4 Cactus, et se complète d’un plastique à l’esprit « airbump inversé ».

Plus d’équipements, même moteur

L’intérieur s’équipe aussi d’un système audio bluetooth Parrot et de 2 haut-parleurs (c’est une électrique, pas besoin de plus !) ainsi que d’un kit mains libres et d’une prise USB pour rendre le voyage connecté. Un voyage qui s’effectue toujours jusqu’à 110 km/h électr(on)iquement limités, suivant les performances des 50 kW du moteur (soit 67 ch et jusqu’à 166 Nm de couple).

La présentation à la presse à Paris, dans la boutique Courrèges de la Rue François Premier (VIIIe arrondissement), fut l’occasion de découvrir près d’un quinzième de la production puisque 4 des 61 modèles prévus étaient sur place. L’ironie voudra que la façade, en face de Courrèges, était celle… du DS World Paris !

Les batteries LMP Bolloré sont toujours avec un loyer de 79€/mois pour une durée de 96 mois et un mode hivers de 4 mois maximum pour éviter leur déchargement. Proposée au catalogue à 29.300 €, l’E-Méhari Courrèges est la plus chic de toutes les E-Méhari. Son toit rigide et fixe en font un vrai coupé, tandis que les vitrages latéraux et du coffre sont déposables pour mieux profiter de l’air. Une proposition unique sur le marché, qui ne présente qu’une option : la climatisation à 1450 €.

La Citroën E-Méhari Styled By Courrèges vue par Fabien Legrand

Crédit photos : The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles