Neuf fois champion du monde des Rallyes, Sébastien Loeb s’invite au Futuroscope en vedette d’une nouvelle attraction qui offre aux visiteurs du parc la possibilité de devenir son copilote l’espace de quelques instants. Nous l’avons testée en avant-première.

La « Sébastien Loeb Racing Xperience », qu’est-ce que c’est ?

Les nouvelles technologies, c’est le fonds de commerce du Futuroscope. Aussi le parc ne pouvait-il pas louper le coche de la réalité virtuelle, en plein essor ces trois dernières années. Et pour notre plus grand plaisir, le Futuroscope a choisi un thème qui nous est cher pour sa première attraction en VR : l’automobile. La nouvelle attraction propose en effet au visiteur d’embarquer à bord d’une 208 de rallycross aux côtés de Sébastien Loeb, dans une course semée d’embuches sur les routes sinueuses de la région grand est, pour se rendre à Haguenau, ville natale du célèbre pilote alsacien. Vous prendrez donc la place de Daniel Elena, son copilote.

L’immersion dans l’univers de la course automobile débute dès la file d’attente, avec un décor totalement dédié et notamment la fameuse 208 WRX utilisée pour le tournage, que vous pourrez admirer en attendant votre tour, ainsi que des séquences vidéos en caméra embarquée diffusées sur des écrans plats, le tout dans un décor typé garage. A l’approche de la salle, le visiteur est mis en condition par un petit scénario, qui justifie sa présence à bord aux côtés du célèbre pilote (je n’en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler). La personnel, déguisé en équipe technique, achève de compléter l’ambiance.

A l’intérieur de la salle, nous découvrons des rangées entières de sièges baquets siglés Sparco. 108 sièges très exactement. Il s’agit en réalité de simulateurs électrodynamiques disposant de 6 axes de mouvement, qui permettent de retranscrire au plus près les sensations à bord de la voiture. Et pour coller au plus près aux sensations ressenties à bord, les équipes techniques qui ont développé l’attraction ont disposé des capteurs sous le siège du pilote lors du tournage, afin d’enregistrer précisément les mouvements et inclinaisons de la voiture.

Pour ce qui est de la partie vidéo, la « Sébastien Loeb Racing Xperience » a opté pour le casque VR HTC Vive, qui retranscrit à 360° la séquence tournée avec une caméra spéciale, Pour les connaisseurs, le film a été tourné avec une caméra « RED WEAPON 8K HELIUM », sur laquelle a été adaptée une optique 360° créée sur mesure. Le tout est diffusé en 60 images par seconde.

Mais l’expérience ne s’arrête pas là, puisque l’attraction propose une immersion en VR 5D. Outre l’expérience visuelle et les mouvements du siège, le spectateur pourra aussi ressentir des effets de vent sur son visage, des odeurs ou l’effet de branchages venant lui chatouiller la jambe (eh oui, dans la vidéo la voiture n’a pas de portières).

Au final, le développement de l’attraction, réalisé en collaboration avec Sébastien Loeb lui-même, aura duré 3 ans et coûté 6,5 millions d’euros. Avec toute cette technologie, la promesse du Futuroscope est ambitieuse : faire ressentir au visiteur les mêmes sensations que Sébastien Loeb à bord d’une voiture de rallycross. Alors, pari tenu ?

Nos impressions sur l’attraction

Ayant déjà eu la chance de prendre place aux côtés de David Coulthard pour un tout de piste à bord du concept-car Renault Twin’Run (c’était en 2013), je disposais déjà d’une première expérience pratique des sensations que l’on peut ressentir en conditions réelles dans ce type de situation. Et je dois dire que les mouvements de la voiture sont plutôt bien retranscrits. On les ressent bien sûr avec moins d’intensité que dans la réalité mais, dans l’ensemble, les mouvements du siège reproduisent assez bien les situations présentées à l’image.

La technologie des capteurs embarqués lors du tournage tient donc ses promesses, même s’il reste certaines choses que vous ne ressentirez pas, comme par exemple l’effet d’un dérapage sur le bitume. La réalité virtuelle conserve quelques limites. L’immersion à bord de la voiture est tout de même assez bonne, d’autant que l’expérience sensorielle proposée est plutôt complète, avec le jeu d’odeurs et d’air qui vous est soufflé au visage par moments.

Le seul point faible à mon sens concerne la partie vidéo. En effet, bien que le Futuroscope annonce fièrement une image tournée en 6K, l’expérience visuelle est en réalité bridée par la résolution famélique du casque HTC Vive (1080×1200). Bref, autant dire qu’on ne tire aucun bénéfice du tournage en 6K. L’image n’est pas franchement nette. Ce n’est toutefois pas un point rédhibitoire puisque l’arrivée dans les années à venir de casques plus performants sur le marché devrait permettre au Futuroscope de mettre à jour facilement son attraction. il suffira de remplacer les casques.

Embarquement immédiat

Au final, la « Sébastien Loeb Racing Xperience » est donc une attraction plutôt réussie. Et comme toute bonne attraction qui se respecte, vous la trouverez sans aucun doute trop courte (177 secondes pour être exact, soit un peu moins de 3 minutes). Vous pourrez heureusement compléter votre visite avec les autres attractions du Futuroscope, comme « Arthur, l’aventure 4D », « Danse avec les robots », ou encore « L’extraordinaire Voyage ».

Cette nouvelle attraction complète ainsi agréablement les autres attractions à succès du parc, qui reste un endroit familial et agréable à découvrir. La « Sébastien Loeb Racing Xperience » ouvrira ses portes au public le 7 avril prochain.

 


Commentaires

Plus d'articles