Aurus, la nouvelle limousine russe de Vladimir Poutine

Vladimir Poutine a été investi, pour la quatrième fois, à la présidence de la Fédération de Russie ce 7 mai avec un nouveau mandat de 6 ans, courant jusqu’en 2024. Contrairement aux précédentes mandatures, il circulera cette fois dans une nouvelle limousine russe, inédite, et non plus en Mercedes Classe S rallongée.

Une nouvelle limousine pour Vladimir Poutine

Cela fait plusieurs années que l’on savait que Vladimir Poutine souhaitait avoir une limousine présidentielle qui lui soit personnelle. Depuis 2012 et le début de son précédent mandat, les services présidentiels et notamment l’Institut central de recherche scientifique et automobile de Moscou, s’activaient autour du « Projet Cortège », comprenez celui d’une nouvelle limousine d’apparat. Russe, bien sûr, comme au bon vieux temps des ZIS/ZIL soviétiques, mises à l’écart au début des années 1990 après la chute de l’URSS au profit de flottes de Mercedes Classe S rallongées.

Mai 2018, nous y voici et Vladimir Vladimirovitch n’a pas résisté à présenter sa nouvelle limousine pour sa quatrième intronisation. Son style est un patchwork des codes du segment, mêlant Rolls-Royce, un peu d’Audi (période 2000) dans la grande calandre, ainsi que du Chrysler/Lancia (pour les phares façon 300/Thema). L’arrière est sobre, et rappelle Rolls Royce à nouveau et les jantes, Maybach. L’intérieur fait, lui, la part belle au luxe avec cuir et bois accompagnés de l’insigne officiel de la Présidence russe.

A l’image d’Emmanuel Macron inaugurant son DS 7 Crossback de parade, ou de Barack Obama présentant « The Beast » en janvier 2009, voici donc le président russe à bord de l’Aurus, le nom de la nouvelle marque qui la commercialisera en 2019. En interne, le nom de code du modèle blindé semble être EMP-41231SB, un code qui ne surprendra pas les russophiles fans des appellations « chiffrées » des voitures locales.

Une future gamme de 4 modèles Aurus

Aurus, pour les latinistes, rappelle l’aureus, le nom de la monnaie en or de la Rome Antique. Cela signifie aussi la splendeur, la magnificence. Un terme tout à fait approprié pour cette nouvelle marque qui se veut concurrente du très haut-luxe automobile, comprenez Rolls-Royce, Bentley, ou encore Maybach. Aurus prépare ainsi, pour le « grand public » (sous conditions de ressources bien sûr) une gamme avec une berline (avec un dérivé cabriolet d’apparat), un monospace et un SUV en plus de cette limousine. Chacune repose sur une nouvelle plateforme appelée « EMP » pour Единая модульная платформа (soit, en français, « plateforme modulaire unie »).

La future gamme prévue sur la nouvelle PMU est ci dessous.

Le SUV  

Le monospace 

L’Aurus SWB et cabriolet d’apparat

Cette gamme sera présentée semble-t-il au Salon automobile de Moscou cet été, l’ouverture des commandes suivant au plus tard début septembre. Le lancement des berlines et limousines sera effectif au premier trimestre 2019, pour des livraisons courant de l’année. Les limousines du Kremlin, elles, seront livrées d’ici la fin 2018, et celles du gouvernement ainsi que celles réservées aux hauts-fonctionnaires au plus tard début 2019.

Un goût de ZIL

Aurus rappelle ce que fut ZIL, Zavod Imeni Likhatchiova, l’ancienne marque de prestige automobile soviétique. La marque n’a pas disparu et survit aujourd’hui à coup de commandes de poids lourds (son autre spécialité). Elle n’a plus produit de limousine depuis 2012 et les dernières 4112R, mues par un V8 7,7 l de 400 ch, dont le style et la base remontent en réalité à la Perestroïka puisque lancée en 1985 sous la génération 41047. La dernière apparition d’une ZIL officielle du Kremlin remonte à 2010 lors de la parade du 9 mai. Une parade qui, cette année, risque de mettre en avant la nouvelle Aurus plutôt que ce dinosaure de la Guerre froide.

L’Aurus en mouvement

Source : Wroom.ru, Youtube, CarPark, RussiaBeyond, Drom.ru, AutonewsRussia.


Commentaires

Plus d'articles