Si on en croit les britanniques d’Autoexpress, DS Automobiles envisagerait très sérieusement de développer puis de lancer en 2020 une grande berline ultra haut de gamme à la française. 
Ce futur modèle de grand luxe ambitionnerait de devenir « The Reference » sur le segment que l’on dit Premium où règnent actuellement Mercedes-Benz, BMW, Audi et dans une moindre mesure Lexus, Volvo, Jaguar et même Maserati. 

Si on en croit les propos d’Eric Apode, le vice-président de DS Automobiles, rapportés par nos confrères anglais, l’absence d’un vrai haut de gamme automobile français sera bientôt une idée du passé.
E. Apode aurait affirmé qu’il est impératif que la marque premium du groupe PSA ait rapidement un modèle prestigieux dans sa gamme.
Pour cela il faut une technologie, des belles motorisations, ainsi qu’un design singulier et fort qui donne à la voiture un « air incroyable ». Il poursuit en expliquant que DS Automobiles est le seul constructeur automobile français positionné sur le marché du premium de luxe (???) et que la jeune marque est unique sur ce segment du marché automobile au point de pouvoir faire trembler la concurrence.

Toujours selon le discours du vice-président de la marque, cette future DS 8 aura une allure singulière et très luxueuse. Il évoque à peine une carrosserie tricorps et oublie la Metropolis Concept (née il vrai chez Citroën) pour nous parler d’une une silhouette façon break sportif ou Shooting brake ou break tout court voire même façon coupé 4 portes… Vous avez dit Sportback, Gran Turismo à moins que ce ne soit la Citroën Numéro 9 Concept ?
En fait et pour faire simple, Eric Apode nous parle d’une berline bicorps singulière ou pas… comme DS Automobiles l’a connu entre décembre 2011 et mai 2018 avec la DS 5.
Toujours selon les informations données, cette future grande berline de luxe haut de gamme premium sera construite sur la plateforme modulaire EMP2 du groupe PSA qui est utilisée par la nouvelle 508. Coté mécanique, DS promet du lourd puisqu’on évoque le L4 2.0 L BlueHDi, le L4 1.6 L PureTech et même l’hybridation pour cette future berline de luxe. Il faudra bien ça et même beaucoup plus pour aller chercher des autos propulsées par des L4 Hybrides, L6, V6 et V8 d’au moins 2.0 L ou 3.0 L et tous suralimentés par des turbos et/ou des compresseurs.

Si le choix de la plateforme EMP2 ne surprendra pas, celui des motorisations laisse plus songeur et n’est pas réellement en phase avec le discours du vice président de la marque sauf si faire du très haut de gamme à la française c’est concurrencer une Audi A3 Sedan d’entrée ou de milieu de gamme, une Mercedes-Benz CLA (hors AMG) ou une BMW Série 1 sedan ou une Série 3 d’entrée de gamme !
Tout cela sans oublier le déficit d’image de DS Automobiles, des ventes au plus bas en Europe et en Chine et un réseau qui semble avoir du mal à se structurer en dehors de quelques grandes villes et des « corners » présents au sein des concessions… Citroën.

Avec une gamme actuelle faite de deux véhicules (DS 3 et DS 7 Crossback), peu de nouveautés à attendre, une image premium qui n’existe que dans le service marketing de la marque, DS Automobiles va avoir fort à faire pour réellement exister en tant que marque premium. Cela passe par sa communication, sa gamme, ses motorisations, sa visibilité sur le marché (un président VRP ne suffit pas !) et par l’image réelle de la marque car l’association avec Virgin Racing ressemble plus à du greenwashing écolo-sportif qu’à la construction d’une image béton ou… à l’allemande puisque les références à dépasser viennent d’outre Rhin.

A suivre.

Via Autoexpress.


Commentaires

Plus d'articles