Avec le concept Renault R.S. 2027 Vision, le Losange présente son idée de la F1 de la prochaine décennie. Alors que les règlements techniques des prochaines saisons de Formule 1 ne sont pas encore figés, Renault pousse ses pions et célèbre tout à la fois ses 40 ans dans la « catégorie reine » : le futur de la F1 sera sportif et stylé ou ne sera pas !

Du style !

C’est dans la pénombre que la Renault R.S. 2027 Vision se remarque le plus, dotée de la fameuse signature lumineuse de Renault en « C ». Il profite de la large lame frontale pour habiller son liseré de diodes. La coque est noir et jaune, comme l’actuelle monoplace R.S. 17.

Construite autour du cockpit du pilote, la R.S. 2027 Vision est transparente afin de mieux montrer l’action du pilote dans sa machine ! Bien conscient qu’un tel artifice ne peut fonctionner lors des GP nocturnes, la R.S. 2027 Vision est aussi dotée d’éclairage à diodes, dans les roues et les ailerons pilotés notamment, pour créer des trainées lumineuses. Cela permet d’afficher la position de la voiture en course sur la jante, mais aussi d’illuminer le Losange sur les côtés.

De la sécurité !

Bien que la F1 ait énormément progressé avec les cockpits en fibre de carbone, les crash-tests, la F1 continue de réfléchir à accroître la sécurité embarquée avec les dispositifs halo et autre bulles en plexi, pour mieux protéger les têtes des pilotes. Sur la R.S. 2027 Vision, le cockpit est fermé et en polycarbonate ultra résistant.

De plus, en cas d’accident, les monoplaces seront gérées en mode autonome, tandis qu’elles interagiront davantage avec le public : connectées, elles transmettront leurs données de télémétrie aux fans.

Du sport !

C’est un éternel débat que de savoir si la F1 moderne et ses pilotes sont au niveau de leurs ancêtres qui, eux, n’avaient pas autant d’électronique embarquée notamment. Cette question, le concept R.S. 2027 Vision la franchit allègrement en décidant que le passé est le passé, et le futur un autre temps : celui d’une F1 électrifiée et encore plus sûre.

Côté moteur, la R.S. 2027 Vision est hybride, avec 4-roues motrices et directrices. Dans les stands, un mode 100 % électrique est imposé. La capacité du réservoir, divisée par 2, illustre les progrès à venir en efficience des moteurs hybrides dans le rendement thermique mais aussi électrique (batteries à très haute densité énergétique), grâce aux enseignements de la Formule E.

De la légitimité !

Revenu à la Formule 1 l’an dernier, l’écurie Renault Sport Formula One commence à progresser dans la hiérarchie (2 monoplaces en Q3 à Bahreïn) mais les résultats en course demeurent maigres (2 points marqués en 3 courses). Cependant, Renault l’avait dit : c’est un engagement de long terme qui est prévu, dont les fruits arriveront dans quelques années. Il faut, comme Mercedes l’a été, se montrer patient, et rappeler aussi que Renault ne se résume pas à un retour en 2016 mais un engagement dès 1977 avec le moteur Turbo de la RS01 !

Ce qui fait dire à Cyril Abiteboul, le DG de la compétition chez Renault Sport, que « le rôle de Renault Sport Racing est aussi d’anticiper ce que sera le futur de la Formule 1 pour que cette discipline rassemble un maximum de fans dans un environnement cohérent avec les objectifs du Groupe Renault. » Exactement la F1 voulue par le Losange sous la présidence Ghosn : visible, de long terme, et surtout rentable pour le constructeur.

En présentant ce concept R.S. 2027 Vision à Shanghai, Renault se sert de la F1 pour asseoir son image en Chine, confirmer sa légitimité historique en F1 (bien que pas toujours engagée en son seul nom, l’équipe Renault a fourni parmi les meilleurs moteurs des années 90/2000/2010), et attirer du public. Ne manque plus qu’une voiture de grand sport dans la gamme mais la Mégane R.S., on le sait, est en approche



Via Renault


Commentaires

Plus d'articles