Il y a quelques jours nous vous proposions de découvrir la nouvelle Renault eDAMS Z.E 17 qui va courir la prochaine saison de Formule E qui débutera avant la fin de cette année. Presqu’en même temps, Audi présentait la première voiture de course électrique de la marque, l’e-tron FE04.

Cette voiture est, selon la parole officielle, la première étape de la transformation d’Audi, constructeur automobile, vers l’état de fournisseur de mobilité dans les prochaines années. Un bien beau discours et un beau projet pour une entreprise qui a très longtemps œuvré pour le développement des voitures diesel tant dans le monde des voitures de série que dans celui de la course, notamment en WEC.
Peter Mertens, membre du conseil d’administration d’Audi, de dire : « Après les technologies Quattro, TDI, TFSI, e-tron ou hybrides et beaucoup d’autres innovations, notre première monoplace est le porte-étendard de notre offensive dans le domaine de la mobilité électrique et vers l’avenir ».
On gardera toutefois à l’esprit qu’au sein du groupe Volkswagen, Audi fut la première marque à proposer une voiture propulsée par un moteur TDI, c’était une Audi 100 à la fin des années 80, il y a 28 ans.

Pour l’appellation de la monoplace, le nom e-tron FE04 correspond à cela :

  • e-tron = voiture hybride ou électrique chez Audi
  • FE = Formula E
  • 04 = 4eme saison de FE

Audi dit avoir travaillé d’arrache pied sur la FE04 pour faire évoluer le groupe motopropulseur électrique, la transmission, des éléments faisant partie de la suspension et même les logiciels de gestion du moteur et des batteries. Audi assure que sa voiture sera plus efficiente en version 2017/2018 qu’en version 2016/2017. La marque aux anneaux utilisera une transmission dite à « haut rendement » et à une seule vitesse pour la prochaine saison… comme toutes les autres équipes.
On veut bien croire dans ce discours très technico-marketing et surtout en phase avec l’image technologique de la marque aux anneaux. Toutefois quand on sait le peu de latence laissé aux écuries en matière de développement pour l’instant, on demande à voir si cette voiture du Team Audi Sport ABT Schaeffler sera plus performante qu’une Renault ou qu’une DS sur la piste…

On remarquera la nouvelle livrée de la voiture. Elle se veut plus colorée, plus dynamique et reconnaissable que celle de la voiture que pilotait Lucas di Grassi, le champion de Formula E en titre. La carrosserie à fond blanc est associée avec un vert métallisé qui n’est pas sans nous rappeler le temps déjà lointain des Benetton Ford B194. On retrouve aussi quelques touches de jaune (aileron avant) mais aussi de rouge et de noir (sur l’aileron arrière) pour différencier les voitures des deux pilotes quand ils passent à 120-125 km/h devant les stands.

Pour la saison à venir, Lucas di Grassi, qui portera le n°1 sur le museau de son auto sera, une fois encore, accompagné dans la seconde voiture par Daniel Abt. Et pour cette première saison, Audi et Abt font confiance à Allan McNish, 47 ans, ex pilote Audi et champion du monde d’endurance 2013, qui devient le Team Manager de l’écurie Audi Sport ABT Schaeffler.

A revoir dans deux mois pour le début de la saison à Hong Kong en Chine.

Via Audi, ABT, L. di Grassi.


Commentaires

Plus d'articles