Découverte Jaguar I-Pace (1/2) : Présentation statique

Jaguar est décidé à électrifier sa gamme et pour se lancer, il dégaine l’I-Pace. Avec un pareil nom, il ne s’agit pourtant pas d’un SUV mais d’une quasi-compacte à hayon, avec une faible garde-au-sol, sans pour autant être au ras-du-sol. Inclassable ? Presque. Avant une première prise en main, découvrons cette première Jaguar électrique en images.

La première Jaguar électrique !

L’ère de la voiture électrique n’a pas fini de faire bouger les catégories automobiles. Il y a encore peu, on n’imaginait pas une berline aussi rapide à l’accélération qu’une supercar et pourtant, Tesla l’a fait. On n’imaginait pas non plus une citadine une électrique devenir la première voiture d’un foyer et pourtant, la Zoe de Renault l’est de plus en plus de même que la Nissan Leaf. Face aux objectifs de pollution à venir (le Corporate Average Fuel Economy ou CAFE) ainsi que pour préparer un éventuel basculement du marché, Jaguar propose donc sa première électrique… qui est aussi son premier modèle bicorps.

Avec son long hayon, et son profil à 2 volumes, la Jaguar ne ressemble pas à l’idée que l’on se fait d’un félin britannique. Pour autant, il ne s’agit pas d’un modèle compact ou rabougri : long de 4,68m, large de 2,01m, l’I-Pace est un beau bébé au format à mi-chemin entre Europe et Amérique. Pour parfaire son look, sa hauteur est réduite à 1,56m, lui permettant à la fois de garantir une bonne pénétration aérodynamique avec un Cx de 0,29, et un design pas trop monospaciant.

L’aérodynamisme dans les moindres détails

A le regarder de plus près, l’I-Pace reprend les lignes de l’étude éponyme qui l’annonçait en 2016. Mettre sur le marché des designs de concept-cars, c’est presque classique chez Jaguar Land Rover, depuis le Land Rover LRX devenu Range Rover Evoque, ou la Jaguar CXF devenue XF. Ainsi, le style est extrêmement lisse, dépourvu d’aspérités, jusque dans les poignées de portières qui se rétractent dans la carrosserie. Cela pourrait paraître novateur mais JLR est, là encore, coutumier du fait depuis la F-Type et encore récemment le Range Rover Velar.

Le tour de force de l’I-Pace est d’adopter cette plastique de concept dans un aérodynamisme fonctionnel. Regardez la calandre : elle est échancrée dans sa partie haute, qui remonte jusqu’à l’ouïe béante du capot. Eh oui, l’objectif de cette entrée d’air est de plaquer l’avant de la voiture au sol, comme un aileron. Idem de l’aileron arrière, élégamment dissimulé dans le profil. C’est aussi la même chose pour les écopes latérales.

Un habitacle sous forme de cocon

A bord de l’I-Pace, l’on est à la fois positionné bas… tout en étant légèrement plus haut que dans une XE par exemple, plancher-batterie oblige. Avec une garde au toit loin d’être ridicule, on pourrait presque croire à un intérieur de monospace. Intéressant, surtout si vous prenez l’option du toit vitré élégamment intégré à la structure, et donc le matériau du toit est une élégante suédine aussi agréable au toucher qu’à la vue.

La planche de bord reprend l’IHM déjà vue sur le Velar, avec un double système tactile pour la tablette d’info-divertissement et la climatisation, mais aussi des compteurs numériques et une vision tête-haute en couleurs. L’ensemble est réussi, réactif en tactile, aisé à lire, et permet de se concentrer sur le volant dont la jante est (très) épaisse. Au centre, la console centrale propose deux transparences permettant de ranger smarphones ou tablettes.

Aux places arrière, l’espace aux jambes ainsi qu’à la tête sont tout à fait satisfaisants pour des grands gabarits. Tout juste est-on surpris par l’épaisseur du tunnel central qui réunit nombre de câblages nécessaires à la coordination des moteurs avant et arrière. Il rend l’I-Pace plus 4-places que 5-places, le dossier de la place centrale étant d’ailleurs remplacé par l’accoudoir. Au dos des sièges avant, en option, vous pouvez profiter d’une prise USB et d’un Jack pour brancher vos appareils. Entre les sièges, encore des prises électriques, 2x 5 volts en USB et 1x 12 volts en allume-cigare.

Aspects pratiques, aspects visuels

Côté coffre, la soute est plutôt riche ! Jaguar annonce de 638 à 656 litres, dans un volume globalement facile à charger et bien carré. Le câble de recharge est correctement dissimulé sous le plancher de coffre… mais on le mettra sûrement par sécurité dans le coffre sous le capot avant, pour ne pas avoir à décharger ses bagages en cas de recharge sur la route des vacances.

Plusieurs harmonies sont proposées avec 2 types de sièges, Sport ou Performance (ce dernier se remarquant à la fente en partie supérieure), 5 selleries, 5 teintes intérieures pour habiller planche de bord, 4 pour la garniture du toit, et encore 4 finitions pour les inserts bois, piano laqué, fibre de carbone ou aluminium. De quoi se configurer un I-Pace sur-mesure… et oublier que sur les pré-séries que nous avions, certains accostages de plastiques pouvaient décevoir et des assemblages grincer légèrement. De même, certains caches en plastique aiment à s’ôter facilement de leur logement.

A l’extérieur, Jaguar propose un nuancier riche pour son crossover électrique : 12 teintes, 9 types de jantes allant de 18’’ à 22’’ avec finitions carbone et diamantées noir laqué. Impressionnant, mais gare aux chocs sur les trottoirs ! Deux packs sont aussi proposés pour des finitions en fibre de carbone ou en noir laqué sur les liserés de carrosserie en bas de pare-chocs et de portières.

Trois finitions, à partir de 78.380 €

L’I-Pace se vit selon trois degrés de gamme : S, SE et HSE. Un degré de lancement a été proposé aussi, ici présent sur nos photos, le First Edition, sur base de HSE. C’est aussi cette version qui propose seule la teinte Rouge Photon, aux reflets orange, qui pourrait rejoindre la gamme dans les années suivantes. Proposé avec la seule motorisation EV 400 (de 400… chevaux), il est lancé à partir de 78.380 euros sans option en S. Pour une version SE, comptez 86.350 euros ; et pour une HSE, 92.360 euros. La First Edition, elle, s’échange contre 102.570 euros.

Galerie photos en détails du Jaguar I-Pace

Pour retrouver notre prise en main du nouveau Jaguar I-Pace, cliquez ici ! 

Crédit photos : The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles