La conception d’une automobile produite à grande échelle ne se fait jamais seule. Sous la grande cape d’un constructeur se cache un nombre impressionnant d’équipementiers, dont Mecaplast.
Le leader du plastique vit dans l’ère du temps et dans le futur en proposant nombre d’innovations depuis plus de 30 ans. Aujourd’hui, on retrouve deux concepts reprenant ce que l’on trouve aujourd’hui sur certains nouveaux véhicules, ce qu’on trouvera sur d’autres voitures très prochainement, et enfin, l’imaginaire de l’équipementier à l’œuvre pour le futur (et le plaisir des yeux).

Le SMT2, pour Smart Mecaplast Trends 2, est le concept basé sur une Toyota Auris Touring Hybride et présenté ici aux côtés de son prédécesseur, le SMT1 datant de 2016, basé sur un Volkswagen Tiguan. Mais plutôt que de s’attarder sur les spécifications de chaque modèle, sautons le pas et allons droit à ce qui nous intéresse : les innovations sorties depuis 2016 sur des voitures actuellement en vente, et ce qui va très prochainement arriver et ce qui nous attend ces prochaines années. Dans cet article, on parlera des innovations liées au moteur.

  • La révolution du carter

Jusqu’à présent, le carter d’huile situé au point le plus bas du moteur (pour les moteurs à carter mouillé) était en métal (acier, aluminium, fonte d’aluminium). La transition vers le carter d’huile en plastique est déjà en marche puisque la Golf VII nouvellement restylée (dont l’essai est ici) bénéficie de cette évolution.
Mais pourquoi vouloir une pièce en plastique pour un endroit contenant de l’huile à plus de 80°C ? Certains diront « le coût », et ils auront raison, mais en plus de ça, le gain de poids est colossal et la résistance aux chocs est là. Le carter étant de toute façon protégé par le fond plat de la baie moteur, il n’y a rien à craindre au niveau des projections de cailloux à haute vitesse et autres joyeusetés de la route. Et au niveau de la température, rien à craindre. Si votre jauge d’huile toute fine en plastique jaune n’a jamais fondu depuis que vous avez votre voiture, vous pouvez être sûr que le carter tiendra pendant la vie du moteur.
D’un point de vue entretien, sachez que la vidange en devient totalement facilitée étant donné que le bouchon de vidange intègre un canal avec un écoulement vers le bas… pourvu que vous ayez l’outil prévu pour ! Ceux qui ont déjà vidangé plusieurs voitures de marques différentes savent de quel casse-tête on parle ici.

  • Révolution du carter d’huile : part deux

Là où le carter d’huile en plastique était une des nouveautés apportées l’an dernier par le SMT1, la mouture 2017 va un peu plus loin en reliant le carter d’huile (principalement pour les moteurs turbocompressés) à la boîte de vitesse.
Avantages concrets ? Gain de place et de poids puisque ce carter peut épouser la forme de la boîte de vitesse ! De plus, le fait que le radiateur soit emboîté directement sur le carter d’huile supprime purement et simplement les deux durites et colliers de serrage associés, ce qui en résulte par l’absence de possibles fuites sur le long terme.

En plus de ça, on gagne un système de clapet permettant de créer à la volée un circuit court d’huile. Lorsque votre moteur est froid, seule une petite quantité d’huile est utilisée (le minimum syndical si l’on s’en réfère à la présentation puisque la boucle a une micro-réserve de quelques centilitres) afin que la montée en température soit extrêmement rapide. Le clapet va ensuite diluer cette huile chaude jusqu’à ce que l’intégralité de la réserve d’huile soit à température pour passer en circuit long. Moins de consommation les premières minutes de roulage, et en plus on a le droit de tirer plus tôt dans le moteur ! Et pour rester sérieux, un gain certain en matière d’émissions de polluants puisqu’on peut avoir une combustion complète bien plus tôt et limiter le surplus de carburant habituellement injecté lorsque le moteur est froid.

  • Échangeur thermique en plastique intégré au répartiteur d’air

Je vous vois déjà criser d’ici avec quelque chose comme « le plastique est un isolant… ». La baisse de température de l’air passerait de 180° en sortie de turbo à 50° à la sortie du radiateur (!) selon Mecaplast. Le plastique est en réalité mélangé à du carbone et graphite. Et si vous voulez aller un peu plus loin, l’aluminium utilisé pour la plupart des radiateurs automobiles a une conductivité thermique moyenne de 200 à 210 W·m−1·K−1 (watts par mètre kelvin). Le graphite pointe entre 168 et 400 W·m−1·K−1 selon sa pureté et son arrangement. Pour les plus curieux, le cuivre est très conducteur et culmine à 403 W·m−1·K−1 mais son prix ayant décuplé ces dernières années au point de voir votre TGV annulé ou retardé pour cause de « câbles volés sur les voies » couplé à son poids élevé n’en fait plus un bon candidat.

Pour augmenter la surface d’échange vu que le plastique au graphite a une conductivité légèrement plus faible que l’aluminium, il faut jouer avec la matière : là où un radiateur en métal est fait d’un simple tube sur lequel des ailettes sont fixées pour dissiper la chaleur, l’équipementier fait ce ici ce qui est fréquemment utilisé dans le refroidissement des processeurs dans les datacenters : des plaques avec des picots en relief afin d’augmenter la surface d’échange pour qu’un fluide caloporteur (votre liquide de refroidissement) évacue toute la chaleur de l’air.

  • Couvre culasse avec système de décantation d’huile

Les segments d’un piston n’étant pas 100% étanche, il se peut que de l’huile s’échappe par les gaz issus des fuites des pistons : le couvre-culasse est plus haut que ce que l’on connaît et offre un certain volume pour accueillir les gaz. Le système de décantation fonctionne via un petit filtre et une aspiration (issue du moteur, de la même manière que votre maître-cylindre). Le filtre va récupérer les fines gouttelettes d’huile et la décanter pour la refaire couler correctement dans le moteur.

  • Cache moteur en textile/plastique

Aussi étrange que cela puisse être, le textile permettra une personnalisation supplémentaire, ne serait-ce qu’en terme de teinte. Quant au gain de masse, il sera en moyenne de 25%. « Sera » car on verra ce cache en série dès 2018 !

  • Carter de distribution

Un cache pour la courroie/chaîne de distribution qui permet de réduire le bruit de cette dernière. Là où une bonne partie de la production actuelle offre ce carter en métal, le plastique permet ici de gagner 20% en poids, mais surtout, 2 dB de silence supplémentaire.

  • Tuyau d’admission d’air

Un mélange de plastiques lisses, ondulés et percés permettent de créer un tuyau regroupant tous les avantages d’un résonateur dans un volume ultra-réduit : pour ainsi dire, c’est une partie intégrante du tuyau !
Avec des gains annoncés de 3 dB en acoustique (basses fréquences et bruits sourds notamment) et 20% en perte de charge (hausse des performances), on l’attend avec impatience.

  • Support moteur en plastique

Vous avez bien lu : Mecaplast compte remplacer les pièces métalliques d’un support moteur par des pièces en plastique. Le scepticisme est possiblement très fort quand on connaît la quantité de vibrations qu’émet un moteur. Gain de masse annoncé : 25%.

  • Clapet de dégazage pour plusieurs boucles de refroidissement

Derrière ce nom tortueux se cache un clapet qui en supprime jusqu’à deux autres dans votre voiture : supposons que vous ayez une voiture hybride plug-in et que pendant un moment, seul les moteurs électriques font rouler la voiture. Le circuit de refroidissement va refroidir les batteries via la pompe à eau électrique, mais pour des soucis d’économie d’énergie, vous ne voulez pas que le circuit d’eau de votre moteur ne tourne. Un clapet est donc nécessaire pour chaque boucle de refroidissement. Réunir tous les clapets au sein d’un même module est à la fois un gain de place, de poids, et un gain économique.

  • Boîte à air au format réduit

Si vous avez déjà changé votre boîte à air, vous vous êtes possiblement demandé pourquoi ils y avait toujours une boîte avec autant de vide alors qu’il serait possible de gagner plusieurs centimètres d’épaisseur en conservant une même répartition de l’air à la surface du filtre : Mecaplast vient à la rescousse et propose une boîte à air permettant un gain de place via l’optimisation pure et simple du flux d’air.

  • Filtre à air 100% synthétique

Annoncé comme 100% recyclable et plus économique, il reste à voir si les fabricants de filtres décident ou non de s’y mettre avec le coût que le changement peut engendrer…

  • Rack de batteries 100% plastique

Ce sujet concerne les batteries des véhicules hybrides et électriques : le rack en plastique a pour but de regrouper les connexions électriques, hydrauliques et les boîtiers de commande. Les infinités de formes possibles avec le plastique permettent de réduire le temps de montage en supprimant des câbles et durites tout en allégeant la pièce. Avantage des formes libres : on peut créer une « cartouche » avec la batterie avec de la connecter au rack. Un futur avec des batteries interchangeables en les enfonçant dans le support tel qu’on le ferait avec une disquette ? Peut-être une solution au problème que font face les véhicules électrique avec les recharges lors des longs trajets…

Plastique plastique et plastique : recyclable tout ça ?

L’équipementier promet que les pièces sont 100% recyclables et que les matières premières sont bio-sourcées.


Commentaires

Plus d'articles