Citroën C5 Aircross : première rencontre chinoise

Lors de la présentation de la Citroën C4 Cactus, une partie de la gamme internationale des chevrons était présente. Outre les Citroën C3 et C3 Aircross, un modèle venu de Chine les accompagnait : le Citroën C5 Aircross. L’occasion de découvrir sa variante chinoise de série, après la présérie que nous avions découverte il y a déjà un an en exclusivité.

Citroën C5 Aircross, nouveau fer de lance de la marque

Depuis la fin de carrière de la C5 en 2017, et la nouvelle C6 étant réservée au marché chinois, Citroën n’a plus de véhicule en haut de sa gamme en Europe. Ce sera désormais le rôle du Citroën C5 Aircross, à partir de la fin 2018. C’est une nouvelle fois la plate-forme EMP2 qui est utilisée pour ce nouveau porte-étendard. Ainsi, ce SUV est techniquement proche des Peugeot 3008 et Opel Grandland X. Il est aussi légèrement plus long, 4,50 m contre 4,45 m (3008) ou 4,48 m (Grandland X).

La première Citroën hybride

La grand nouveauté attendue sur ce modèle est la motorisation hybride essence-électricité, qui lui permettra d’atteindre 300 ch cumulés. Enfin une Citroën hybride, plus de quinze ans après les recherches (avant-gardistes, rétrospectivement) sur les systèmes Dynalto et Dynactive. Un modèle qui ne sera malheureusement pas proposé avant 2019. Il semble en effet que la primeur de cette motorisation soit réservée au capot du DS 7 Crossback, qui lancera par la même occasion son degré E-Tense avec bois de macassar.

D’abord Chinois avant d’être Français

Bien que conçu en France, dans les bureaux d’études de Vélizy, c’est d’abord en Chine que le modèle a été proposé. Et les premiers chiffres de vente semblent être encourageants. Nous espérons que ça se poursuive dans le pays du Milieu. C’est donc fort logiquement un exemplaire chinois que nous avons pu approcher.

La ligne est conforme à celui que nous avions pu rencontrer à l’ADN. Les feux ne reprennent pas le graphisme de la gamme actuelle, mais s’inspirent de la phase 3 de la Citroën C5… inconnue dans l’Hexagone. A l’avant, on retrouve bien le double-étagement lumineux, mais traité de façon un peu plus sportive et plus massive ici.

Un intérieur légèrement différent 

A bord, difficile de se prononcer sur la qualité. Sera-ce la même en Europe pour les exemplaires produits à Rennes ? Dans tous les cas, le modèle présent ici est prometteur, en matière d’assemblage, d’accostage et de qualité perçue. Seuls les matériaux nous semblaient briller un peu trop. L’ambiance colorée est très agréable. La sellerie est plus ferme qu’habituellement mais le modèle n’était pas équipé des sièges Citroen Advanced Comfort aux mousses à densité variable, des sièges qui seront présents en Europe.

Un autre élément sera différent pour le modèle destiné au marché européen : l’habitabilité arrière. En effet, la banquette sera avancée de quelques centimètres pour augmenter d’autant la capacité du coffre. Les attentes du Vieux Continent ne sont pas les mêmes que celles des chinois en la matière. Et sur ce point, une solution aurait pu venir du passé : Citroën semble avoir oublié qu’il proposait une banquette coulissante sur ses Citroën ZX en 1991 !

Citroën C5 Patience plutôt que Aircross

L’attente aura été longue depuis sa présentation en avril 2017. Mais il faudra encore patienter pour le voir dans nos rues. Pour le grand public, le Citroën C5 Aircross est annoncé pour le Mondial de l’Automobile 2018… mais nous vous en reparlerons bien avant prochainement. Patience !

Article et photographies : Guillaume Agez pour The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles