La marque DS fait sa rentrée ! Et qui dit rentrée dit salon et nouveaux produits, sauf que chez DS, il va falloir encore attendre un peu pour ça. Pour patienter, la marque haut-de-gamme du Groupe PSA propose une nouvelle ligne transversale sur ses produits : DS Performance Line.

La mode des « lignes sportives », sorte de flacon sans l’ivresse, semble avoir contaminé tous les constructeurs. Les généralistes ont pris la suite des premium dans la création de versions semi-sportives dans leurs gammes : on les appelle GT Line (Renault, Peugeot), ST Line (Ford), S-Line (Audi), M-Line (BMW), pack AMG Line (Mercedes), R Line (Volkswagen), etc. Il ne s’agit pas d’une lubie de marketeur mais bien d’une vraie demande de la clientèle, pour des modèles de forme plutôt que de fond sportif, avec des détails distinctifs mais sans une motorisation ni un comportement qui en fassent des pompes à feu (ou des risque-permis au quotidien). En soi, c’est l’éternel conflit entre l’apparence et la substance, transposé à la chose automobile.

Fort de ce constat, DS présente donc la DS Performance Line, destiné aux gentleman et aux lady drivers (vivent les anglicismes), dans un esprit Grand Tourisme (et ce n’est pas un gallicisme). Plus prosaïquement, les gammes DS s’offrent un nouveau degré de finition qui se propose d’ajouter un esprit sportif à tous les modèles de la gamme, DS 3, DS 3 Cabrio, DS 4 et DS 5. En apparence, le style rappelle la gamme DS Performance, représentée en série par la DS 3 Performance, en concept par l’E-Tense, et en compétition par la monoplace de Formule E ; en substance, cette finition s’adapte à tous les moteurs de chaque modèle (à l’exception du PureTech 82 ch de la DS 3).

Tout est question de détails

A l’extérieur, les DS Performance Line se reconnaissent à leurs teintes : elles sont obligatoirement bi-ton avec un toit noir (sauf si vous prenez une teinte de caisse noire, mais bon). Y sont associées 7 teintes pour la DS 3, 6 pour la DS 4 et 5 pour la DS 5. Sont communs aux trois modèles les Blanc Nacré et Noir Perla Nera ; les DS 5 sont aussi proposé en Gris Hurricane, du Gris Platinium, du Gris Artense ; les DS 4 avec les Blanc Banquise, Gris Platinium, Gris Artense, et Rouge Absolu ; et la DS 3 elle pavane en Blanc Banquise, Gris Shark, Gris Aluminium, Rouge Rubi [sic selon le dossier de presse…] ou le Jaune Pégase. Notre ami Teintes va s’en donner à cœur joie. Avec un tableau, c’est plus simple :

Les jantes, allant de 17′ à 19′ selon les modèles, sont noires et dotées d’un cabochon rouge carmin. Selon Thierry Métroz, une fois sur la route, cela rappelle un vinyle sur son tourne disque.

A l’image de la DS 3 Performance, le petit sigle rectangulaire surplombant la calandre est aux couleurs de DS Performance, enfin presque, puisque pour cette série « Performance Line » les couleurs sont inversées. Au passage, l’on apprend la signification de ses couleurs : le rouge Carmin pour la passion, l’or le « gold » pour la victoire, le blanc pour la pureté.

DS aime tellement ces couleurs qu’ils ont fait l’acquisition d’un lots d’autocollants à ces couleurs, que l’on retrouve sur les rétroviseurs et sur le becquet à l’arrière, pour un effet selon la marque « subtil et discret ». Dans la réalité, la nature autocollante se remarque hélas à mille lieux, et on est loin du charme discret de la trame DS au laser des rétroviseurs de la ligne Faubourg Addict. Après, la tenue dans le temps de ce type de détails interroge toujours, mais les autocollants de toit des DS 3 lancées dès 2009 semble se maintenir, alors, pourquoi pas…

A l’intérieur, c’est classe

On critique l’extérieur, mais à l’intérieur aussi il y a des éléments « DS Performance Line ». D’ailleurs on ne peut pas les louper puisque le nom est directement écrit, sur les dossiers de sièges avant, et sur les tapis de sol. C’est plus élégant que les autocollants extérieurs, d’autant que les selliers de DS ainsi que les designers couleurs/matières ont une nouvelle fois créé avec goût : une belle harmonie pour les sièges avec cuir grainé (qui rappelle l’Alcantara) et tissu Dinamica. Le tout est accompagné de surpiqûres aux trois couleurs déjà vues, carmin/gold/blanc.

Vous aimez ces surpiqûres ? Cela tombe bien, parce qu’elles sont jolies (avis purement personnel, ça change des surpiqûres à une seule couleur), et on les retrouve disséminées un peu partout : jante du volant cuir, contreportes, soufflet de levier de vitesses, casquette des DS 3 et DS 5. La DS 4 se rattrape en étant la seule autorisé à recevoir une planche de bord en cuir noir Nappa intégral.

Ces DS Performance Line profitent des derniers équipements de la gamme : projecteurs xénon/DELs, connectivité Mirror Link ou CarPlay, écran tactile, DS Connect Box, frein actif d’urgence (DS 3), surveillance angle-mort (DS 4, DS 5), etc. Et côté moteurs, on va donc du PureTech 110 sur DS 3 jusqu’au THP 210 sur DS 4 et DS 5 en essence, du BlueHDi 100 sur DS 3 au BlueHDi 180 sur DS 5, avec des boîtes manuelles ou automatiques 6 vitesses. Pas de nouveau bloc donc, mais la marque se fait ainsi fort de rappeler que 23 de ses 26 motorisations sont leaders en couple dans leur catégorie. Comme l’a dit le P-DG de la marque Yves Bonnefont, « on croit au couple chez DS ». Le lancement de ces modèles aura lieu à l’automne.

Ci-dessous, les clichés officiels proposés par DS dans son dossier de presse :

Pour découvrir la Performance Line, vous pouvez vous rendre au DS World Paris rue François Premier, ou au Festival de Chantilly ce weekend. Vous pouvez même vous rendre chez l’un comme à l’autre sans précisément vouloir découvrir cette nouvelle « line » sportive, et vous imprégner de l’esprit chic de ces deux lieux. Au DS World Paris, showroom et lieu de vente parisien de DS, on retrouve ainsi, dans un air parfumé de la fragrance DS, un décor toujours agréable à voir. Et à Chantilly, vous retrouverez aussi le concept E-Tense, et nos meilleurs photographes pour vous rapporter leurs plus beaux clichés.

Photos : Fabien Legrand – The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles