Découverte de l’Opel Grandland X et présentation du Grandland X Ultimate

En amont de l’essai que nous avons réalisé du nouveau SUV familial d’Opel, faisons sa connaissance. Près de quinze ans après la fin du Frontera et près de dix ans après l’échec de l’Antara, le Blitz est de retour avec l’Opel Grandland X sur le terrain des familiales tout-chemins. Et si les deux précédents savaient être de vrais 4×4, ce Grandland X a tout du crossover 2-roues motrices, puisqu’il a été conçu en commun avec le Peugeot 3008. Peut-il espérer le même succès que le Sochalien dont il partage la ligne de montage de Sochaux ? Revue de détails.

Grandland X, la plus française des Opel

Imaginé à une époque où PSA avait 7% de son capital détenu par General Motors, l’Opel Grandland X, code projet P1UO voit le jour alors qu’Opel a été racheté par le groupe français au géant américain. Il devient, involontairement, la première « PSA-Opel », et inaugure ce que deviendront les autres modèles de la gamme si l’absorption du blitz de Rüsselsheim -et sa marque lige britannique, Vauxhall- est couronnée de succès dans les années à venir.

Long de 4,48 m, le Grandland X se positionne en concurrent direct du Renault Kadjar (4,45 m) et se révèle juste un peu plus long que le Tiguan ou le Qashqai. Large de 1,84 m et haut de 1,63 m, il bénéficie d’un design réussi et homogène. Une prouesse, quand on sait qu’il partage ses dessous avec les Peugeot 3008, Citroën C5 Aircross, et DS 7 Crossback.

Un style bien à soi

L’aileron de requin, trait de style qu’utilise aussi Jeep pour son Compass, permet d’asseoir le montant C, ainsi que nous l’explique le designer Richard Duff, chief assistant pour le design extérieur du Grandland X. Ce dernier explique : « Nous avions une liberté totale de style, la seule information que nous avions et que nous devions respecter était le montant A de pare-brise. Extérieurement, un Grandland X ne partage visuellement avec le Peugeot 3008 que les poignées de porte et les rétroviseurs. Le projet a duré plus de 2 ans, et ce dont nous sommes fiers est le montant C qui, parmi d’autres propositions, est celle qui permet à la fois de centraliser le poids sur la roue arrière, de donner un aspect compact, tout en rappelant le pavillon de l’Adam pour la cohérence de gamme. »

Pour aboutir à un modèle différent en style de ses cousins français, le Grandland X a été conçu en autonomie. « Hormis pour le cadrage initial, nos équipes ne sont jamais allées à Vélizy et la voiture a, à 100 %, été conçue à Rüsselsheim au centre de design Opel. Ce n’est qu’à la fin, dans les 9 derniers mois lors de la phase d’industrialisation, qu’une partie de l’équipe était à Sochaux pour mieux collaborer avec Peugeot », explique Richard Duff.

Un intérieur sans dépaysement

Contrairement à l’i-Cockpit de Peugeot, à la débauche de matériaux nobles d’un DS 7 ou aux rondeurs du C5 Aircross, l’intérieur du Grandland X est très classique. Trop peut-être, en tout cas il est fidèle aux dernières réalisations de la marque, Insignia Grand Sport et Astra comprises. L’écran tactile monte jusqu’à 8 pouces et un chargeur portable à induction est présent.

Côté style, l’on compte 10 teintes au catalogue, dont les 2 de nos images, le Bleu Topaze et le Rouge Rubis. Aux côtés des classiques gris, blanc et noir, sont aussi proposés un Bleu Encre et un Beige doré. Des teintes aux noms similaires aux nuanciers de PSA… et pour cause, ce sont les mêmes !

Quatre niveaux de gamme…

A son lancement, le Grandland X sera proposé en quatre degrés : Edition, Innovation et Elite, ainsi qu’une Business Edition pour les flottes. Dès l’entrée de gamme Edition, l’on compte la caméra Opel Eye avec reconnaissance des panneaux couplée au régulateur de vitesse, la clim’ bi-zone automatique, et un écran 7 pouces tactile pour la connectivité. Il profite aussi du service OnStar avec point d’accès Wi-Fi. Le niveau 2, Innovation, y ajoute le hayon motorisé, le démarrage mains-libres et des sabots avant-arrière. En version Elite, le pack cuir Sienna noir, un écran 8 pouces tactile et l’éclairage adaptatif LED rejoint la dotation. On retrouve ici une véritable Opel et pas uniquement des éléments issus du Peugeot 3008.

Pourquoi avoir choisi Grandland X comme patronyme et faut-il s’attendre à un équivalent du 5008 chez Opel ? Loïc Salaun, responsable marketing chez Opel pour le segment C, explique : « Grandland X se place dans la continuité des Crossland X et Mokka, et c’est aussi le plus Grand des trois ! Nous n’aurons pas de SUV sur le segment D pour l’instant car notre 5008 est aujourd’hui le Zafira. »

…dont un haut-de-gamme Ultimate

Pas de 7-places pour l’heure mais néanmoins une version haut-de-gamme façon 3008 GT. Ici, on parle de Grandland X Ultimate. Basé sur la finition Elite, il se remarque à ses jantes alliage de 19 pouces, son pavillon et ses rétroviseurs « Noir Diamant », ainsi que nombreux équipements additionnels à bord. Parmi ceux-ci, l’audio Denon à 9 haut-parleurs et caisson de basses, ou encore les sièges arrière chauffants. Attention, l’Ultmate n’est pas disponible en teintes Noir Diamant ou Améthyste Violet.

Trois moteurs pour l’instant

Au lancement, l’offre moteur se limitait à un bloc de chaque carburant, à raison d’un 1.2 PureTech, pardon, Ecotec 130 ch (BVM/BVA) et d’un 1,6 BlueHDi, pardon, Ecotec 120 (BVM/BVA lui aussi). En 2018 arrivera pour sûr un bloc Diesel 177 ch (le 2.0 l BlueHDi PSA) pour croiser jusqu’à 214 km/h, ainsi que des blocs moins puissants en essence (100/110 ch).

Les tarifs débutent à 25 600 € en essence 130 boîte manuelle, et grimpent jusqu’à 35 300 € en Diesel BVA Elite, sans option additionnelle. Ces dernières peuvent être un pack All Road (appelé aussi Grip Control, comme celui du 3008), allant de 290 à 490 € selon les niveaux, le régulateur adaptatif (500 €, indisponible en niveau 1) ou encore une audio Denom à 9 HP contre 650 €. En Buiness Edition, comptez de 28 200 € à 31 800 € et seulement 7 teintes extérieurs (adieu les rouge et bleu de nos clichés) et une harmonie intérieure (argent givre).

Côté Grandland X Ultimate, deux moteurs au programme, les 1.2 essence de 130 ch et 1.6 Diesel de 120 ch avec seulement la boîte automatique, pour un prix de 35.000 euros (essence) et 37.100 euros (Diesel), dans la moyenne du segment des généralistes. Pour un Grandland X Ultimate 177 ch, comptez minimum 42 610 euros, au tarif Allemand pour l’instant.

Quelles chances pour ce Grandland X ?

Côté marketing, Loïc Salaun semble confiant : « Nous arrivons avec un SUV 5 places cœur de gamme, et même si c’est un peu tard peut-être, nous arrivons avec des atouts comme les sièges AGR validés par des ergothérapeutes allemands, la présence d’On Star sur toute la gamme et un style très attrayant. On est sûr de notre produit et de son positionnement. De quoi bien finir l’année 2017 où Opel se porte bien en France grâce à ses 7 lancements VP en 2017. »

Bien placé en prix, spacieux et made in France, ce Grandland X a des arguments pour séduire notre marché. Après tout, dans une catégorie aussi disputée que les SUV du segment C, la nouvelle signature de marque d’Opel semble de bon augure pour le Grandland X : l’avenir appartient à tous.

Crédit photos : The Automobilist


Commentaires

Plus d'articles